Une champignonnière sauve sa production grâce à Facebook

Dans le Val-d’Oise, la Champignonnière du Clos du Roi de Saint-Ouen-l’Aumône a publié sur sa page Facebook les photos d’une montagne de champignons et de dizaines de bacs de culture « abandonnés », faute d’acheteurs. « Depuis la fin des marchés il y a une dizaine de jours, c'est très compliqué », explique le gérant, Grégory Spinelli. « Je dois encore faire les comptes mais on doit perdre entre 1 000 et 1 500 euros par jour, ça représente 30 % de notre production ».

La restauration et les marchés représentent les deux tiers de l'activité de la champignonnière. Avec leurs fermetures, l’entreprise a du mal a écouler ses stocks malgré une collaboration intensifiée avec les supermarchés. « Le problème, c'est qu'une fois que la culture est lancée on ne peut plus l'arrêter », poursuit Grégory Spinelli. « Le champignon est un produit qui s'abîme très vite et qu'il faut ramasser tous les jours, dès qu'il est mûr. On peut le conserver quelques jours en chambre froide, mais pas plus ».

Mais la publication Facebook n’est pas passée inaperçue et très vite de nombreux appels ont afflué si bien que Grégory et sa femme doivent improviser une vente à leur domicile de Pontoise. « Il va falloir qu'on mette en place toutes les mesures de précaution, on va voir comment ça va se passer ». Le prix de vente est de 8 euros la cagette d'environ 3 kg (tarif grossiste). D'autres ventes devraient être organisées par la suite.

Si les cultures en cours vont continuer à donner des champignons jusqu'à la fin du mois d’avril, le producteur ne sait pas trop s’il doit continuer « de semer ou tout arrêter pour éviter d'en perdre ».

 

Source : leparisien.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)