Federico Beltran, directeur général de Terra Business :

« Le Pérou disposera de 20 000 hectares de myrtilles au cours des cinq prochaines années »

Selon Federico Beltran, directeur général de Terra Business, l'un des rares aspects positifs de la crise sanitaire mondiale actuelle pour l'agroalimentaire péruvien est d'avoir permis au secteur de se développer dans une période qui ne correspond pas à la principale fenêtre d'exportation pour divers produits, comme la myrtille. Ce fruit est principalement commercialisée à l'étranger entre la première quinzaine de juillet et la fin décembre. Avant cette période, par exemple entre janvier et février, le rôle principal appartient à d'autres producteurs, comme le Chili.

Federico Beltran considère que les producteurs ne doivent pas négliger leurs cultures, étant donné que la campagne est dans quelques mois et que d'ici là, un bon nombre des problèmes actuels auront été résolus, du moins partiellement.

« Au cours des prochains mois, il y aura une importante restructuration et je pense que d'ici juillet, les choses seront plus organisées, plus fluides et les gens seront plus intéressés à consommer des produits sains comme les myrtilles », a-t-il déclaré.

Nous ne devons pas oublier que le produit exporté doit respecter certaines caractéristiques de qualité : saveur, fermeté et apparence. De nombreuses entreprises atteignent actuellement cet objectif car elles ont développé des normes de contrôle élevées au cours des 15 ou 20 dernières années.

« C'est pourquoi le Pérou a connu une croissance si rapide. Je pense que le pays disposera de 20 000 hectares de myrtilles au cours des cinq prochaines années », a-t-il déclaré. En 2019, les superficies certifiées pour l'exportation de fruits rouges dans le pays totalisaient 10 963 hectares.

Selon le directeur, la chaîne du froid est un enjeu clé pour le secteur, car les myrtilles nécessitent des conteneurs réfrigérés. Il n'est donc pas surprenant que ce soient surtout les grandes entreprises à forte capacité logistique qui prédominent dans le secteur.

Un autre défi est la distance, car le transport des myrtilles du Pérou vers les principales destinations comme l'Europe, la Chine et les États-Unis, dure en moyenne 30 jours. C’est un grand désavantage par rapport à d'autres producteurs, comme le Mexique qui a une frontière avec les États-Unis et peut y placer son produit en deux jours. « C'est pourquoi la post-récolte est aussi importante que la culture elle-même », a-t-il déclaré. 


Source : agraria.pe/noticias 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)