Retour sur la mission réussie de la plateforme Wizifarm

Alors que les agriculteurs s’inquiétaient de ne pas avoir assez de main-d’œuvre pour exploiter leurs champs lors du confinement, le gouvernement a lancé l’opération « Des bras pour ton assiette » afin de répondre à ces besoins. Une plateforme a ainsi mis en relation les agriculteurs et les candidats : Wizifarm.

Jean-Baptiste Vervy, directeur de Wizifarm, était interrogé par le journal Ouest-France sur cette période particulière, riche en activité. « Depuis le 18 mars, 10 000 offres d’emploi ont été proposées sur la plateforme dédiée, Wizifarm, et au 11 mai, 4 000 de ces offres étaient terminées tandis que 6 216 restaient en cours », explique-t-il. D’autres moyens ont appuyé la plateforme tels que le bouche-à-oreille à 83 %, Pôle emploi, et les sites Internet de l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) et des Groupements d’employeurs départementaux (GED).

Malgré des chiffres affichant 300 000 candidats inscrits pour 4 000 recrutés, la plateforme a été un vrai succès selon Jean-Baptiste Vervy. « L’opération gouvernementale a provoqué un appel d’air pour qu’on s’intéresse à l’agriculture. Les producteurs ont été débordés d’offres de travail. »

Cela n’a pas pour autant empêché quelques aléas avec une baisse des embauches de 20 % en mars. « Attentisme ? Embauche de proches ? Météo ? Le gel a reporté les travaux arboricoles de dix à quinze jours, dans le Sud… Certains ont également rencontré des problèmes de débouchés comme ceux qui travaillent avec la restauration ou bien les horticulteurs », précise-t-il.

Avec la fin du confinement et le retour des travailleurs dans leur emploi d'origine, l’enjeu reste toujours aussi important, si ce n’est plus : « On va avoir besoin non plus de 80 000 saisonniers par mois, mais de 160 000 personnes en juillet et jusqu’à 190 000 en août et septembre pour les récoltes en arboriculture, après le maraîchage, puis en viticulture ».

En attendant l’amélioration de la venue des travailleurs étrangers, Wizifarm va se tourner « vers des salariés encore à l’arrêt et habitués à des tâches pénibles, rigoureuses, comme ceux de la restauration. Nous sommes en relation avec des groupements d’employeurs spécialisés, et avec des associations de migrants, qui arrivent souvent de pays très agricoles. »

 


Source : ouest-france.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)