Javier García Linares, de Surinver : « Il y a une forte demande pour les aliments prêts à consommer, la pastèque, le potiron et le maïs »

Le marché du poivron revient à la normale après l'engouement des mois de mars et d'avril

L'offre de poivrons de Murcie et du sud d'Alicante commence à se redresser après les volumes sensiblement faibles et la forte demande de mars et avril.

« De début mars à avril, les températures sont restées environ 6 degrés en dessous de celles des mêmes dates l'année dernière. De plus, l'abondance de fortes pluies a entraîné un retard dans les plantations et une baisse des rendements, notamment pour les poivrons jaunes. De plus, le changement de couleur des Lamuyos s'est produit plus lentement que d'habitude, et en général, l'excès d'humidité a causé des pertes abondantes et des problèmes de qualité », explique Javier García Linares, directeur commercial de Surinver.

Il y a donc eu une pénurie de poivrons en mars et avril. « Almería a fini plus tôt que d'habitude parce qu'elle était plus axée sur les premières productions, alors que les Pays-Bas n'avaient pas de volumes importants jusqu'à il y a 3 semaines, donc les prix ont été assez élevés. Dans le cas des poivrons longs Lamuyo, la forte demande en Espagne, en Italie et au Portugal s'est traduite par des prix faramineux. Les prix étaient plus élevés lors des ventes aux enchères que dans les rayons des supermarchés. Dans le cas des poivrons, les prix étaient également très élevés, surtout ceux des rouges, grâce à la forte demande dans toute l'Europe ».

Selon le directeur commercial de cette coopérative, cela a coïncidé avec le début de la crise COVID-19, qui a conduit les consommateurs à montrer une préférence pour ce produit, « peut-être en raison de sa forte teneur en vitamine C et de sa polyvalence dans la cuisine, étant donné que les gens ont eu plus de temps pour cuisiner pendant le confinement. Maintenant, tout revient à la normale. Nous avons déjà des volumes plus importants grâce au beau temps et il y a également une offre suffisante de poivrons hollandais, donc les prix ont baissé et il y a plus de pression sur les ventes, comme c'est généralement le cas. Cependant, la demande reste élevée ».

« Dans le cas des piments Padrón, la fermeture du canal de l'industrie de la restauration, dont les ventes en Espagne dépendent fortement, a entraîné de plus grandes difficultés sur le marché intérieur, mais maintenant la demande est à nouveau en hausse. Heureusement, nous avons de nombreux programmes sur le poivron Padrón dans d'autres pays européens, où le beau temps a empêché que les ventes ne soient affectées négativement ».

Une demande considérable de potirons et une augmentation de 25 % des ventes de produits prêts à consommer
Surinver est basée dans la municipalité de Pilar de la Horadada, au sud d'Alicante, à la frontière de la région de Murcie, d'où provient une grande partie de ses producteurs. Outre les poivrons de toutes catégories, elle produit également des citrouilles, des pastèques et du maïs, ainsi que des produits prêts à la consommation.

« Heureusement, aucun des produits avec lesquels nous travaillons n'a été affecté par l'impact du COVID-19, bien au contraire. Les ventes de citrouilles ont augmenté de façon spectaculaire et les produits prêts à consommer ou précuits ont vu leurs ventes augmenter de 25 % par rapport à la saison dernière. Les ventes de gazpacho dans les supermarchés ont en fait doublé », déclare Javier García Linares.

« Les prix des pastèques sont actuellement insoutenables, mais l'offre sera régulée »
La coopérative commencera à vendre les premières pastèques à la mi-juin, et la récolte devrait atteindre environ 11 millions de kilos, soit 10 % de moins que l'année dernière, en raison de la réduction globale de la superficie cette année, notamment en Castille-La Manche.

« Les prix des pastèques sont actuellement insoutenables ; ils n'ont jamais été aussi élevés. Nous avons du mal à trouver des pastèques pour la production de produits prêts à consommer. Cependant, nous pensons que lorsque nous commencerons notre récolte pour la campagne de pastèques fraîches dans le nord d'Almería et de Murcie, l'offre sera plus importante. Les mauvais résultats obtenus par les pastèques sénégalaises en avril étaient un mauvais signe avant le début de la campagne espagnole, mais la relance du segment des fruits frais coupés dans les supermarchés et la bonne demande ont étonnamment changé cette tendance. Nous espérons que le beau temps continuera à stimuler les ventes de pastèques ».

Grand intérêt pour le maïs doux malgré le coronavirus
Il en va de même pour le maïs sucré, dont la culture a été réduite cette année. La récolte est en cours depuis une semaine dans les premières plantations en serre.

« Avec la propagation du coronavirus en Europe, nous avions de nombreux doutes sur l'évolution des ventes de maïs, car la consommation de ce produit est étroitement liée aux barbecues et aux réunions d'amis et de famille. La vérité est que l'intérêt pour le maïs des chaînes de supermarchés est étonnamment élevé. Les gens recherchent de nouveaux produits saisonniers qui leur rappellent des temps meilleurs ».


Pour plus d'informations : 
Javier Antonio García Linares
Surinver
Tél. : +34 966 766 068
jagarcia@surinver.es 
www.surinver.es 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)