Espagne

La culture de la poire menacée en Estrémadure

La superficie consacrée à la culture des poires en Estrémadure a été considérablement réduite au cours des dernières décennies. Le fruit est passé d'une des principales cultures pour les producteurs de villes comme Valdivia, Gargáligas, Los Guadalperales ou Zurbarán à une culture minoritaire en danger de disparition.

Les poiriers ont subi un déclin continu au cours des dernières décennies. La superficie nationale s'élève actuellement à 19 898 hectares, loin des 36 200 hectares de 1985. En Estrémadure, ce chiffre est encore plus bas et représente 2,5 % de la superficie totale consacrée à la production de fruits.

Dans la municipalité de Los Guadalperales, il reste à peine trois producteurs de poires, et quelques autres dans les villes voisines. « Ils le font essentiellement pour éviter la perte de la récolte et presque par sentimentalisme car les arbres ont une très longue vie », explique Eusebio Sanz, un fruiticulteur qui a récemment terminé la récolte des fruits de 600 poiriers.

Nous parlons d'arbres qui ont plus de 50 ans. Manuel Gómez, aujourd'hui retraité et propriétaire de la ferme plantée en 1967, dit que ses arbres « n'ont jamais cessé de produire des poires » et qu'il n'a jamais envisagé de s'en débarrasser. Pourtant, il y a environ dix ans, un déracinement massif a été effectué dans la région suite à la propagation du feu bactérien. En 2009, quelque 160 hectares ont été déracinés et les déchets végétaux détruits car il n'y avait pas de traitement chimique contre la maladie. À l'époque, le Conseil de l'agriculture a offert 12 000 euros par hectare en guise de compensation. De nombreux producteurs ont reçu cette aide et ont ensuite décidé de planter des espèces de fruits à noyau comme les pêches, les prunes ou les nectarines.

« Mon exploitation n'a été que peu touchée et j'ai décidé de ne pas déraciner les poiriers », dit Manuel, qui ne regrette pas sa décision aujourd'hui, « malgré le travail que cela nous a donné chaque année et le coût que cela a entraîné, notamment en raison des problèmes de lutte contre les parasites comme le psylle dans des variétés comme l'Ercolini ».

Eusebio pense que le psylle est la véritable raison pour laquelle les poiriers disparaissent de plus en plus des champs, car même si les fruits sont vendus à des prix un peu plus élevés que les autres, la manipulation, la main-d'œuvre ou les traitements coûteux qu'ils nécessitent les rendent moins rentables que les prunes ou les nectarines. Il faut ajouter à cela que les poiriers ont besoin de cinq à six ans pour porter des fruits, alors que les autres types d'arbres fruitiers « peuvent atteindre entre 80 et 90 % de leur potentiel productif en trois ans », explique Eusebio Sanz, qui est favorable au maintien des cultures traditionnelles, comme les poiriers.

 

Source : hoy.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)