L'Europe de plus en plus proche d'un accord sur la nouvelle PAC

En dépit de certains arguments persistants, l'Europe des 27 est de plus en plus proche d'un accord sur les dispositions de la politique agricole commune (PAC) pour les années à venir.

« Il y a beaucoup moins de désaccords qu'auparavant ; je pense que nous nous rapprochons d'un accord final qui sera bon pour nos producteurs et acceptable pour tous les États membres », a déclaré le commissaire à l'agriculture, Janusz Wojciechowski, lors d'une conférence de presse tenue après la réunion des ministres de l'agriculture de l'Union européenne, lundi dernier à Bruxelles. Selon M. Wojciechowski, les avis divergent encore sur certaines questions, mais il n'y a pas « d'objections fortes ».

Julia Klöckner, ministre allemande de l'agriculture, qui assure actuellement la présidence tournante de l'UE, a souligné que la réunion avait donné « une très forte impulsion » aux négociations.

L'accord politique sur la future PAC ne serait qu'un premier pas vers l'approbation des nouvelles normes agricoles européennes. Une fois que les 27 se seront mis d'accord sur une position commune, ils devront négocier avec le Parlement européen. En tout état de cause, la nouvelle PAC n'entrerait en vigueur qu'en janvier 2023, à l'expiration de la prolongation de deux ans de l'actuelle.

Bien que le commissaire Janusz Wojciechowski ait semblé optimiste lors de la conférence de presse, il a également montré son désaccord, au cours de la réunion, avec certaines des propositions mises sur la table par le gouvernement allemand pour rapprocher les positions des pays.

Janusz Wojciechowski s'est, par exemple, dit mécontent de la fixation d'une limite volontaire de 100 000 euros par exploitation, comme convenu lors du sommet de juillet, et non obligatoire, comme initialement proposé par la Commission européenne.

En ce qui concerne l'architecture « verte » de la prochaine PAC, le commissaire a salué l'introduction des « éco-régimes » de nouveau obligatoire pour les États membres (bien que volontaire pour les producteurs), mais a averti que cela « ne signifie pas qu'une plus grande ambition environnementale est garantie ».

En ce sens, il a fait valoir que la « solution la plus simple » pour éviter que les programmes « verts » de la PAC ne soient pas mis en œuvre serait que les dépenses minimales soient fixées « à des niveaux raisonnables » pendant les premières années d'application et « à des niveaux plus élevés plus tard, de sorte que la moyenne requise soit atteinte sur toute la période ».

 

Source : merca2.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)