Marché mondial : la myrtille

En semaine 42, le marché de la myrtille est principalement dominé par le Mexique, le Pérou et l'Afrique du Sud. Les myrtilles péruviennes, plus particulièrement, sont disponibles sur tous les continents. Les premières expéditions arrivent de nouveau en Chine et, maintenant que les saisons européennes et nord-américaines touchent à leur fin, les myrtilles du pays sud-américain prennent le relais. Par ailleurs, de plus en plus de marchés sud-américains entrent en force sur le marché mondial. En Australie, les prix ont fortement baissé en raison d'une offre excédentaire.

Pays-Bas : pénurie de myrtilles malgré une offre plus abondante
L'Amérique du Sud et l'Afrique du Sud sont actuellement les plus importants fournisseurs de myrtilles sur le marché. Selon un importateur néerlandais, il est important de souligner que de nouveaux pays producteurs sont de plus en plus présents. « En Amérique du Sud, par exemple, en plus des pays établis comme le Pérou, le Chili, l'Uruguay et l'Argentine, de plus en plus de baies proviennent du Brésil et de la Colombie. Qualitativement, ces baies se situent dans le milieu de gamme. En Afrique, nous voyons un volume croissant provenant de Namibie et du Zimbabwe ». Selon lui, la situation du marché est particulièrement bonne. « Le Pérou et la plupart des autres pays ont une production plus élevée que les années précédentes, mais ces dernières semaines, on constate une pénurie sur le marché et la demande a atteint un niveau très élevé. La pénurie devient un peu moins préoccupante car les prix sont élevés et la demande baisse, mais on peut néanmoins faire état d'un prix supérieur à la moyenne. Le Pérou est maintenant à son pic en termes de volume et, par conséquent, davantage de campagnes de promotion sont menées, notamment avec des formats d'emballage entre 400 et 750 grammes, avec une norme de 500 grammes. C'est une très bonne évolution car cela signifie que les stocks augmentent rapidement. Dans les gammes régulières, les supermarchés allemands, en particulier, passent de plus en plus souvent de l'emballage de 125 grammes à celui de 200 grammes ».

Allemagne : une année faste pour la production nationale
En Allemagne, la saison domestique est maintenant terminée presque partout. Ce n'est que dans certaines régions que de petites quantités sont encore livrées. Le Pérou domine actuellement l'offre, mais l'Afrique du Sud et l'Argentine sont également présentes. L'Argentine a eu une bonne récolte, mais en raison du manque de capacité en matière de fret aérien causé par la pandémie, les volumes n'arrivent que très lentement sur le marché européen, explique un importateur. La demande du secteur de la vente au détail n'est pas très élevée, et les paquets de 200 et 300 grammes sont proposés en priorité, au lieu de 500 grammes.

La production nationale a chuté jusqu'à 40 % en dessous de la moyenne dans certaines régions en raison du manque de travailleurs saisonniers et des dégâts causés par le gel. En raison des bienfaits de la myrtille sur le système immunitaire, les ventes ont été stimulées par la pandémie de coronavirus. C'est en partie pour cette raison que la saison s'est également terminée un peu plus tôt que d'habitude. Enfin, il convient de noter que les myrtilles deviennent de plus en plus un produit disponible toute l'année en Allemagne.

Italie : une saison nationale déjà terminée
La saison de la myrtille italienne est déjà terminée. Actuellement, la plupart des myrtilles sur le marché italien proviennent du Pérou.

Un important commerçant du nord de l'Italie, qui a clôturé la saison en septembre, affirme que la production italienne augmente année après année. L'accent est de plus en plus mis sur la qualité, sur des variétés de plus grande taille et ayant une meilleure durée de conservation. « Pour la saison 2020, les rendements par hectare étaient moyens et les prix étaient même satisfaisants. Ils se situaient entre 6 et 12 € / kg, selon la période, la taille et la qualité. Au début de la saison, aux mois de mai et juin, nous avons rencontré des difficultés pour trouver des travailleurs à cause du coronavirus, mais après cela, la situation s'est stabilisée ». Dans le nord de l'Italie, différentes sortes de myrtilles sont cultivées en serre pour avancer le début de la récolte à la mi-mai.

En Campanie, la saison des myrtilles s'est terminée en août. « Ce fut certes une bonne année, mais pas de quoi s'enthousiasmer. De bons volumes ont été récoltés, avec un prix moyen de 4-5 € / kg », explique un commerçant. Actuellement, les marchés de gros vendent des myrtilles péruviennes de classe I à environ 15 € / kg.

Afrique du Sud : perspectives révisées en raison des basses températures
La production de myrtilles est plus faible que prévu en raison du temps froid dans les régions du nord du pays. ZA a estimé la récolte de cette saison à environ 23 000 tonnes, dont 17 000 destinées à l'exportation. Ces perspectives ont été revues à la baisse à 22 000 tonnes, avec des exportations également nettement inférieures. Jusqu'à la semaine 41, 3 703 tonnes de myrtilles ont été exportées, avec le Royaume-Uni et les Pays-Bas comme principales destinations. La saison des myrtilles en Afrique du Sud atteindra son apogée dans les dix prochaines semaines.

Chine : les produits importés du Pérou de nouveau disponibles sur le marché chinois
Les premières myrtilles sont déjà disponibles sur le marché chinois. Pour l'instant, elles arrivent encore par avion, mais dans quelques semaines les premières unités frigorifiques arrivant par mer suivront. Certains exportateurs chinois affirment que, cette année, les myrtilles sont de moindre qualité parce qu'un plus grand nombre de petites entreprises d'Amérique du Sud sont autorisées à vendre leurs produits en Chine et qu'elles ne sont pas toujours de première qualité. En raison de cette différence de qualité, les ventes ne sont pas aussi bonnes que l'année dernière. Toutefois, certaines grandes entreprises qui se sont déjà fait une réputation sur le marché chinois ne sont pas touchées. Plusieurs grands acteurs ont donc augmenté leurs exportations vers la Chine.

Cette année, le prix moyen des myrtilles importées est légèrement supérieur à celui de l'année précédente, car les producteurs attendent beaucoup du marché chinois et demandent des prix plus élevés. Les grands exportateurs pratiquent également des prix élevés, mais à un niveau stable. Pour la première fois cette année, des myrtilles péruviennes arrivent également à Taïwan. Les premiers conteneurs réfrigérés contenant des myrtilles sont partis au début du mois d'octobre. Cependant, la plupart des exportateurs continuent de se concentrer sur la Chine continentale.

États-Unis : pénurie sur le marché
Actuellement, l'offre de myrtilles est limitée sur le marché nord-américain. Une pénurie considérable est prévue, en particulier au cours des semaines 42 et 43. La saison nationale est maintenant terminée et le marché dépend actuellement des importations du Mexique et du Pérou. On prévoit une augmentation de 20 à 25 % de la production de bonne qualité.

En attendant, quelques myrtilles du Pérou arrivent également aux États-Unis. Une récolte plus importante y est attendue, bien que les importations ne soient pas encore régulières pour le moment.

La pénurie est en partie due aux volumes à destination de l'Europe et de l'Asie. En effet, lorsque le Pérou a commencé, le prix était bas, de sorte que les myrtilles ont été détournées vers d'autres destinations. Ce n'est que lorsqu'il y en a suffisamment que les États-Unis manifestent de l'intérêt. Les mouvements d'importation ont donc eu un impact sur la production nationale de myrtilles. Pour de nombreuses régions, leur fenêtre de commercialisation est devenue une période plus compétitive. Le passage à de nouvelles variétés est souvent difficile, car il faut 10 à 12 ans pour que les plants arrivent à maturité.

Si les marchés sont maintenant florissants, ils devraient se stabiliser en novembre. Un producteur de Caroline du Nord prévoit que les prix se situeront entre 28 et 32 dollars au cours des trois premières semaines de novembre en raison des volumes croissants. Le Pérou a commencé à récolter il y a un peu plus d'une semaine et ces fruits devraient arriver en Amérique du Nord d'ici la semaine 44. L'offre mexicaine se renforcera également à ce moment-là. « L'offre augmente, mais nous avons encore quelques semaines devant nous avant que les marchés ne se durcissent ici aux États-Unis », a déclaré le producteur.

Mexique : augmentation de 20 à 25 %
La saison a commencé pour les producteurs mexicains en octobre et les volumes devraient augmenter de 20 à 25 %. Les États-Unis sont la principale destination des exportations. Les volumes expédiés sont en augmentation et l'offre pour les importateurs américains est actuellement encore limitée. Les exportations devraient augmenter dans les semaines à venir, tandis que le Pérou expédiera également davantage, ce qui pourrait finalement entraîner une certaine pression sur les prix.

Argentine : meilleure qualité
La saison de la myrtille en Argentine est déjà en cours, bien que ses volumes soient inférieurs à ceux du Pérou et du Mexique, qui sont les principaux fournisseurs à cette époque de l'année. Les importateurs trouvent des fruits de meilleure qualité en provenance d'Argentine cette saison, par rapport à la précédente.

Pérou : une saison plus longue et des récoltes plus importantes
Cette année, le début de la saison a été quelque peu décalé. En fonction du déroulement de la récolte, la production totale devrait augmenter de 40 % par rapport à l'année dernière, même s'il est encore trop tôt pour confirmer cette prévision. L'Europe, les États-Unis et la Chine reçoivent la majorité des expéditions. La saison devrait durer jusqu'en février. À mesure que les volumes augmenteront, les prix devraient baisser, comme c'est généralement le cas à cette période.

Australie : chute spectaculaire des prix en raison de l'abondance de l'offre
La saison des myrtilles en Nouvelle-Galles du Sud bat son plein et les prix de vente ont chuté de façon spectaculaire ces dernières semaines en raison d'une offre abondante. Malgré la bonne qualité, le prix d'une barquette de 125 grammes oscille autour de 2,50 AUD (1,51 €) dans la plupart des grands supermarchés et tombe même parfois en dessous de cette valeur.

Nouvelle-Zélande : la valeur des exportations continue d'augmenter
Selon la dernière édition annuelle de Fresh Facts, les exportations de myrtilles de Nouvelle-Zélande continuent de croître chaque année. En 2019, la valeur des exportations de ce fruit était de 38,9 millions NZD (21,97 millions d'euros) ; en 2018, la valeur totale était de 34,8 millions NZD, et en 2000, de 6,8 millions NZD. Le rapport a également révélé que 3 040 tonnes ont été récoltées sur 640 hectares, et que la valeur intérieure en 2018/19 a atteint 23 millions de NZD (13 millions d'euros). Sur le marché intérieur, la valeur des myrtilles transformées était de 2,8 millions de NZD (1,6 million d'euros).

 

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial du champignon


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)