Chanvre : le « nouvel or » dans les serres d'Almeria

Avec des prix variant entre 600 et 800 euros le kilo, le chanvre gagne rapidement du terrain dans la province espagnole d'Almeria. La superficie a été multipliée par dix au cours de l'année dernière pour atteindre un total de 100 hectares, selon les données du Conseil andalou de l'agriculture, de la pêche et du développement rural. Les producteurs se tournent vers cette nouvelle culture en raison de la demande croissante d'un marché très lucratif en constante expansion. Les utilisations industrielles du chanvre sont nombreuses, mais surtout, il y a un boom des produits dérivés du cannabidiol (CBD), un composant non psychoactif populaire aujourd'hui pour ses propriétés thérapeutiques, et qui se trouve dans un vide juridique en Espagne.

La différence entre la culture industrielle du chanvre et la culture de la marijuana réside dans la teneur en tétrahydrocannabinol (THC), la substance qui génère des effets psychotropes et qui doit être inférieure à 0,2 % pour être légale. En droit pénal, la culture du chanvre n'est pas différente de celle des poivrons ou des tomates, ce qui crée une confusion d'un point de vue juridique, car la transformation ou l'extraction du cannabidiol n'est pas autorisée sans l'autorisation de l'Agence espagnole des médicaments et des produits de santé.

Almeria possède le climat idéal pour la culture du chanvre, car il s'agit d'une culture qui n'est pas exigeante en termes de sol, mais en termes de lumière. La consommation d'eau est minime et ne nécessite pratiquement pas d'engrais ni de travail manuel. Les semences doivent être certifiées par l'Union européenne.

Sergio López, lieutenant de Seprona, une force de police de protection de la nature, affirme que la culture à Almeria se fait par le biais d'accords avec des entreprises en Espagne et à l'étranger, qui fournissent les semences et reçoivent une part des bénéfices. Ces sociétés commerciales envoient la biomasse dans des pays comme l'Allemagne et les Pays-Bas, où il existe différentes réglementations concernant le cannabidiol.

Mais tout n'est pas rose pour les producteurs de cette culture rentable en raison de nombreux vols. Les producteurs doivent donc engager des gardes et mettre en place des systèmes de surveillance vidéo, et certains passent même la nuit dans les serres, maintenant que la récolte est en cours. « Quand le prix monte en flèche, il y a plus de vols. C'est aussi le cas des tomates et des pastèques », a déclaré José María Zalvide, chef de la police judiciaire d'Almeria.

Jusqu'à présent, la police n'a eu besoin de se présenter que deux fois pour traiter de tels vols, mais à la mi-septembre, il a fallu intervenir dans vol ayant fait un mort dans le quartier de La Cañada à Almeria.

 


Source : diariodealmeria-es.cdn.ampproject.org


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)