L'Estrémadure, une des grandes régions espagnoles d'exportation de champignons sauvages

La région espagnole d'Estrémadure possède les écosystèmes adéquats pour la reproduction des champignons, ce qui lui a permis de devenir l'un des plus grands exportateurs de champignons sauvages du pays.

En 1979, un entrepreneur de Moraleja, une municipalité située dans la région de la Sierra de Gata, au nord-ouest de la province de Cáceres, a décidé de travailler avec ce produit et a créé une entreprise agroalimentaire qui lui était indispensable pour sa commercialisation en Espagne. « J'ai commencé par acheter des champignons aux voisins de la région et les vendre sur un très petit marché. Aujourd'hui, mes fournisseurs viennent de nombreuses régions d'Espagne et du Portugal, et j'exporte vers des pays comme l'Italie ou Israël. Ce n'est pas facile, car au bout du compte, nous parlons d'un produit de première qualité », déclare Julián Martín, 68 ans, propriétaire de Productos Silvestres Julián Martín.

Lors des bonnes campagnes, Julián Martín peut vendre environ 800 000 kilos de champignons, qu'il achète non seulement dans la région, mais aussi dans le reste de l'Espagne et au Portugal. Il les commercialise toute l'année sous la marque El Campanillo. Il vend les champignons frais, mais aussi en conserve, surgelés et déshydratés.

L'amanita ponderosa, le champignon phare du printemps
La municipalité de Villanueva del Fresno est connue pour son festival touristique qui met en valeur l'amanita ponderosa, le champignon phare du printemps en Estrémadure.

La cueillette de ce champignon s'effectue dans la région de février à mai, plus ou moins, mais aussi dans le nord de la province voisine de Huelva. À Villanueva del Fresno, dans les terres communales, il existe une réserve mycologique réglementée.

« L'objectif est de réglementer le droit d'exploiter la propriété communale de la meilleure façon possible », déclare le maire de Villanueva del Fresno, Ramón Díaz Farias. Les personnes enregistrées comme citoyens de cette municipalité n'ont pas à payer de droits de cueillette de champignons sur ces terres. Et oui, ceux qui n'y sont pas enregistrés doivent payer.

« Le secteur des champignons apporte un soutien financier à de nombreuses familles. Ceux qui les ramassent peuvent gagner jusqu'à 10 000 euros pendant les trois mois de la campagne », a déclaré le maire.


Source : hoy.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)