Pedro Sitjar, directeur de Cultivar :

« La plus forte augmentation des ventes concerne les mangues prêtes à consommer expédiées par bateau »

Bien que globalement, l'importation et la commercialisation des fruits exotiques aient été affectées par les conséquences de la pandémie, les perspectives de croissance à moyen et long terme sont très encourageantes. Des changements intéressants sont observés dans les tendances de consommation, comme la croissance et la consolidation du segment des produits prêts à consommer. Pedro Sitjar, directeur de Cultivar, le plus grand importateur de mangues par avion en Europe et l'un des plus grands distributeurs de fruits exotiques, analyse les défis de l'année 2020 et les défis économiques qu'entraînera 2021.

Quelles ont été les plus grandes réalisations et difficultés pour Cultivar en 2020 ?

La plus grande réalisation a été d'établir des protocoles de sécurité et de mettre en place des équipements pour notre personnel et nos clients en un temps record. Notre activité se déroule le plus souvent en face à face et nous permet rarement de faire du télétravail. Le lancement de nouvelles formes de travail qui garantiraient la sécurité de l'équipe en quelques heures et l'obtention de matériel de protection dans les premières semaines de la fermeture ont donc été un véritable défi.

Comment, selon vous, la pandémie de COVID-19 a-t-elle affecté le commerce des fruits exotiques en général ?

La consommation de produits exotiques plus spéciaux et plus délicats a été affectée par la baisse des dépenses dans le secteur de la restauration. Mais nous avons également observé une augmentation de la vente d'autres produits, comme le kiwi ou le gingembre, très appréciés pour leurs propriétés antivirales.

Certains dans le secteur disent que la demande pour cette campagne de Noël a été plus faible que les autres années en raison de l'impact de la pandémie.

Les résultats de notre campagne dépendent non seulement de la demande, mais aussi de l'offre. Ce Noël, l'offre d'un produit phare comme l'ananas a été un peu plus faible et les ventes vont bien. La vente de certains produits et baies exotiques a peut-être été un peu plus affectée, mais la demande de produits déjà bien établis, comme les mangues, les avocats et les papayes, continue d'être bonne.

L'année dernière, Cultivar a importé plus de 9 000 tonnes de mangues par avion. Quelles sont les perspectives d'avenir ?

Les volumes de mangues expédiés par avion continuent d'augmenter. Cultivar est devenu l'un des principaux importateurs de mangues par voie aérienne sur le continent. Nous importons et distribuons des mangues dans toute l'Europe. C'est un produit d'excellente qualité et le client l'apprécie et est prêt à payer pour l'obtenir. Dans un avenir proche, les volumes devraient continuer à augmenter, car les mangues expédiées par avion deviennent un produit de base pour tout marchand de fruits et légumes.

De quels pays importez-vous les mangues ?

Nous importons principalement des mangues du Pérou, du Brésil, du Sénégal, de la Côte d'Ivoire, d'Israël, du Mexique, de la République dominicaine et du Costa Rica. Pendant la saison nationale des mangues, nous travaillons avec les fruits locaux en collaboration avec Tropicsur, une entreprise spécialisée dans la production nationale avec laquelle nous avons récemment conclu un partenariat.

Y a-t-il des changements importants dans la commercialisation des mangues ?

Nous distribuons des mangues dans une grande partie du continent européen, dans des pays comme la France, l'Italie, la Grèce, la Belgique, la Suisse, les pays de l'Est, etc. En général, la consommation de mangues en Espagne et en Europe continue de croître. Le changement le plus important a été l'introduction de mangues prêtes à consommer sur le marché. Ces dernières années, les consommateurs ont remarqué l'amélioration substantielle de la qualité des mangues lorsqu'elles sont au bon point de maturité.

À la suite de ces changements dans la commercialisation, nous avons décidé, chez Cultivar, de devenir des spécialistes et, il y a presque deux ans, nous avons créé une entreprise spécialisée dans les mangues et les avocats : Cultipalta. Chez Cultipalta, une équipe d'experts travaille exclusivement avec ces deux produits, en sélectionnant les meilleures variétés, les meilleures origines et les meilleurs fournisseurs. Une fois le produit arrivé dans nos installations, nous utilisons des chambres de maturation et des machines de sélection de pointe qui détectent les niveaux de pénétrométrie, la teneur en sucre, les éventuels problèmes internes et externes, etc. Après tout ce processus, nous sommes en mesure de proposer un produit répondant aux exigences de chaque client.

Nous assistons actuellement au plus grand développement des ventes de mangues expédiées par mer que nous traitons dans nos installations et que nous livrons prêtes à consommer à des prix très compétitifs et avec une qualité exceptionnelle.

En ce qui concerne les avocats, quelles sont les attentes pour cette campagne ?

Nous espérons développer la vente d'avocats nationaux grâce à l'association avec Tropicsur, une entreprise qui connaît bien le produit et son processus de production, tandis que nous continuons à nous développer avec les importations. Sans aucun doute, les avocats sont l'un des produits exotiques dont la croissance est la plus rapide, avec des produits tels que les mangues, le gingembre ou les papayes.

Comment le secteur se prépare-t-il à la forte augmentation de la production prévue dans les années à venir ?

Pour l'instant, la demande dépasse l'offre dans le cas des avocats, et avec l'émergence de la Chine en tant que pays consommateur, il ne semble pas que la croissance de la production puisse entraîner une offre excédentaire.

Quelles sont les perspectives des papayes à long terme ?

Les papayes sont un produit très sain et nous pensons que ce fruit a un avenir prometteur. Ces dernières années, toutes les papayes que nous vendons ont été importées par voie aérienne, ce qui nous permet de proposer un fruit prêt à consommer de grande qualité. Le développement de nouvelles variétés et l'amélioration de la logistique contribueront à stimuler la consommation de ce fruit très bénéfique.

Comment la fermeture de la chaîne HoReCa affecte-t-elle la commercialisation de la papaye et du citron vert ?

La fermeture de la filière HoReCa a touché plus directement les citrons verts que les papayes. La consommation de citrons verts dans les foyers est plus limitée, mais de gros volumes sont utilisés dans les restaurants, qui ne fonctionnent malheureusement pas au rythme habituel. Nous nous attendons à ce que la consommation de citrons verts augmente de nouveau au printemps, à mesure que la situation sanitaire s'améliore.

Quels seront, selon vous, les principaux défis à relever en 2021 ?

La récession économique causée par la crise sanitaire est notre plus grande préoccupation en ce moment. La reprise du tourisme et de la restauration ne se fera pas immédiatement et une bonne partie de notre pays dépend économiquement de ces secteurs. Pour l'instant, il y a encore beaucoup d'incertitudes. Faisons confiance aux vaccins pour apporter plus de stabilité, de confiance et, par conséquent, de reprise économique.

Pour plus d'informations :
Cultivar
Tél. : +34 932 61 87 00
miriam.abdelasis@cultivar.net 
www.cultivar.net 
www.exoticapremiumfrutas.com


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)