Les coûts de production des oranges et des mandarines estimés à 0,23 €/kg et 0,28 €/kg

L'Association valencienne des producteurs agricoles (AVA-ASAJA) a demandé au ministère espagnol de l'agriculture « d'arrêter d'annoncer la réalisation d'études sur la chaîne de valeur et d'appliquer une fois pour toutes la réforme de la loi sur la chaîne alimentaire, en établissant des coûts de production effectifs pour nos productions agricoles et en les utilisant comme référence officielle dans les contrats, afin que les producteurs cessent de recevoir des prix inférieurs aux coûts de revient ».

Suite à une déclaration du secrétaire général de l'agriculture, Fernando Miranda, dans laquelle il promettait « des progrès dans la réalisation d'études sur la chaîne de valeur de différents aliments », dont les agrumes, AVA-ASAJA a répondu qu'une étude récente estimait déjà à 0 le coût moyen de production des agrumes en Espagne. 23 euros par kilo (€ / kg) dans le cas des oranges (variétés Navelina et Lanelate), 0,28 € / kg dans celui des mandarines (clémentines) et 0,20 € / kg dans celui des citrons (Fino et Verna). Telle est la conclusion de Pedro Caballero et María Ángeles Fernández-Zamudio, chercheurs à l'Institut valencien de recherche agraire (IVIA), et de María Dolores de Miguel, chercheuse à l'Université polytechnique de Carthagène, dans leur rapport « Régression ou continuité du secteur des agrumes. Fonction des coûts », inclus dans la monographie « Une feuille de route pour l'agrumiculture espagnole » publiée par Cajamar.

Le président d'AVA-ASAJA, Cristóbal Aguado, a déclaré « Le ministère de l'agriculture est déjà bien conscient de nos problèmes de rentabilité. Il y a déjà une loi dans le Bulletin officiel de l'État ; il dispose déjà d'études techniques récentes sur les coûts de production effectifs, mais il s'est arrêté là et préfère ne pas aller au fond des choses. Il devrait fixer des coûts de référence minimaux et interdire strictement que les prix convenus avec les opérateurs commerciaux ne tombent en dessous de ceux-ci. Sans prix décents, davantage de champs seront laissés en friche, les stratégies environnementales échoueront, car nous perdrons un secteur fondamental pour l'entretien du territoire, et notre autosuffisance en matière de production alimentaire, qui s'est révélée très importante durant cette pandémie, sera gravement compromise ».

M. Aguado a déclaré « En plus de suivre de près l'évolution des coûts de production effectifs dans chaque maillon de la chaîne de valeur, il est nécessaire que le ministère assure un suivi exhaustif de cette loi et détecte les éventuelles faiblesses afin de les corriger et de les transformer en forces grâce à des mises à jour réglementaires ».

Enfin, l'organisation a indiqué que ses services techniques sont à la disposition des producteurs pour les conseiller et les aider à signaler d'éventuelles pratiques abusives à l'Agence d'information et de contrôle alimentaire (AICA) et, le cas échéant, à imposer les sanctions correspondantes.

Pour plus d'informations :
AVA-ASAJA
www.avaasaja.org


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)