Rush et inquiétude dans les rayons des grandes surfaces

Alors que le couvre-feu à 18h est en place depuis samedi, les centres commerciaux ont débuté dans ce nouveau contexte avec la foule des grands jours. L’hypermarché Auchan de Gramont n’a pas désempli de la journée, même si sa galerie marchande est restée déserte. « Les clients se dirigent tout droit vers Auchan. À 16h30, on a déjà perdu environ 400 clients », constate Vicky, responsable de l’enseigne sportive C Courir. « Seul l’alimentaire va s’en sortir ».

Les consommateurs sont nombreux à avoir changé leurs habitudes pour s’adapter aux nouveaux horaires : « je suis venue plus tôt que d’habitude, confie Ariane, étudiante. Dès 16 heures, j’étais là, je craignais le monde. À mon sens, beaucoup ont fait la même chose ». Un autre client s’interroge sur le bien-fondé de la décision de l'État : « le report du monde se fait aux mêmes heures ».

Les caissières abondent dans ce sens : « les gens sont venus plus tôt, en même temps. Il y a environ dix à quinze clients en plus dans les files. Et beaucoup d’achats en surgelé. À l’inverse du mois de mars où les comptoirs de riz et de pâtes avaient été dévalisés », précise l’une d’entre-elles.

Au supermarché Casino de Revel, le directeur Laurent Rathqueber déclare « aujourd’hui, c’est un peu la journée test ». Il a lui aussi opéré des modifications pour que son magasin respecte le nouveau couvre-feu : « désormais on ouvre à 6 h au lieu de 8 h et le dimanche c’est 7 h-18 h. La société de gardiennage a elle aussi revu ses horaires, tout comme la logistique des camions ».

Gontran Thüring, délégué général du Conseil National des centres commerciaux, a indiqué que ce couvre-feu est « une mauvaise nouvelle pour les centres commerciaux, qui représentent quand même un quart du commerce de détail en France ». C'est à peu près « 20 % du chiffre d'affaires qui se fait dans les centres commerciaux après 18 heures. Il s'agit donc d'une « perte de chiffre d'affaires importante en perspective ». Il ajoute que malgré « la possibilité d'ouvrir un peu plus tôt, (...) on est quand même assez réservé sur cette mesure parce que les gens ont plutôt tendance à faire leur shopping en fin de journée qu'en début de journée ».

Les patrons des grandes enseignes auraient demandé à la ministre du Travail d’autoriser « de façon générale et automatique les ouvertures dominicales ; ce qui avait été fait au mois de décembre ».

« Ouvrir tous les dimanches permettrait économiquement aux commerçants de se refaire une santé et d'autre part de lisser la fréquentation sur sept jours et non plus sur six jours, ce qui serait bénéfique pour des raisons sanitaires », souligne le délégué général. Il précise que ce qu'il demande est une « autorisation et non une obligation », et vu que « les commerces dits non essentiels ont été fermés trois mois l'année dernière, (…) l'ouverture dominicale pendant la période des soldes serait une opportunité bienvenue pour les commerçants ».

 


Source : ladepeche.fr / rtl.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)