La CLCV de Rennes contredit l’enquête nationale de la CLCV

L’association de défense des consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) a publié récemment une enquête qui met en relief le fait que les prix du bio sont plus élevés que ceux du conventionnel. Cependant, l’antenne de Rennes a indiqué ne pas être tout à fait d’accord avec cette conclusion.

« Quand le national nous a demandé de contribuer à cette enquête sur les prix des fruits et légumes bio, nous avons clairement senti qu’il y avait ce parti pris de démontrer que le bio coûte plus cher », confient Yasmina Héligon et Maryvonne Charrier, coprésidente et secrétaire de la CLCV à Rennes.

La CLCV nationale est arrivée à la conclusion que « les fruits et légumes biologiques de notre enquête sont en moyenne 44 % plus chers que leurs équivalents non-bio. Mais il existe une très grande disparité selon les fruits et légumes étudiés. C’est le cas de la tomate ronde bio, elle est 71 % plus chère que la tomate conventionnelle alors que la banane bio n’est que 20 % plus chère que son équivalente conventionnelle ».

Pour elles, la méthode utilisée par l’association nationale n’est pas irréprochable : « L’avocat se vendant à la pièce et son prix étant rarement affiché au kilo, il ne peut être comparé aux autres produits vendus au poids ». De même, certains produits étaient « en fin de saison, comme la courgette, ou enquêtés trop tôt, comme l’orange, et ne se trouvaient donc pas sur tous les étals ».

En menant leur propre enquête, les deux femmes ont voulu vérifier si elles en arrivaient à la même conclusion. Neuf bénévoles se sont donc rendus, du 17 au 24 octobre dernier, dans les commerces de l’agglomération rennaise afin de relever les prix de quatre fruits (banane, orange de table, pomme Elstar, raisin chasselas) et quatre légumes (carotte non lavée, courgette longue et verte, poireau et tomate ronde). Quinze hypers et supermarchés, treize marchés de plein air et dix-sept magasins spécialisés, ont été contrôlés.

Le bilan est plus nuancé que l’enquête nationale. Sur les sept fruits et légumes bio étudiés, la carotte non lavée et la banane ont des prix similaires quel que soit le réseau de distribution. « En revanche, les cinq autres produits (orange, pomme, courgette, poireau, tomate) sont systématiquement plus chers dans les hypers et supermarchés que dans les magasins spécialisés et chez les producteurs biologiques ».

« Par exemple, les fruits et légumes bio vendus en grande surface sont toujours emballés – ce qui d’ailleurs renchérit le produit – pour éviter que le client les mélange à des produits conventionnels. Nous les avons donc pesés pour obtenir un prix au kilo, car celui-ci n’est pas toujours affiché ou ne saute pas aux yeux », confient les représentantes de l’antenne rennaise.

La CLCV de Rennes estime donc qu’il « semble possible de s’approvisionner sur les marchés de la région rennaise, sans surcoût important comparativement aux grandes surfaces ».



Source : ouest-france.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)