De nombreux contrats interrompus et non renouvelés en raison du Covid-19

Les exportations de mangues de Côte d'Ivoire ont chuté de 28 % l'année dernière

L'année a été difficile pour les producteurs de mangues africains. Les volumes d'exportation ont chuté l'année dernière, pour la première fois après des années de hausse stable. La pandémie a également rendu les choses beaucoup plus difficiles, de nombreux contrats ayant été interrompus depuis 2020 et non renouvelés cette année. 

La saison de la mangue va commencer dans moins d'un mois pour plusieurs pays africains. Tidiani Rouamba, responsable des importations de la société française Exotic Nature : « La saison de la mangue en Côte d'Ivoire s'étend de fin mars à mi-juin. Nous sommes présents en Côte d'Ivoire, au Mali, au Burkina Faso et au Sénégal. Globalement, nous sommes donc en mesure de livrer des mangues à partir de la mi-mars avec les Amelias du Burkina Faso et du Mali ; à partir de la fin mars, les Kents et les Keitts jusqu'en août. Au total, notre campagne de mangues se déroule de la mi-mars au mois d'août. Nos principaux marchés d'exportation se trouvent en Europe, dans des pays comme la France, l'Allemagne et les Pays-Bas ».

Pour Tidiani Rouamba, les volumes d'exportation de mangues ont chuté en 2020, et chuteront encore cette saison : « Pour cette année, les producteurs s'attendent à une baisse des volumes exportés. La Côte d'Ivoire, qui est le troisième exportateur mondial et dont les volumes sont en constante augmentation depuis des années, a connu une chute drastique de ses exportations l'année dernière. De près de 35 000 tonnes, elle est passée à 25 000 tonnes. Les volumes d'exportation du Mali sont tombés à près de 20 000 tonnes. Pour la prochaine saison, nous nous dirigeons toujours vers une baisse des volumes d'exportation ».

Cette baisse de volume s'explique notamment du fait de la pandémie. « Pour faire le point : après d'immenses efforts, les producteurs africains semblent ne pas être récompensés de leurs efforts. En raison du Covid-19, de nombreux contrats ont été interrompus depuis 2020 et n'ont pas été renouvelés cette année. Il y a également une réduction du personnel dans les centres de conditionnement afin d'adapter et de mieux pratiquer les mesures de barrière. Nous pouvons nous attendre cette année à ce que les exportations tombent en dessous des 25 000 tonnes que nous avons exportées en 2020 ».

Outre la pandémie, les exportateurs africains de mangues doivent faire face à toute une série d'autres défis : « Le principal défi pour nous est le Covid-19 qui change la façon de travailler et d'échanger dans le monde. Il y aussi d'autres obstacles, comme les clichés qui accompagnent la mangue africaine, à savoir la lutte contre la mouche. Il y a aussi la concurrence avec certaines mangues sur le marché européen, comme la mangue du Pérou, qui a un cycle plus long. Enfin et surtout, les prix sont stables depuis longtemps, donc il y a peu de chances d'avoir une grande saison et des prix en hausse pendant un certain temps ».

Pour plus d'informations :
Tidiani Rouamba
Exotic Nature
tidianirouamba@yahoo.fr  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)