Hugo Castro de GinaFruit :

« Le marché de la banane a connu des hauts et des bas cette année »

Cette année, l'industrie de la banane a connu de nombreux hauts et bas et Hugo Castro de GinaFruit ne s'attend pas à ce que cette tendance change de sitôt. Selon lui, « les ouragans qui ont frappé l'Amérique centrale à la fin de l'année dernière ont fortement réduit les stocks de bananes en provenance du Guatemala et du Honduras, ce qui a exercé une pression sur le marché. »

Les prix changent toutes les semaines
En plus de la réduction de la production du Guatemala et de l'Amérique centrale, l'Équateur se trouve actuellement dans la partie inférieure de son cycle de production élevé. « La forte demande, combinée aux volumes plus faibles que prévu, a vraiment fait grimper les prix. Les marchés ont connu des hauts et des bas, car certains ne sont pas prêts à payer les prix élevés. Ils n'achètent donc pas de bananes, ce qui réduit la demande et fait de nouveau baisser les prix. Dès que les prix baissent, ces marchés recommencent à acheter, ce qui augmente la demande et fait remonter les prix. Il n'y a donc aucune visibilité sur ce qui va se passer dans un avenir proche, nous vivons au jour le jour, voire à la semaine ». 

Cette situation, qui est principalement due aux problèmes de production en Amérique centrale, devrait durer toute l'année. « Il faudra au moins une année entière pour que les exploitations du Honduras et du Guatemala reprennent leur production. Il faut beaucoup de temps et d'argent pour tout remettre en marche. Peut-être que vers la fin de l'année, ils seront en mesure de recommencer à augmenter la production, mais c'est quelque chose que nous ne pouvons pas prévoir », a déclaré Castro.

Les défis posés par la pandémie se poursuivent
En plus des effets des ouragans, l'industrie de la banane doit encore faire face aux défis posés par la pandémie. « Les compagnies de transport ont augmenté leurs taux de fret en raison de la pénurie de conteneurs. L'ensemble de la chaîne logistique a été modifié en raison de la pandémie et les prix du fret ont beaucoup augmenté. En Équateur, nous sommes désavantagés par rapport aux autres grands pays producteurs de bananes en raison de notre situation géographique. Nous devons passer par le canal de Panama et le voyage est plus long. Bien que les prix aient augmenté pour tous les acteurs du secteur de la banane, ceux de l'Équateur ont connu une hausse disproportionnée en raison de ces facteurs. »

« Le prix des matériaux que nous utilisons pour exporter les bananes a augmenté. Les boîtes en carton, par exemple, sont plus chères parce que les consommateurs commandent beaucoup plus souvent en ligne, ce qui entraîne une augmentation de la demande mondiale de carton pour emballer ces commandes. Les sacs en plastique sont également plus chers, car leur production dépend des prix du pétrole, qui ont également augmenté ». 

Malgré ces défis, l'Équateur continue de se battre pour être compétitif. « Comme notre monnaie est dollarisée, nos bananes sont les plus chères de l'offre mondiale. Avec les crises économiques qui découlent de la pandémie, nous ne sommes pas dans une bonne position. C'est une lutte constante pour continuer à être compétitif. Nous offrons un produit d’une grande qualité, mais nous devons également être en mesure d'être compétitifs en termes de prix ». 

La production en provenance de l'Équateur connaîtra un pic en avril et mai, après quoi les volumes seront plus faibles pendant quelques semaines jusqu'à la semaine 35 où la courbe normale de production reviendra.

Pour plus d’informations :
Hugo Castro
GinaFruit
Tél. : +593 999423369
gerencia@ginafruit.com.ec   
www.ginafruit.com.ec   


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)