Gerwin de Vries, Witlofkwekerij LOF, Pays-Bas :

« Nos exploitations d'endives allemandes nous permettent d'accéder à ce marché »



« Nous avons créé une tendance en cultivant en intérieur, à la verticale et dans l'eau, tout cela en même temps », s'amuse Gerwin de Vries van LOF, un pépiniériste néerlandais spécialisé dans l'endive. Néanmoins, l'image de l'endive a été plutôt terne ces dernières années. « C'est devenu un peu un légume oublié ». Gerwin espère inverser la tendance. Son entreprise a introduit des kits de culture à domicile et des recettes à la mode comme les tagliatelles à l'endive. « Aujourd'hui, les gens connaissent bien l'endive, le jambon et le fromage. Mais c'est bien plus polyvalent que cela ».


Gerwin de Vries

L'année dernière, le marché de l'endive a été épargné par la pandémie de Covid-19. Les ventes ont été dopées, et les prix ont été supérieurs à la moyenne. « Les gens avaient plus de temps pour cuisiner à la maison. Et la plupart ont passé des vacances dans leur propre pays », explique Kristha Heibrink, vendeuse. Mais cette année, le marché a connu un début difficile. Le niveau de prix de 0,20/0,30 € d'il y a quelques semaines a été le point le plus bas. « Les premiers mois de l'année ne sont jamais les meilleurs. Chacun a alors sa propre production. Heureusement, le marché est reparti à la hausse. L'endive se vend maintenant à plus d'un euro ».

Les ventes de Radicchio sont en baisse
La crise du coronavirus affecte toutefois le Radicchio. « En général, il va surtout dans les restaurants, qui sont en grande partie fermés. C'est dommage car il commençait à gagner en popularité avant que la pandémie ne frappe. L'endive est surtout populaire en Amérique du Nord et au Japon. Aux Pays-Bas, c'est l'inconnu qui fait le mal-aimé. Il y a eu de nombreuses campagnes de marketing. Mais Radicchio n'a jamais trouvé sa place dans les rayons. Après tout, ce n'est pas un produit qui se vend très bien, donc son espace en rayon reste limité », poursuit Kristha.

Witlofkwekerij LOF a récemment ajouté une autre ligne de flow pack à sa ligne d'emballage. « La demande de produits emballés est en augmentation. Nous fournissions déjà près de la moitié de nos endives en flow packs. Mais maintenant, cette part est passée à 60-65 % », ajoute Gerwin. L'exploitation vend aux détaillants et aux grossistes néerlandais et étrangers.

Elle le fait à la fois directement et par l'intermédiaire d'exportateurs. « La demande des détaillants locaux en particulier a augmenté ces dernières années. Nous aimons répartir le nombre de nos gros clients. Nous les complétons par des clients plus petits. Cela signifie que nous avons des ventes stables pour toutes les catégories tout au long de l'année », explique Kristha.

Entrer sur le marché allemand avec un produit allemand
Witlofkwekerij LOF approvisionne le marché allemand à partir de ses deux exploitations dans le pays. « Nous avons repris une ferme d'endives existante à Leipzig il y a six ans. Cela a si bien marché que nous avons commencé à Wesel il y a trois ans. Pour les Allemands, les produits doivent être locaux. Et de nos jours, cela va même jusqu'au niveau régional, voire national. Grâce à nos entreprises allemandes, nous avons un bon accès au marché allemand », explique Gerwin.

Le Covid-19 a également stimulé les ventes d'endives en Allemagne. Mais selon Gerwin, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. « La consommation annuelle d'endives en Allemagne est de 180g. C'est beaucoup moins que les Pays-Bas, la Belgique et la France. Dans l'est de l'Allemagne, l'endive est encore assez bien connue. En revanche, elle est à peine consommée dans l'ouest du pays. Nos entreprises allemandes sont sur la brèche. Nous avons donc amélioré la qualité dans les rayons, ce qui profite également à la consommation. »

Une échelle nécessaire pour garantir la qualité et la continuité
Le nombre de fermes d'endive néerlandaises s'est effondré ces dernières années. « J'estime qu'il reste environ 50 exploitations d'endives. Il y a trente ans, il y en avait 50 rien que dans la région de Noordoostpolder. Les cultivateurs qui restent se sont agrandis. La disponibilité totale n'a donc que légèrement diminué. Le commerce de détail et le négoce veulent toujours une certaine échelle pour garantir la qualité et la continuité ».

« Nos clients savent ce qu'ils achètent. Nous pouvons même trier l'endive au niveau du client. C'est pourquoi il est parfois surprenant qu'ils utilisent encore les prix des enchères comme référence. Cela se fait surtout lorsqu'il y a des excédents sur le marché. Les approvisionnements aux enchères sont en fait bien plus bas que ceux de tous les producteurs individuels réunis. »

Selon Gerwin, aux Pays-Bas, la politique représente le plus grand défi futur du produit. « Les partis qui forment la coalition auront une grande influence. Si l'on interdit encore plus de pesticides, la lutte contre les mauvaises herbes deviendra problématique. Notre culture d'endives s'écarte déjà très peu de l'agriculture biologique. Nous pouvons cependant continuer à fertiliser. »

« Nous continuons à cultiver aux Pays-Bas. C'est grâce au bon sol et à la possibilité d'irrigation. Dans des pays comme la Belgique et la France, les extrêmes climatiques ont un effet encore plus important. Mais la disponibilité de bons sols est limitée. Et cela n'aide pas que de bonnes terres agricoles soient utilisées pour des parcs solaires. »

Kits de culture
De nouvelles variétés précoces, mi-saison et tardives sont continuellement développées. Malgré cela, l'utilisation des types standard reste la solution de prédilection, affirme le producteur. « La taille souhaitée est toutefois en train de se réduire. On peut alors utiliser l'endive dans davantage de plats ». Pour inspirer, Witlofkwekerij LOF appose des recettes sur ses emballages. « C'est pour promouvoir l'utilisation de ce produit ».

« Les kits de culture à domicile sont également très appréciés. Ils se composent de neuf stylos et de terreau. Notre site web, www.witlofkweekset.nl/, est bien classé sur Google. Et la demande est extrêmement forte. Beaucoup de gens commandent ces kits de culture pour leurs enfants. C'est arrivé souvent pendant le premier confinement. C'est parfait. Car lorsque les enfants cultivent eux-mêmes l'endive, ils l'aiment tout de suite. »

Pour plus d'informations : 
Gerwin de Vries
Witlofkwekerij LOF
28/1 Pilotenweg
8311 PL, Espel, NL
Tél. : +31 (0) 527 271 375
gerwin@witlofkwekerijlof.nl  
www.witlofkwekerijlof.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)