Marché mondial : l'ananas

Les ventes d'ananas se portent bien dans les pays européens. Dans de nombreuses régions, la demande de l'industrie hôtelière fait toujours défaut, mais l'offre limitée maintient le marché en équilibre. L'ambiance est également favorable sur le marché de l'ananas en Afrique du Sud et aux États-Unis. Le Costa Rica, qui produit des ananas toute l'année, a constaté une augmentation de la demande à l'approche de Pâques. En Australie, la situation du marché est moins réjouissante. En raison d'une pénurie de main-d'œuvre, certains ananas ne peuvent être récoltés et restent dans les champs. Taïwan rencontre également des difficultés, la Chine ayant imposé une interdiction d'importation d'ananas taïwanais, le pays est en quête d'autres acheteurs.

Pays-Bas : un marché de l'ananas stable en raison d'une offre limitée
Les ventes d'ananas se portent bien actuellement. « Dès la première semaine, la quantité de fruits disponibles n'a effectivement pas été très importante. Les retards sont plus fréquents, et le rythme d'arrivée des expéditions est loin d'être normal », affirme un importateur néerlandais. « Par conséquent, les prix se situent à un niveau raisonnable. Mais si davantage de fruits étaient arrivés sur le marché, la cotation aurait été plus problématique. Aujourd'hui, les prix se situent autour de 9 euros. Les supermarchés achètent de gros volumes, mais cela ne compense pas les pertes liées à l'absence de ventes dans l'hôtellerie et la restauration. Par ailleurs, les conditions sur le marché du libre-échange sont très volatiles. Lorsque les chefs de gouvernement en Allemagne ou en France annoncent de nouvelles règles, cela a un impact direct sur les ventes aux établissements scolaires et aux traiteurs, par exemple. Par ailleurs, vers le mois de mai, la floraison naturelle va reprendre, ce qui signifie qu'il y aura davantage d'ananas sur le marché. »

Belgique : un marché de l'ananas en équilibre
Les ventes d'ananas belges se portent plutôt bien en ce moment. Le marché est en équilibre, autrement dit, les prix se situent à un très bon niveau. Cela tient en grande partie à l'offre, qui est relativement limitée. La fermeture du secteur de la restauration a également un impact sur le marché, mais les grandes surfaces en absorbent une partie. L'essentiel de l'offre provient actuellement du Costa Rica.

Allemagne : des conditions de marché difficiles en raison des problèmes de fret aérien
Comme pour les autres fruits tropicaux d'outre-mer, le marché de l'ananas est fortement affecté par un trafic aérien insuffisant. Selon les importateurs, la capacité de fret aérien demeure très faible, et cette déficience persistante se répercute sur l'offre et les prix. La majeure partie de l'offre provient actuellement du Costa Rica. Les ananas d'Afrique de l'Ouest n'arrivent que dans des volumes limités, si bien que les prix des tailles moyennes sont un peu plus élevés.

Les ananas sont de plus en plus perçus comme un produit de consommation courante. Les machines pour l'épluchage ad hoc et la transformation des ananas en salades de fruits sont actuellement très demandées dans le commerce de détail allemand. La grande distribution, en particulier, mise beaucoup sur cette formule relativement nouvelle de fabrication allemande (Hepro GmbH).

Italie : demande d'ananas bonne malgré la fermeture de la restauration collective
En Italie, la demande d'ananas est bonne malgré la fermeture du secteur de la restauration. Le commerce de détail comble en grande partie cet écart. Selon un importateur du nord de l'Italie, les ventes étaient quasiment au point mort l'année dernière à la même époque ; ce qui n'est pas le cas cette année ici. Certes, le secteur de la restauration et les navires de croisière sont absents, mais les prix de gros se maintiennent à un niveau normal. Les prix varient de 0,70 euro pour les ananas les plus verts à 1,00-1,20 euro pour les plus colorés. Le transport mondial connaît quelques problèmes, il est difficile de trouver des conteneurs réfrigérés, augmentant les coûts de façon dramatique, ce qui influe sur le prix final. Selon les sources de l'importateur, ces conteneurs sont accaparés par l'Extrême-Orient, en particulier par la Chine.

Espagne : les volumes se redressent et les prix se stabilisent
L'Espagne importe actuellement des ananas du Costa Rica, de la République dominicaine et du Kenya. Les années précédentes, la demande d'ananas avait légèrement augmenté pendant la période de Pâques, surtout pour les ananas bien colorés. Cependant, cette année, les restrictions et les limitations imposées à cause du Covid-19 ont eu un impact direct sur le circuit de la restauration. La consommation n'a donc pratiquement pas augmenté. L'amélioration des ventes est liée à l'offre du marché.

Jusqu'à présent cette année, la demande d'ananas verts est restée assez stable, surtout pour les grandes marques. La demande est plus importante pour les ananas très colorés, dont les prix sont restés relativement forts et stables ces dernières semaines. Ils ont atteint des prix de vente allant jusqu'à 15/16 euros par boîte. Ces tarifs ont été obtenus grâce au volume limité sur le marché en ce début d'année. Les volumes reprennent maintenant progressivement et les prix se stabilisent du même coup. Quant aux ananas expédiés par avion, la demande continue de croître, même si les prix élevés et les contraintes de volume ralentissent quelque peu cette croissance. Les volumes devraient commencer à se redresser au cours des prochaines semaines. Aucun problème de qualité n'a été signalé jusqu'à présent.

Afrique du Sud : bon équilibre entre l'offre et la demande
On observe actuellement un bon équilibre entre l'offre et la demande d'ananas. Selon un producteur, la formidable hausse des ventes d'ananas est le résultat de ce qui s'est passé l'année dernière, lorsque les gens se sont mis à brasser de la bière d'ananas après l'interdiction de l'alcool en raison du confinement lié au Covid. Cela a attiré de nouveaux consommateurs d'ananas et fait connaître le produit.

Dans la province du Cap oriental, où le fruit est cultivé, les précipitations sont encore rares, mais le KwaZulu-Natal a enregistré environ 600 mm en six semaines. Des cas de coups de soleil ont affecté la récolte d'ananas de novembre, entraînant une baisse de la production en novembre et décembre. Toutefois, les producteurs s'attendent actuellement à une bonne saison. Les ananas sont récoltés toute l'année.

La rareté et l'irrégularité du fret aérien ont eu un impact néfaste sur les exportations d'ananas vers certains marchés comme les États-Unis. On observe également une baisse significative de la demande de la part du secteur de la restauration et de l'hôtellerie, qui pourrait exercer une certaine pression sur l'offre de produits frais.
Le prix moyen des ananas sur le marché municipal de Johannesburg est d'environ 7 R (0,4 €) par kg.

États-Unis : Pâques stimule la demande d'ananas
L'offre d'ananas est plutôt rare en ce moment. « Cela est dû à la période de Pâques », affirme un négociant californien. « De plus, les fournisseurs ne travaillent pas à plein temps pendant Pâques, si bien que moins de produits sont emballés ». Globalement, les volumes sont au même niveau que l'année dernière et les tailles 5, 6 et 7 sont les plus courantes, avec aussi quelques tailles 8. Les approvisionnements proviennent essentiellement du Mexique et du Costa Rica. Ce dernier fournit des ananas toute l'année. Le Mexique le fait presque aussi. L'Équateur fournit également quelques ananas.

La demande est plus importante que d'habitude en raison de la saison de Pâques. Les prix de gros se situent autour de 12 à 13 dollars. Quant à l'avenir, le négociant s'attend à ce que les conditions du marché restent stables. « Vers la mi-avril ou la fin avril, le prix baissera un peu, peut-être de 1 à 2 dollars. Je ne pense pas que la demande sera aussi forte qu'aujourd'hui. »

Costa Rica : la demande et les prix à la hausse
Le Costa Rica fournit des ananas toute l'année avec des volumes importants et de bonne qualité. Le beau temps de ces derniers mois a permis aux cultivateurs de prendre toutes les mesures nécessaires afin d'assurer une bonne récolte. Au cours des mois de janvier et février, les volumes d'exportation d'ananas ont augmenté de 9 % par rapport à la même période l'année dernière. La demande est suffisante pour absorber ces volumes supplémentaires. La demande et les prix ont légèrement augmenté à l'approche de Pâques ; ce sera sans doute aussi le cas pour la fête des mères. Le Costa Rica voit une augmentation de la demande en provenance de Chine suite à la décision du gouvernement chinois de suspendre les importations en provenance de Taïwan, mais la Chine reste un petit marché pour le Costa Rica en raison de la grande distance.

Chine : les importations d'ananas taïwanais temporairement suspendues
L'Administration générale des douanes de Chine (GACC) a annoncé le 26 février que les importations d'ananas en provenance de Taïwan seraient temporairement suspendues. En effet, il a été constaté que plusieurs lots d'ananas taïwanais contenaient des insectes nuisibles qui violent les normes de la GACC. Cette interdiction a pris effet le 1er mars. Plus de 97 % de la production taïwanaise d'ananas étant destinée aux marchés chinois, l'impact sur l'industrie de ce pays est énorme. L'industrie taïwanaise de l'ananas a déjà commencé à chercher des destinations de substitution. Beaucoup se sont tournés vers le marché japonais. Les autorités locales appellent également les Taïwanais à consommer davantage d'ananas et à soutenir les producteurs.

L'interdiction temporaire des ananas taïwanais a entraîné une baisse de l'offre sur le marché chinois tout en augmentant la demande d'ananas provenant d'autres fournisseurs. La vente d'ananas provenant de Guangdong et de Hainan a décollé provoquant une envolée des prix. Les Philippines, le Costa Rica et le Panama exportent tous d'importants volumes d'ananas vers la Chine. Certains négociants qui vendaient des ananas taïwanais importent désormais de ces pays.

Australie : le secteur de l'ananas frappé par le manque de main-d'œuvre
Le secteur australien de l'ananas a été touché par la pénurie de main-d'œuvre qui affecte l'ensemble de l'industrie horticole. Un producteur a déclaré avoir dû laisser 400 à 500 tonnes d'ananas dans les champs en décembre parce qu'il n'avait pas assez de personnel pour les récolter. Au début du mois, le principal organe représentatif du secteur australien de l'ananas s'est dit préoccupé par le fait que six tonnes d'ananas frais en provenance de Taïwan devraient être importées en Australie en mai. En effet, Taïwan a perdu l'accès au marché chinois. Growcom conseille aux consommateurs de vérifier et de tenir compte de l'origine des fruits, craignant que la qualité inférieure des ananas importés ne ternisse la réputation des producteurs australiens et de leurs marques.

Selon les dernières statistiques de Hort Innovation, 66 069 tonnes d'ananas (6 % de moins que l'année précédente) d'une valeur de 52,2 millions de dollars (5 % de plus que l'année précédente) ont été produites en Australie en juin 2020. La majeure partie de la production est réalisée dans le Queensland, où l'approvisionnement est assuré toute l'année. 36 % de la production totale est allée à l'industrie de la transformation. Aucun volume d'exportation n'a été enregistré et l'offre reste strictement limitée au marché intérieur. En ce qui concerne la consommation, 40 % des ménages australiens achètent des ananas frais.


La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de la tomate


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)