Il est essentiel de prolonger les futures récoltes des variétés de mandarines tardives

Les mandarines espagnoles se terminent par une hausse des prix et les ventes d'oranges stagnent

La saison espagnole des mandarines et des clémentines est presque terminée, tandis que les oranges resteront disponibles jusqu'à la fin du mois de juillet. Les mandarines se portent bien en cette fin de saison, les oranges, elles ne dégagent guère de marges bénéficiaires.

Les dernières mandarines Nadorcott et Orri sont actuellement vendues, et bien que la plupart d'entre elles aient déjà été récoltées, il reste encore quelques lots en stock pour le mois d'avril. Dans la deuxième partie de la campagne, dès que les stocks de Clemenules ont été écoulés, les prix d'achat ont commencé à augmenter, surtout pour les Tango, Nadorcott et Orri ; une tendance qui s'est poursuivie jusqu'à la fin de la campagne. Pour la Nadorcott et la Tango, par exemple, les prix sont passés d'environ 0,60 euro par kilo à environ 1,00 euro par kilo.

Bien que les prix aient été plus bas au début, la demande a augmenté ces dernières semaines et les prix ont rebondi dans la dernière partie de la campagne. « La campagne de mandarine s'est bien terminée », déclare un producteur et exportateur valencien. « Nous n'avons plus de stocks de Nadorcott et d'Orri, mais si nous en avions en avril et mai, nous les vendrions sans problème et à des prix plus élevés. Ceux qui ne sont pas pressés de vendre les fruits et les conservent plus longtemps parviendront à les vendre dans de meilleures conditions ». 

Plusieurs producteurs planifient déjà leurs productions de manière à pouvoir prolonger leurs récoltes à l'avenir. « Au cours de la prochaine saison, je pense qu'il sera essentiel de ralentir la récolte des variétés les plus tardives, ce qui peut être réalisé grâce à une bonne gestion sur le terrain », affirme le producteur et exportateur.

Stagnation du marché des oranges espagnoles en raison des prix d'achat élevés
Les oranges, en revanche, ne se portent pas bien, du moins pour les négociants, qui ne parviennent qu'à obtenir un bénéfice très faible. Il s'agit d'une situation très différente de celle observée à la même époque la saison dernière, lorsque la demande d'oranges - dont la production était également plus limitée - a explosé en raison de l'impact de la pandémie, et que leurs prix de vente ont également augmenté.

Actuellement, les oranges Navel Powel, Chislet et Barnfield sont vendues principalement aux acheteurs qui sont prêts à payer un peu plus pour la production espagnole. Cette année, la concurrence des oranges égyptiennes sur les marchés européens est plus rude que d'habitude. La production d'oranges égyptiennes est entre 20 et 30 % plus élevée cette saison. De plus, environ 70 à 80 % des oranges ont atteint des tailles moyennes et petites, qui n'ont pas de débouchés commerciaux sur les marchés asiatiques.

« Les prix auxquels nous achetons les oranges à l'origine sont assez élevés et faire un bénéfice sur leur vente est vraiment difficile. Parfois, nous sommes même obligés de vendre au prix coûtant. La vérité est que le commerce des oranges est resté assez stagnant pour l'ensemble du secteur ». 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)