Le commerce mondial des oignons s'effectue désormais en ligne

Les années 2000 ont donné le coup d'envoi de la révolution de l'informatique dans les entreprises technologiques en introduisant un modèle de paiement à l'usage pour les services web, qui a considérablement réduit la barrière d'entrée et augmenté l'évolutivité des nouvelles entreprises technologiques - c'est ainsi que l'ère des « startups » a commencé. Peu après, un flot de plateformes de commerce électronique et de marketplace a commencé à perturber les chaînes d'approvisionnement partout, alimentant la mondialisation et forçant les acteurs dominants en place à s'adapter.

« Si l'on observe le commerce des produits frais, on ne peut s'étonner de se demander où est l'innovation. À côté de toutes les innovations en matière d'agriculture verticale, d'optimisation des rendements, de capteurs et d'appareils connectés, de modifications génétiques, d'adaptation au climat et de pratiques régénératives et durables, il n'est peut-être pas évident, vu de l'extérieur, que la façon dont les produits frais sont effectivement commercialisés a peu changé au cours des 20 dernières années », commente Alex Guilleux, PDG de Harvex.

Une étude récente sur le processus d'exportation des principaux exportateurs de produits frais a révélé une moyenne de 40 points de contact - tant externes qu'internes - pour négocier et exécuter une transaction. Ces points de contact comprennent des groupes de messagerie privée pour vérifier les prix, des appels pour trouver un acheteur, des courriels pour négocier un accord et d'autres courriels pour documenter et exécuter la transaction. Les exportateurs ont besoin d'équipes spécialisées pour gérer ce processus à forte intensité de main-d'œuvre. De plus, l'étude a révélé que les exportateurs ont du mal à découvrir les prix, car il existe peu de prix de référence fiables et en temps réel. Pour le commerce international, les données gouvernementales ont tendance à être décalées de plusieurs mois, voire de plusieurs années, et les données recueillies sont souvent peu fiables. L'inefficacité et la désagrégation des informations sont deux problèmes qui peuvent être résolus par une solution de commerce numérique. Alors pourquoi cette solution n'existe-t-elle pas déjà ?

« En discutant avec les acheteurs et les vendeurs de produits frais, il est apparu clairement qu'aucune des parties ne souhaitait commercer avec une contrepartie inconnue », explique M. Guilleux.

« Cette barrière de confiance est le produit des montants élevés des transactions uniques, associés au risque de paiement de la contrepartie posé par les conditions de paiement standard et les incoterms. Les deux parties préfèrent des relations commerciales durables qui se construisent lentement, par opposition à une approche transactionnelle. Il est évident que plusieurs plateformes ont tenté de construire une plateforme de commerce numérique pour améliorer le processus commercial, mais elles ont souffert d'un manque de liquidité et de traction en raison de l'incapacité à surmonter la « barrière de la confiance. » 

C'est là que Harvex est intervenu : une place de marché en ligne basée en Nouvelle-Zélande pour le commerce des oignons.

Harvex est soutenu par le plus grand producteur-exportateur de légumes de Nouvelle-Zélande et développé en collaboration avec New Zealand Trade Enterprise.

« Harvex adopte une approche axée sur la confiance (par opposition à la technologie) en sélectionnant ses exportateurs et ses acheteurs, afin de créer un réseau de confiance. Les exportateurs sont sélectionnés en fonction de leur qualité, de leur localisation, de leur volume et de leur historique commercial. Les acheteurs sont référencés sur la plateforme et font l'objet d'une vérification approfondie de leur fiabilité en tant que partenaires commerciaux. Harvex a une touche humaine - un réseau d'agents sur le terrain dans les marchés clés qui soutiennent les acheteurs dans leur transition vers un nouveau monde de commerce. » 

La plateforme de Harvex permet aux vendeurs de gérer l'ensemble de leur flux de travail commercial en un seul endroit, de l'offre de produits à la négociation de l'échange et à la gestion des livraisons. La société affirme que cela a permis de réduire le processus commercial de 40 points de contact à seulement 20, ce qui se traduit par une économie importante en termes d'heures de travail pour les ventes et la documentation. La plateforme fournit des données de prix actualisées basées sur des échanges en direct et devient rapidement un prix de référence pour les acheteurs et les vendeurs.

« En raison de l'amélioration de l'expérience commerciale, les exportateurs ont transféré leurs relations commerciales existantes sur la plateforme et ont à leur tour bénéficié de l'accès à un large choix d'acheteurs approuvés. Les acheteurs bénéficient d'un guichet unique pour s'approvisionner en oignons toute l'année, en achetant directement auprès d'exportateurs renommés de Nouvelle-Zélande, d'Égypte, d'Inde et des Pays-Bas. » 

« Ce modèle a permis à Harvex de connaître une croissance exponentielle, mois après mois, des volumes et des acheteurs enregistrés. Grâce à ce succès, Harvex a été en mesure d'étendre sa présence sur le marché à d'autres pays et d'introduire de nouveaux vendeurs mondiaux dans son approvisionnement tout au long de l'année. Pour l'instant, nous nous occupons principalement du commerce de l'oignon, mais nous espérons développer ce secteur. En instaurant la confiance, en tirant parti des relations mondiales approfondies existantes et en associant une présence sur le marché au numérique, Harvex s'attaque aux coûts cachés de l'exportation et de l'importation de produits frais. » 

Pour plus d'informations :
Andrew Gray
Harvex
admin@harvex.co
www.harvex.co


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)