Marché mondial : la mangue

Le marché mondial de la mangue affiche une diversité de situations, de nombreux importateurs passant d'une origine à l'autre. Certains marchés comme les Pays-Bas et la Belgique se débattent avec des prix de marché bas, alors que l'Allemagne, en revanche, connaît des prix élevés. L'offre est limitée aux marchés nord-américains, tandis que les marchés asiatiques souffrent d'une offre excédentaire, faisant baisser les prix ici. L'Inde, sans surprise, est confrontée à des défis difficiles en raison de la pression croissante causée par la pandémie en cours.

Pays-Bas : un marché de la mangue difficile en dehors des programmes des supermarchés
Cette semaine, les dernières mangues ont quitté la Côte d'Ivoire. La pluie qui s'est installée au début de la semaine dernière a mis fin prématurément aux expéditions. Cela entraîne, entre autres, des fruits plus irréguliers en termes de maturation, si bien qu'il y a trop de fruits mûrs sur le marché. Même si aucune promotion en supermarché n'est prévue en Allemagne pour les deux dernières semaines, les programmes réguliers vers les hypermarchés se poursuivent bien. Un importateur néerlandais a constaté une pression sur le marché chez les importateurs traditionnels sans programme, qui ne savent pas où écouler leurs mangues. Les prix sur le marché libre se sont donc effondrés de 40 %. D'autres promotions sont prévues pour la fin de la semaine prochaine, ce qui devrait relancer les ventes. Les exportations de mangues Keitt de la République dominicaine et de Keitt et de Palmer du Brésil se sont également poursuivies raisonnablement bien avec des mangues de bonne qualité.

Belgique : des prix stables après une période de baisse
La saison péruvienne de la mangue est terminée tandis que la saison ivoirienne bat son plein. « La Côte d'Ivoire a commencé deux semaines plus tôt, mais le Pérou a également continué plus longtemps que d'habitude », déclare un importateur belge. « Les deux pays avaient beaucoup de disponibilités en grandes tailles, à savoir les tailles 6 et 7. Cependant, tous les détaillants n'achètent pas les grandes tailles, ce qui exerce une pression encore plus forte sur les prix. Après une baisse importante, les prix sont actuellement à nouveau assez stables ». La saison ivoirienne s'étend jusqu'à fin mai / début juin. La qualité des mangues est bonne. La saison sera suivie par les pays d'Afrique de l'Ouest. Selon l'importateur belge, la demande de mangues a été bonne toute l'année. « C'est toujours un produit en pleine ascension ».

Allemagne : la saison africaine tourne à plein régime
Le marché de la mangue en Allemagne a connu une transition saisonnière difficile entre le Pérou et la Côte d'Ivoire. Les derniers volumes péruviens ont été négociés à la fin du mois d'avril, la marchandise ivoirienne était initialement disponible dans des volumes limités. Actuellement, l'offre est encore trop faible sur les différents marchés de gros, si bien que les prix sont élevés. En même temps, la demande en produits exotiques dans le commerce de gros est à un niveau relativement bas depuis des mois en raison de la fermeture du secteur de la restauration. Maintenant que le premier assouplissement semble se profiler, on présume que ceci pourrait changer à court terme.

Italie : les prix chutent alors que les différentes variétés inondent le marché avec un niveau de consommation faible
La consommation actuelle de mangues en Italie est plutôt élevée. Le marché des mangues importées par voie aérienne est régulier, tandis que celui des mangues importées par voie maritime s'est effondré. Un opérateur d'un marché de gros du nord de l'Italie affirme qu'en ce moment, on trouve des mangues en provenance du Brésil, par voie aérienne, de qualité moyenne. « Il y a aussi des produits de la Côte d'Ivoire, également importés par voie aérienne, qui atteignent jusqu'à 7 €/kg pour une qualité moyenne. Les mangues importées par bateau d'Amérique du Sud coûtent moins cher, environ 1,20 - 1,50 €/kg, et sont principalement destinées aux négociants soucieux du prix. Pour obtenir un produit de qualité supérieure, il faudra attendre 2 à 3 mois, lorsque les petits producteurs italiens et espagnols commenceront à produire. Ce produit présente également des avantages en termes de logistique. »

Un grossiste de Milan ajoute : « Le produit brésilien, avec les variétés Tommy Atkins et Palmer, est présent en Italie 12 mois par an. Du Pérou et de la Côte d'Ivoire, nous recevons principalement la variété Kent, qui gagne en popularité en Italie. Ces dernières semaines, contrairement à l'année dernière à la même époque, le marché italien a été saturé de mangues importées par voie maritime, ce qui a entraîné une baisse générale des prix (7 € pour les caisses de 4 kg contre 10-11 € en 2020). Le prix de gros des mangues importées par voie aérienne est d'environ 45 € pour la boîte de 5,5-6 kg, avec un produit à point de maturité correct. En raison de ce prix élevé, seuls les détaillants les plus prestigieux d'Italie le mettent dans leurs rayons. »

Un autre opérateur du nord de l'Italie confirme le début de la campagne pour la mangue Kent de Côte d'Ivoire par voie aérienne et maritime. « La campagne va durer environ un mois en attendant de recevoir le produit mexicain, puis nous continuerons avec les mangues israéliennes. S'il y a environ trois semaines, le produit de Côte d'Ivoire par voie maritime coûtait 6,50-7,50 €, maintenant le prix du kilo est de 5,00 € pour la Kent et de 3,50 € pour la Tommy. Ceci est vrai pour toutes les variétés et origines par voie maritime. Même la Keitt de Saint-Domingue, qui est sur le point de démarrer, ou le produit brésilien, affichent des prix en baisse alors qu'ils inondent encore plus les marchés. »

Enfin, les mangues fraîches coupées, qui arrivent en Italie prêtes à être consommées, prennent de plus en plus d'importance.

Royaume-Uni : demande croissante de mangues de qualité supérieure
La saison de la Côte d'Ivoire a récemment commencé avec l'arrivée de la variété Kent sur le marché britannique, avec des prix d'environ 1 £/par kg. On trouve également des Palmer brésiliennes et des Tommy Atkins à des prix similaires.

La saison péruvienne s'est terminée il y a quelques semaines, avec des volumes globaux pour la saison en baisse d'environ 10 % par rapport à l'année précédente, tant en valeur qu'en volume.

La demande de mangues mûries sur pied et expédiées par avion pour le segment haut de gamme du marché est en augmentation. Généralement, ces prix peuvent être 4 ou 5 fois plus élevés que ceux des fruits traditionnels transportés par voie maritime. Cela s'explique par le fait qu'elles sont laissées sur l'arbre pour mûrir plus longtemps et qu'elles sont expédiées par avion pour être sur les marchés deux jours seulement après la cueillette. Les volumes globaux sont faibles mais il semble qu'il y ait une demande croissante pour ce produit haut de gamme.

Espagne : un marché médiocre qui devrait durer jusqu'à la fin du mois
L'Espagne est actuellement hors saison et la récolte ne commencera pas avant la mi-août. En ce moment, les mangues brésiliennes dominent le marché espagnol, qui se chevauchent avec les dernières mangues du Pérou. D'autres origines comme la Côte d'Ivoire et le Mexique - par voie aérienne - sont également disponibles sur le marché. Selon un importateur espagnol, les ventes sont maintenant bloquées et les prix sont au plus bas après les excellents mois de mars et avril. Les mangues transportées par avion, en revanche, se portent beaucoup mieux et sont plus stables. Le secteur s'attend à un mauvais marché pour les mangues durant au moins tout le reste du mois de mai.

Amérique du Nord : l'offre de mangues s'est resserrée au cours du mois dernier
« Les petits calibres ont été davantage disponibles et les grands calibres ont été plus restreints », indique un importateur situé en Californie, notant que les régions de culture avaient connu des températures plus fraîches. Actuellement, les mangues proviennent du sud du Mexique, de Oaxaca Guerrero Michoacán et Nayarit. La concurrence vient du Guatemala et du Nicaragua.

Cependant, la production est jusqu'à présent supérieure à ce qu'elle était l'année dernière à la même époque. « Nous avons expédié des Tommy Atkins et des Ataulfo. Plus tard en mai, nous expédierons des Kents puis, en août, des Keitts », indique l'importateur. Entre-temps, les expéditions d'Ataulfo (Honey mango) se termineront en juillet.

Les prix ont été bons jusqu'à présent. « À la même époque l'année dernière, les variétés jaunes étaient plus faibles. Mais les prix se stabilisent en raison des différences de calendrier d'une région à l'autre. La demande cette année est très bonne sur toutes les variétés, surtout les jaunes. »

À l'avenir, les volumes continueront à provenir de Michoacán, Jalisco, Nayarit et, plus tard, du sud de Sinaloa.

L'année dernière, le COVID-19 a interféré avec l'exportation de mangues indiennes vers les États-Unis, étant donné qu'elles ne peuvent être expédiées que dans le cadre du programme de dédouanement de l'USDA - un inspecteur doit se rendre en Inde et procéder à un dédouanement préalable -, explique un importateur spécialisé dans l'obtention de mangues de ce pays. « L'année dernière, les inspecteurs américains n'ont pas été en mesure de le faire et il en est de même pour cette année ».

Cependant, des discussions ont récemment eu lieu entre l'USDA et le gouvernement indien pour trouver une solution. « Les négociations visent à permettre que l'inspection ait lieu aux États-Unis », explique l'importateur. « Certains pensent qu'une issue pourrait être trouvée d'ici une semaine environ ».

Habituellement, les inspecteurs arrivent à la mi-avril et la saison se termine à la fin du mois de juin. Si les expéditions peuvent se faire, le marché sera tout de même restreint en raison des prix élevés du fret, qui atteignent le double ou le triple des prix habituels. Par contre, comme il n'y a pas de restrictions sur les mangues indiennes, les Canadiens ont pu voir des mangues indiennes sur les étals des magasins au cours du dernier mois.

Australie : croissance positive sur certains marchés malgré les difficultés
Comme la plupart des autres industries dans le monde, l'industrie australienne de la mangue a dû faire face à des défis supplémentaires, en raison de la pandémie de COVID-19. Malgré ces difficultés, 8,2 millions de plateaux ont été envoyés sur les marchés nationaux et d'exportation, ce qui atteste du travail acharné de l'industrie. Bien que le volume de fruits envoyés sur certains marchés ait diminué en raison des défis géopolitiques et autres liés au COVID-19, l'Australie a enregistré une croissance sur d'autres marchés, comme la Corée du Sud. L'industrie a travaillé en étroite collaboration avec les marchés clés pour s'assurer que les pays d'outre-mer soient toujours en mesure de déguster des mangues australiennes.

Asie : les gros volumes entraînent une offre excédentaire en Chine, tandis que les conditions météorologiques causent une pénurie à Taïwan
La saison actuelle de la mangue de Hainan touche à sa fin. Cette année, les mangues de Hainan ont eu une grosse production. L'offre de fruits arrivant sur le marché excède la demande. En février, la période de floraison a été prolongée, et le délai de commercialisation de chaque lot de fruits a été retardé. Par conséquent, l'offre de fruits a connu une pénurie à court terme. En avril, un grand volume de mangues est entré sur les marchés, entraînant un état de surproduction qui est toujours d'actualité. Le prix est de 1-3 yuan/500 grammes, les fruiticulteurs sont pour la plupart déficitaires et les distributeurs ne sont pas rentables.

Les premières mangues taïwanaises Aiwen de la saison entreront sur le marché chinois cette semaine, après que les zones de production ont subi la pire sécheresse depuis 60 ans. Le volume global de production a également diminué d'au moins 30 %. La saison d'approvisionnement devrait durer jusqu'en août.

Le 26 avril, l'Administration générale des douanes de la République populaire de Chine a officiellement publié la liste des 37 vergers enregistrés pour l'exportation de mangues de Puzhai vers la Chine et de 5 usines de conditionnement. Le Cambodge a livré son premier lot d'exportations de mangues fraîches directement à la Chine le 7 mai.

Inde : reprise de la saison, mais difficultés dues à la pandémie
La saison a commencé à s'accélérer au bon moment. Cette année, il y aura environ six semaines complètes, ce qui est mieux que ce que le pays a connu en 2020. Les acheteurs semblent avoir une bonne réactivité cette fois-ci, car la demande est actuellement très forte. Comme nous l'avons mentionné dans la section de cet article consacrée à l'Amérique du Nord, l'Inde rencontre quelques difficultés pour expédier des mangues vers les États-Unis, car ces derniers exigent un traitement par irradiation des mangues en présence d'un agent de l'USDA-APHIS.

En raison de la pandémie, aucun agent n'est en mesure de venir en Inde pour effectuer ces contrôles. Cela nuit considérablement aux exportations, mais les deux gouvernements continuent de négocier et il faut espérer que la situation s'améliorera bientôt.

Afrique du Sud : faible demande pendant la saison d'hiver
Le marché sud-africain est actuellement en basse saison. Les vergers sont taillés et en repos, si bien que la demande sur le marché est faible. En ce qui concerne les importations, la saison du Mozambique a mis fin à la saison africaine dans ce pays, tandis que l'Égypte, l'Espagne et Israël, les origines qui donnent traditionnellement le coup d'envoi de la saison sud-africaine au début de l'été, n'ont pas encore commencé leurs activités dans le pays.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de la fraise


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)