Grodan Prestige

Essai comparatif en conditions bretonnes

Après un peu plus d’un mois de récolte, les premiers résultats d’un essai comparatif entre substrats en laine de roche et coco sont encourageants. Le pain en laine de roche Grodan Prestige s’adapte bien aux conditions de production de tomates hors-sol. Avec 8,25 kg/m² après 6 semaines de récolte, Grodan Prestige améliore le rendement de 7 à 10 %.


Vue aérienne de la station expérimentale du Caté.



En partenariat avec Grodan, la station expérimentale du Caté, implantée à Saint-Pol-de-Léon au cœur de la zone de production légumière et horticole de Bretagne, a mis en place un essai de culture hors-sol en tomate, dans l’objectif de comparer le comportement des plantes et l’efficience environnementale de la culture en fonction de la nature du substrat. « Le pain en laine de roche Grodan Prestige a été choisi pour sa souplesse d’utilisation et son niveau de compétitivité face aux substrats en coco », explique Hans Baekelmans, référent technique chez Grodan pour les régions Bretagne et nord Europe. Ainsi, trois types de substrats sont comparés dans cet essai : le pain Grodan Prestige de 10 cm de haut, un coco tamponné et un coco non tamponné dans les volumes de référence couramment utilisés en Bretagne. L’essai a été mis en place à la mi-décembre 2020 (pré-plantation en semaine 50) avec la variété de tomate grappe Luminance et une densité de départ de 2,33 plants/m². Cette densité est ensuite passée à 2,9 têtes/m² à partir de la semaine 5 pour atteindre 3,5 têtes/m² à partir de la semaine 10. La récolte a démarré le 18 mars avec au départ des grappes de 5 fruits. Elle s’est poursuivie, à partir de début mai, avec des grappes qui avaient été taillées à 6 fruits.


Photo 1 : Grodan Prestige


Photo 2 : Coco tamponné         


Photo 3 : Coco non tamponné

Les premières différences entre les substrats se sont exprimées dès le démarrage de la culture, notamment au moment de la saturation des pains avec la solution. Le coco non tamponné et naturellement chargé en sodium doit impérativement être lessivé par une solution riche en calcium. Environ 50 l/m² de solution ont été nécessaires pour que le coco non tamponné se débarrasse de son sodium jusqu’à des niveaux acceptables, soit une période de lessivage d’environ deux mois qui a retardé d’autant la possibilité de démarrer le recyclage des eaux de drainage avec ce substrat. Par ailleurs, la richesse en tanins des substrats en coco conduit à une coloration des eaux de drainage en début de culture. Cette coloration peut poser problème lors du processus de désinfection aux UV. « Dans ces conditions, seule la modalité conduite sur laine de roche est en mesure de pouvoir recycler les eaux de drainage dès le démarrage de la culture, donnant ainsi un avantage au substrat Grodan Prestige », souligne Hans Baekelmans.

Avec un pourcentage de drainage inférieur, les résultats de Grodan Prestige démontrent que la laine de roche améliore l’efficacité des irrigations. L’eau est davantage absorbée par les plantes qui synthétisent ainsi plus de matière sèche, avec un gain de rendement à la clé.


Cet essai a connu en janvier et février une période peu lumineuse, suivi au contraire de mois de mars et avril très ensoleillés. Les niveaux de salinité relativement élevés au démarrage de la culture n’ont pas posé de problèmes particuliers, au contraire ils ont permis de mieux contrôler le développement génératif des plantes. De ce point de vue, les trois types de substrats se sont comportés de manière assez similaire. En revanche, durant la période très lumineuse, la modalité sur substrat en laine de roche a bénéficié d’arrosages plus tardifs en fin de journée tout en conservant une perte d’humidité totale comparable à celle des deux substrats en coco. Cet allongement de la plage horaire d’irrigation a permis aux plantes de rester actives et de prolonger leur phase de transpiration, favorisant ainsi le calibre des fruits.

Après le premier mois de récolte (avril), les données de production sont donc favorables à Grodan Prestige. En effet, si le nombre de grappes récoltées est à peu près équivalent quel que soit le type de substrat, le poids moyen des fruits est légèrement supérieur dans le cas de Grodan Prestige, ce qui permet à cette modalité de prendre une certaine avance en matière de rendement cumulé. Après les 6 premières semaines de récolte, la production sur Grodan Prestige atteint 8,25 kg/m², soit 7 à 10 % de mieux par rapport aux deux autres modalités. Ces résultats sont d’autant plus intéressants que la période correspond à des conditions de marché favorables, avant que la montée en puissance de la production n’oriente les prix à la baisse.

Pour Alain Guillou, en charge de cet essai dans le cadre de sa mission de suivi des expérimentations légumes sous serre-verre et cultures hors-sol au Caté, il est important de bien maîtriser la conduite de la culture sur l’ensemble de la saison. La fin du mois de mai correspond aux premières récoltes de grappes à 6 fruits et à l’entrée en production de l’ensemble des tiges correspondant à une densité de 3,5 têtes/m². « Il est important de bien connaître le comportement de chaque type de substrat pour adapter la conduite de la culture en conséquence. La montée en puissance de la production et le changement des conditions climatiques sur la fin du printemps et durant l’été sont des facteurs importants à prendre en compte. Ensuite, il sera intéressant d’étudier le comportement de chacun des substrats en période de jours décroissants et jusqu’à la fin de la saison », ajoute Alain Guillou qui donne donc rendez-vous dans quelques mois pour tirer le bilan de cette expérimentation.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)