Manuel Altava, - Asaja Sevilla

« L'Égypte est entrée tôt sur le marché et a inondé l'Europe avec une production qui a déjà dépassé celle de l'Espagne »

« Les attentes en matière de production, de qualité, de consommation et de prix que nous avions pour la campagne qui vient de se terminer étaient grandes. Cependant, comme nous le craignions depuis des années, l'Égypte est devenue un nouveau concurrent avec ses oranges tardives. Elle a fait irruption sur le marché très tôt, dès le mois de février, et a inondé l'Europe d'une production qui a dépassé celle de l'Espagne, et ce à des prix inférieurs à ceux du produit espagnol en raison de leurs coûts de production plus bas », a déclaré Manuel Altava, 2e vice-président de l'Asaja Sevilla.

« Cela a ralenti les ventes en fin de campagne ainsi que la récolte, ce qui a compliqué la conclusion des contrats, le respect des accords, le maintien de la qualité des fruits et la garantie de la production de la saison prochaine. »

« Cependant, nous pouvons nous sentir fiers. Notre secteur a réussi à traverser deux saisons, qui ont été marquées par tant de nouvelles adversités ainsi que par la série de défis auxquels nous avons été confrontés au cours de la dernière décennie », a déclaré M. Altava.

« Au terme de cette campagne, nous ressentons plus intensément que jamais que c'est la fin d'une époque. Il est de plus en plus clair que les jours des agriculteurs en tant que tel sont comptés. Soit ils se transforment en entrepreneurs agricoles, soit ils ne pourront guère répondre aux exigences de plus en plus nombreuses et compliquées imposées par : une PAC plus complexe ; une distribution de plus en plus rigoureuse et plus difficile à servir ; une administration plus vigilante et plus difficile à gérer ; une clientèle de plus en plus exigeante et plus difficile à satisfaire ; des coûts de plus en plus lourds ; un climat plus extrême. En outre, comme il semble qu'il y ait de moins en moins de logique, tout est plus difficile à comprendre. »

« Nous sommes maintenant plongés dans la récolte des pêches et des nectarines. Ces cultures sont en train de disparaître dans la Vega del Guadalquivir, tout comme celle du tabac et des asperges. Je me souviens bien des week-ends, il y a maintenant 40 ans, où mon père et moi partions à l'aube avec un cheval et une charrette pour le verger afin de cueillir les fruits. »

« Beaucoup de choses se sont passées depuis cette époque. Je suis certain que cette ruée nécessaire, qui nous a apporté le progrès social, technique et technologique, nous a fait oublier et nous a détachés d'un mode de vie authentique qui semble aujourd'hui si lointain et que beaucoup découvrent aujourd'hui comme quelque chose d'ancestral », a ajouté M. Altava. 



Source : abc.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)