Les prix s'envolent pour les fruits à noyau

Malgré les efforts des producteurs pour protéger leurs fruits, le gel a considérablement impacté les productions de pêches, cerises et abricots. Une des plus faibles productions jamais enregistrées dans l'Hexagone. Résultat ? Les prix flambent sur les étals. 

Jean-Philippe Banc, responsable agricole à « La cerise du plateau » en Ardèche vend donc ces cerises 1 euro de plus le kilo. « On a des fruits qui ne vont pas jusqu’au bout. On en a qui sont déformés, qui sont tout petits et qui vont chuter, qui continuent à chuter ou qui ne chutent pas. Ça, c’est des cerises qui sont perdues ».  

Ainsi, les abricots enregistrent des prix jusqu'à 5 euros le kilo contre 3,5 habituellement. Même les melons se font rares cette année avec des prix à 3,80 l'unité. 

Dans la Vienne, également les prix sont élevés. « Cette année, la cerise, c’est une catastrophe ! », affirme Nadia Estadella de Chez Pépito, au marché Notre-Dame (Poitiers). Elle commercialise des cerises noires de Provence à 11,80 € le kilo. « La rareté fixe le prix » Même constat sur un autre marché, celui des Couronneries, la cerise un prix de 10,90 € chez le primeur Frédéric de la Vaissière. « Un de mes clients m’a envoyé une photo du kilo de cerise à 45 €, à Montargis dimanche dernier ! Mais les gens ne sont pas surpris, ils étaient au courant des gelées et ils sont même étonnés qu’il y en ait. »


Source : tf1.fr / lanouvellerepublique.fr
 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)