Le marché européen de la tomate en mutation à cause du ToBRFV

Le marché belge de la tomate est en pleine mutation depuis quelques semaines. La production est élevée depuis des semaines, mais les prix se maintiennent malgré tout. La tendance à la hausse du prix des tomates en grappe est particulièrement visible. Le marché des tomates en vrac est plus stable.

Maarten Verhaegen de BelOrta est positif quant à l'évolution des prix. Il considère que le prix moyen de plus de 50 centimes d'euro pour les tomates en grappe est bien pour cette période de l'année, mais il est également inquiet, surtout à cause du virus du fruit rugueux brun de la tomate et de ses effets sur le marché. Le ToBRFV est peut-être inoffensif pour l'homme, mais les producteurs subissent de graves pertes lorsque les tomates sont infectées.

Le prix reste ferme
« Il y a de l'agitation dans le secteur de la tomate à cause de tous les bruits qui courent au sujet du ToBRFV dans le pays et à l'étranger. Les producteurs ont dû procéder à des abattages ou sont sur le point de le faire. En même temps, malgré l'obligation de déclaration, personne ne veut en parler, de sorte qu'il y a également beaucoup d'incertitudes*. Par conséquent, les acheteurs sont devenus agités et ne veulent pas manquer une occasion si l'offre est temporairement réduite en raison de problèmes de virus. »

Cet effet est particulièrement visible pour les tomates en grappe. Alors que 2020 était une mauvaise année, la production se déroule actuellement sans problème. « Cependant, les superficies ont peu changé cette saison. La production a également atteint des niveaux records au cours des quatre dernières semaines. »

COVID
Il serait facile de conclure que cela est dû au fait que la consommation est à nouveau en hausse. Après tout, d'autres choses sont possibles, comme aller au restaurant. Néanmoins, Maarten doute que l'effet des relaxations soit aussi important. « Je pense que l'effet de la consommation est limité, surtout pour les grands blocs de tomates en vrac et en grappe. Les consommateurs mangent plus de tomates à la maison qu'au restaurant. Et surtout les spécialités, les vrais produits de restauration, ont très bien marché l'année dernière. C'est pourquoi je ne pense pas que l'on puisse rejeter trop facilement la faute sur la COVID. »

Sécurité des produits
Ce n'est pas le coronavirus mais le virus ToBRF qui semble actuellement être à l'origine de l'évolution du marché. Lorsque les producteurs sont contraints d’abattre, ils perdent des produits. Parfois temporairement, parfois définitivement lorsqu'ils décident de vendre des concombres ou des poivrons à la place.

En particulier dans le cas des tomates en grappe, où les superficies sont souvent plus importantes pour les producteurs individuels, tant au niveau national qu'international, la perte de superficie a un effet direct sur le marché. « On ne peut pas dire que des pénuries vont se produire, mais les acheteurs sont agités et essaient d'anticiper, du moins c'est ce qu'il semble. »

Pour offrir aux acheteurs la certitude du produit, il est utile à BelOrta que plusieurs producteurs soient affiliés à la coopérative pour chaque produit. Dans l'éventualité peu probable où un producteur se désisterait, il serait plus facile de l'absorber. Maarten n'est pas un partisan des contrats de volume pour offrir la sécurité des produits. « Si le prix n'est pas bon pour le cultivateur, les contrats n'ont aucune valeur ».

Déplacement du pic de production
En ce moment, les premières discussions sur la saison prochaine ont lieu. Il reste à voir ce que le ToBRFV fera au marché. Ce qui est certain, c'est que le virus restera présent pendant un certain temps. Mais d'abord, il est important de terminer cette saison.

Compte tenu de l'évolution positive actuelle des prix, Maarten a bon espoir pour les mois d'été. Toutefois, les choses seront différentes vers la fin de la saison. « Étant donné que les producteurs éliminent maintenant leurs récoltes plus tôt, parfois en raison du ToBRFV, mais parfois aussi en raison d'une biologie perturbée dans les serres, d'après ce que je comprends du marché, les choses pourraient devenir difficiles à partir de la semaine 45-48. À ce moment-là, le pic de production pourrait être supérieur à la normale. C'est aussi le moment où, traditionnellement, les importations reprennent et cela peut exercer une pression sur les prix. »

Mise à jour du statut du ToBRFV
*Interrogée, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire déclare que la Belgique compte actuellement officiellement 6 infections par le ToBRFV. Tous les cas concernent des producteurs de la province d'Anvers. La cause de ces infections n'est pas connue.

En cas d'infection, les plantes symptomatiques et voisines doivent être enlevées, les autres plantes peuvent rester jusqu'à ce que la culture soit changée. L'AFSCA ne dispose pas de pourcentages du nombre de plantes infectées chez les cultivateurs.

Selon les derniers chiffres, les Pays-Bas comptent 26 contaminations. Les producteurs y ont signalé des pertes de récolte de 5 à 30 %. La NVWA estime que l'enlèvement et l'élimination de la récolte coûteront au cultivateur 5 à 10 mille euros par hectare.

Le virus continue de sévir au niveau international également. Récemment en Hongrie, Bulgarie et Norvège, l'Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP) a signalé dans une mise à jour de juin. 

Pour plus d’informations :
Maarten Verhaegen  
BelOrta
Mechelsesteenweg 120
2860 Wavre-Sainte-Catherine
Tél. : +32 (0)15 56 53 17
maarten.verhaegen@belorta.be   
www.belorta.be    


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)