Alexandre Besnard, La Tomate des frères Besnard

« Nous axons notre développement sur le goût, le sans pesticides, le local et un bilan carbone faible »

A Ouarville, en Eure-et-Loir, une nouvelle serre de tomates verra bientôt le jour. « La structure est terminée et le verre est en train d’être installé », indique Alexandre Besnard. La livraison est attendue pour décembre et la première récolte pour mars 2022. Avec 1,6 hectare de serre sur une capacité de 10 hectares, l’exploitation devrait produire près de 500 tonnes de tomates cerises à l’année.

A l’origine du projet, deux frères, Alexandre et Florent Besnard. « L’idée est née en 2018. Le projet a d’abord été initié avec le Directeur de la Direction départementale des Territoires de l’époque et le député de la circonscription du sud du département pour développer une autre culture et diversifier l’agriculture en Eure-et-Loir, principalement axée sur les pommes de terre et les oignons. Et le choix s’est porté sur la tomate car c’est le légume le plus vendu. »

Le leitmotiv des frères Besnard ? Une culture avec du goût, sans pesticides, locale et avec un bilan carbone faible.

Priorité au goût
Après différents essais de variétés à travers toute l’Europe, les frères Besnard se sont tournés vers les tomates cerises en grappe. « Nous avons mis plus d’un an à trouver une variété de tomate qui ait du goût. Si nous trouvons une autre variété qui nous convienne nous lancerons la production mais le critère numéro un reste le goût. »


Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, en visite dans les serres en construction. 

Zéro pesticide
Pour garantir le sans pesticides rien n’est laissé au hasard, de la structure jusqu’aux méthodes de protection des cultures. Pour leurs tomates, Alexandre et Florent se sont ainsi orientés vers une serre semi-fermée permettant de prévenir le développement de maladies fongiques, grâce à la ventilation. « Nous avons également placé des filtres anti-insectes au niveau des entrées de gaine de ventilation pour éviter la présence de ravageurs. Et pour ceux qui réussiraient à se faufiler dans la serre nous utiliserons la lutte biologique intégrée. »


Serre en construction

Local et bilan carbone faible
Pour la commercialisation, Alexandre et Florent ont délimité un rayon de 100 km autour de la serre. « Nous sommes situés à seulement 65 km de Paris, donc nous commercialiserons dans toute l'Île-de-France, chez nous en Eure-et-Loir bien sûr et dans les communes limitrophes. » Et si la vente directe est envisagée dans un futur proche, la grande distribution reste pour le moment le canal de vente principal.

Avec une volonté de minimiser leur emprunte carbone, les eaux de pluie seront récupérées pour irriguer les sols et la future serre sera entièrement chauffée grâce à l’usine de traitement et de revalorisation des déchets, SITREVA, située juste à côté. « Nous avons vraiment travaillé sur le bilan carbone car nous ne voulions pas chauffer avec du fioul ou du gaz. Nous avions le choix entre la géothermie et l’usine d’incinération et avons finalement préféré la seconde option car nous souhaitions développer une économie circulaire en valorisant la chaleur produite par l’usine SITREVA. »


Serre en construction avec l’usine SITREVA à droite.

Et pour rester cohérent avec l’axe de développement du projet, les tomates cerises de la serre de Ouarville seront conditionnées dans des emballages 100 % carton.

Pour plus d’informations :
La Tomate des frères Besnard
28150 Ouarville
alexandre.besnard@gadz.org 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)