Percée dans les essais des premiers plants transgéniques de bananes Cavendish résistants au Fusarium

Les essais menés par un groupe de chercheurs de l'Université de Technologie du Queensland à Brisbane, en Australie, offrent des résultats prometteurs dans la recherche de bananiers Cavendish résistants au Fusarium oxysporum f.sp. cubense Tropical race 4 (TR4).

Les chercheurs ont conçu plusieurs lignées de bananes Cavendish génétiquement modifiées présentant une résistance à ce champignon et, après un essai sur le terrain de trois ans effectué dans des terres fortement infestées par la TR4, ils ont conclu qu'une lignée de Cavendish transformée avec un gène prélevé sur une banane sauvage était totalement exempte de TR4, tandis que trois autres lignées présentaient une résistance partielle.

Le gène RGA2 est la clé
Plus précisément, l'équipe a cloné le gène RGA2 du progéniteur sauvage des bananes comestibles, Musa acuminata ssp. malaccensis, qui présente une résistance remarquable au TR4. Une lignée Cavendish modifiée (RGA2-3) est restée exempte de TR4 pendant les trois années qu'a duré l'essai. De même, trois autres lignées modifiées RGA2 ont montré une forte résistance, avec 20 % ou moins de plantes présentant des symptômes de la maladie sur une période de trois ans.

En revanche, 67 % à 100 % des bananes utilisées comme témoins étaient infectées ou sévèrement infectées par le TR4 après trois ans ; cet essai en plein champ incluait également la variété somaclonale Giant Cavendish connue sous le nom de GCTCV-218, qui est actuellement considérée comme résistante au TR4.

Une véritable percée
L'équipe de recherche de Gert Kema, professeur de phytopathologie tropicale à l'université et au centre de recherche de Wageningen, a participé à ce projet. « Les lignées de bananes génétiquement modifiées montrent que l'activité du gène RGA2 est fortement corrélée au niveau de résistance au TR4. Il s'agit d'une percée car c'est le premier gène de résistance identifié associé à la maladie. Cependant, ce n'est qu'un début, un aperçu de la lumière au bout du tunnel. La prochaine étape consiste à déployer l'immense diversité des bananes sauvages afin de diversifier le fruit et d'établir une production bananière résiliente et durable pour tous », a-t-il déclaré.

On a également découvert que les bananes Cavendish portent naturellement ce gène RGA2, mais il n'est pas très actif chez les plantes sensibles. Une nouvelle recherche étudie comment « activer » le gène dans les bananes Cavendish pour les rendre résistantes au TR4.

Les résultats viennent d'être publiés dans Nature Communications 

 

Source : agraria.pe 

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)