La durabilité prend de plus en plus d'importance dans les achats des consommateurs

Un nouveau label évalue l'impact environnemental des aliments

Même si la controverse sur le système d'étiquetage des aliments Nutri-Score est encore retentissante, on parle déjà d'une nouvelle façon de mesurer l'impact environnemental des produits que les consommateurs achètent dans les supermarchés.

Cette nouvelle mesure est l'Eco-Score, un système développé et lancé en France en janvier 2021, qui se répand progressivement en Europe. Même si le système n'a pas encore atterri en Espagne, des sources du secteur de la distribution ont indiqué à Efeagro qu'il arrivera à court ou moyen terme dans le pays.

La durabilité environnementale est un facteur de plus en plus important dans le secteur alimentaire en raison de l'intérêt croissant que cette question suscite chez les consommateurs, comme le montrent différentes études de marché. Par conséquent, deux des principales chaînes de distribution européennes testent déjà ce nouveau label : Lidl en Allemagne et Carrefour en France.

Visuellement, l'Eco-Score est très similaire au Nutri-Score : il est basé sur un score (de 0 à 100) qui est utilisé pour attribuer au produit noté l'une des cinq couleurs disponibles (du vert au rouge, du plus durable au moins durable) et l'une des cinq lettres (de A à E, également du meilleur au pire), bien qu'il ait la particularité d'utiliser une feuille d'arbre comme logo.

Noter les produits
Parmi les promoteurs de cette nouvelle méthode figurent plusieurs entités spécialisées dans l'information des consommateurs, comme Yuka, Open Food Facts ou Eco2. Fin juin, ils ont officiellement enregistré auprès de la Commission européenne une initiative citoyenne visant à recueillir un million de signatures afin que Bruxelles « impose un score écologique européen fiable, consistant en un label qui offre aux consommateurs des informations transparentes sur l'impact environnemental des produits ».

Ils souhaitent que ce système soit étendu à toutes sortes de catégories, mais dans un premier temps, il se concentrera sur l'alimentation et l'habillement.

Les créateurs de ce système ont déclaré qu'ils étaient disposés à apporter quelques modifications au système de calcul, qui repose actuellement sur l'analyse du cycle de vie, laquelle permet de noter le produit en calculant ses points positifs et négatifs.

La méthode vise à couvrir toutes les étapes, de la production agricole à la transformation industrielle, en passant par le transport, l'emballage, etc.

L'analyse du cycle de vie comprend 16 rubriques d'évaluation liées à la protection de l'air, du sol et de l'eau. Un produit peut ensuite gagner des points en fonction de son système de production : s'il est biologique, par exemple, il obtient de meilleures notes, ou s'il est produit localement, mais aussi en fonction des pratiques environnementales du fabricant, de la circularité du contenant ou s'il affecte la survie d'une espèce.


Source : efeagro.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)