Marché mondial : l'oignon

Les problèmes météorologiques et logistiques sont un dénominateur commun sur le marché mondial de l'oignon, affectant aussi bien la qualité que le prix dans de nombreux pays. Les fortes pluies et l'humidité au cours de la saison de croissance sud-africaine en début d'année ont submergé le marché d'oignons de qualité inférieure, tandis que les vagues de chaleur estivales extrêmes sur une grande partie de l'Amérique du Nord ont réduit la taille de la récolte. Pendant ce temps, en Europe, les exportations d'oignons néerlandais sont freinées par un manque d'options logistiques plutôt que par des problèmes de qualité ou de quantité, tandis que les prix au Royaume-Uni sont en hausse en raison de l'augmentation des coûts des intrants, qui ne devraient pas redescendre de sitôt.

Pays-Bas : la logistique, facteur limitant des exportations d'oignons néerlandais
La saison d'exportation des oignons néerlandais a démarré. « Nous pourrions exporter beaucoup plus si nous avions les possibilités en termes de transport. C'est le facteur limitant pour le moment. Les autres années, le défi résidait principalement dans le triage, maintenant c'est le transport. Il est donc difficile d'atteindre les semaines d'exportation de +40 000 tonnes que nous avions l'année dernière. Les bateaux sont également chargés de manière classique, mais cela n'est pas possible pour toutes les destinations », explique un exportateur.

« La demande n'est pas en cause, elle est assez large. L'Afrique est le principal moteur, mais l'Asie et l'Amérique centrale se portent également bien. Ce sont les destinations habituelles qui sollicitent les oignons. C'est une bonne chose, d'ailleurs, car nous avons dû attendre assez longtemps pour cela, à partir de la deuxième partie de la saison dernière ». Selon l'exportateur, le prix des oignons évolue actuellement légèrement à la hausse. « Nous n'avons pas de prix très élevés, mais cela peut aussi s'expliquer par le fait qu'il y a un peu plus d'offre que de demande. Le prix des oignons rouges a connu un bref soubresaut lorsqu'un certain nombre de conditionneurs ont dû procéder à des achats, mais cet effet est déjà terminé », indiquent-ils. « Avec les oignons rouges, l'accent est principalement mis sur le calibrage brut, la demande pour le calibrage fin est beaucoup moins importante. »

« Il y a eu beaucoup de problèmes de qualité, notamment avec les oignons séchés. Nous sommes donc passés le plus rapidement possible aux oignons de semence, mais là aussi nous constatons un pourcentage élevé de défauts. La pourriture bactérienne en particulier se révèle néfaste, souvent à cause de la grêle ou du mildiou, car il faut bien que la bactérie pénètre. Chez les jeunes plants, celle-ci se trouve souvent encore dans la collerette extérieure. Le travail est donc difficile, mais au final, nous pouvons servir nos clients avec une qualité correcte. Si le sol n'est pas trop dur, les cultivateurs peuvent choisir le moment de la récolte qui leur convient. »

Royaume-Uni : augmentation des prix en raison de la hausse des coûts des intrants
Le prix moyen des oignons britanniques pour les trois premières semaines de septembre 2021 était de 0,49 GBP/25 kg, soit 1,2 % de plus que le prix moyen d'août 2021 et 17 % de plus que le prix moyen de septembre 2020. Cette augmentation des prix de l'oignon britannique est principalement due à la hausse des coûts des intrants.

Les producteurs britanniques sont confrontés à des coûts plus élevés pour les engrais, l'énergie, le transport et la main-d'œuvre. Par conséquent, pour conserver leur rentabilité, ces coûts sont répercutés sur les consommateurs.

Les coûts du transport et de la main-d'œuvre, en particulier, ont augmenté au cours de l'année 2021, les restrictions de déplacement continuant d'avoir un impact sur le flux de main-d'œuvre migrante de l'Europe de l'Est vers le Royaume-Uni. Le Royaume-Uni importe une grande majorité de ses oignons d'Europe. La pénurie actuelle de chauffeurs routiers et les coûts d'expédition élevés ont rendu les importations en provenance du Danemark plus onéreuses, répercutant le coût supplémentaire sur l'importateur.

Le Royaume-Uni s'attend à un rendement moyen cette année, malgré les conditions météorologiques extrêmes rencontrées plus tôt. Le premier trimestre de 2021 a été particulièrement humide, avec des précipitations importantes en janvier et février. Le mois de mars a été sec, ce qui a permis de planter des oignons ; cependant, les gelées d'avril ont stoppé la croissance des plantes. La météo a été plus clémente par la suite, mais la qualité de la récolte de 2021 n'est pas encore totalement déterminée. La demande d'oignons au Royaume-Uni a été robuste au cours des derniers mois, en adéquation avec la réouverture du secteur de la restauration. De même, les ventes au détail restent fortes.

Les prix de l'oignon au Royaume-Uni devraient poursuivre leur tendance à la hausse pour le reste de l'année, les coûts des intrants devant demeurer élevés.

Italie : forte demande et bonne qualité pour les oignons locaux
Un important producteur et négociant d'oignons du nord de l'Italie affirme que les oignons blancs sont très demandés car la production est légèrement en baisse dans plusieurs régions européennes. Les oignons italiens sont également demandés à l'étranger en raison de leur qualité élevée cette année, grâce aux conditions climatiques. Il en va autrement pour l'oignon jaune : après un bon démarrage sur le marché, la production n'est pas en baisse, mais les calibres sont plus petits. Cela provoque une certaine lourdeur sur le marché. Un type particulier, l'oignon Borettana, connaît une baisse de prix de 20 % par rapport aux autres années, en raison d'un manque de demande de la part de l'industrie de la transformation. Les échalotes italiennes ne sont pas exportées pour le moment à cause des bonnes récoltes aux Pays-Bas, en Belgique et en France.

Le président du Consortium pour la protection de l'oignon blanc Margherita IGP a déclaré : « La période prolongée sans pluie pendant la récolte a permis de mettre sur les marchés un oignon plat, semi-plat et rond, beau et sans défauts. L'autre point positif a été l'augmentation de la demande des régions voisines. Les prix à la production ont été en moyenne supérieurs de 5 centimes d'euro par kilogramme à ceux des saisons précédentes. Cela signifie que la quantité de produit vendue aux détaillants (40 %) augmente par rapport à celle vendue sur les marchés de gros (60 %). »

Selon des statistiques récentes, les oignons ont été achetés au cours de la dernière année (se terminant en juillet 2021) par 75,4 % des familles italiennes, soit une légère baisse par rapport au pic de 2020 (77 %) mais un niveau supérieur à celui qui prévalait avant le COVID-19 (74,3 %). Parmi les variétés d'oignons, en poids fixe, les oignons jaunes ont enregistré un taux de pénétration du marché de 34,3 % et une croissance de 2,4 points par rapport à il y a deux ans. Ils sont suivis par les oignons rouges avec 25,6 % (+3,2 points par rapport à 2019) et les oignons blancs avec 20,4 % (+3,3 points par rapport à 2019). Parmi les autres types mineurs, on trouve les oignons Borettane (4,2 % de pénétration, en croissance régulière) et les échalotes, lesquelles sont plus stables avec 3,3 % de pénétration.

Espagne : la lenteur des exportations engendre des prix bas pour les oignons espagnols, malgré une bonne qualité
La récolte des oignons tardifs se poursuit en Espagne et prendra fin avec une quinzaine de jours d'avance en raison d'un été très doux. Vers le 15 octobre, la plupart des champs auront déjà été récoltés et stockés pour le reste de l'année. L'absence de vagues de chaleur cet été a positivement influencé la qualité des variétés tardives tandis que les rendements sont similaires à ceux de l'année dernière.

Pour le moment, les exportations sont lentes et les prix sont bas, similaires à ceux de l'année passée à la même période, sans toutefois atteindre les niveaux pré-pandémiques. La pression des oignons néerlandais vendus à bas prix joue un rôle déterminant, de même que l'augmentation de la production, année après année, des productions allemande et britannique. Les volumes sont environ 12 % plus élevés cette année en Allemagne, l'un des principaux importateurs d'oignons espagnols.

La superficie consacrée aux variétés tardives en Espagne a légèrement augmenté par rapport à l'année dernière : +3 % en Castille-La Manche, portant cette région à 7 800 hectares ; +13 % en Castille-et-Léon, avec 859 hectares au total et +20 % en Andalousie, qui compte 1 400 hectares de ces variétés. Selon le ministère espagnol de l'agriculture, le secteur s'attend à une récolte de 770 000 tonnes d'oignons tardifs, destinés à l'exportation.

Turquie : le bon temps apporte des rendements d'oignons satisfaisants pour le pays
Les volumes d'oignons sont en hausse par rapport à l'année dernière du fait de conditions météorologiques favorables et sèches. La qualité est également meilleure, étant donné que les oignons préfèrent les climats moins humides, ce qui permet de réduire les maladies et d'obtenir un meilleur rendement. Les oignons ont commencé à être stockés à partir de la première semaine de septembre, avec environ 30 % du produit maintenant entreposé. La majorité des opérations de stockage devrait se terminer vers la fin du mois d'octobre. Les pluies n'ont pas été abondantes jusqu'à présent, mais elles devraient se manifester dans un avenir proche. Si le temps pluvieux persiste, les opérations de stockage pourraient durer un peu plus longtemps. Cette année, les problèmes n'ont pas été nombreux, mais certaines régions ont été touchées par la sécheresse. Des pénuries d'eau ont eu lieu, mais le produit principal est toujours en croissance en termes de volume. Le deuxième problème majeur a été la forte hausse des coûts d'importation des matériaux et des engrais utilisés. Cela pourrait avoir un effet de levier sur les prix.

Égypte : Les conditions météorologiques retardent la récolte des oignons de printemps
La saison de l'oignon de printemps est bien engagée en ce moment, la culture ayant commencé début juillet. La récolte a été retardée car les intempéries n'ont pas été favorables à la récolte normale.
Cela signifie que les oignons de printemps égyptiens vont manquer le créneau sur des marchés comme le Royaume-Uni, où la demande est très forte en ce moment. L'Égypte devrait exporter 150 millions de bottes d'oignons de printemps au cours de la saison.

Les marchés européens, comme la Hollande, l'Allemagne et le Royaume-Uni, sont les plus intéressants pour les exportateurs égyptiens, mais des marchés comme la Belgique et la France retiennent également l'attention des négociants.

Afrique du Sud : la météo entrave la saison des oignons 
La saison des oignons s'annonce difficile. En effet, les fortes pluies et l'humidité élevée de janvier et février dans la province de Limpopo ont entraîné la détérioration de certains oignons dans les champs en raison de la pression accrue des parasites. Les producteurs d'oignons du Limpopo ont planté plus d'hectares en raison de la bonne disponibilité de l'eau, cependant, le grand volume d'oignons de mauvaise qualité sur les marchés a fait baisser les prix.

Cette situation, associée à la baisse du pouvoir d'achat dans une économie en berne, a freiné le marché de l'oignon.

La saison précédente de l'oignon dans le Cap occidental a été très bonne. Comme les producteurs d'oignons du Cap sont en mesure de planter des oignons intermédiaires (en raison de la longueur des jours plus longue que dans les parties septentrionales du pays), ils sont capables de stocker les oignons jusqu'à 6 mois. Cette période chevauche la saison des producteurs d'oignons des provinces de Limpopo et de Brits (province du Nord-Ouest), contribuant ainsi à une offre excédentaire.

Les prix des oignons sont sous pression depuis quelques mois maintenant. Actuellement, ils s'établissent à R2,90 (0,16 euro) par kg.

Amérique du Nord : baisse légère de l'offre d'oignons
Tout au long de l'été, le Nord-Ouest du Pacifique a connu des vagues de chaleur, qui ont atteint des températures record sur une période prolongée. Un producteur/expéditeur fait remarquer que ce sont principalement les unités de chaleur qui ont ralenti la croissance et privé les oignons de leur rendement maximal, ce qui signifie que les rendements seront quelque peu réduits.

En plus d'affecter ces rendements précoces, la chaleur a aussi légèrement accéléré la saison de croissance. La récolte est en avance de plusieurs jours, indique un expéditeur. Elle se terminera probablement plus tôt.

Dans l'ensemble, à travers les États-Unis, les stocks d'oignons devraient être contrebalancés. Alors que la chaleur susmentionnée a également été observée dans des régions de culture telles que la Californie et que les champs de la partie inférieure de l'État de New York ont reçu de la pluie, d'autres régions telles que le Nouveau-Mexique ont connu une bonne saison de croissance. Le Canada devrait également avoir une bonne récolte d'oignons.

Les oignons d'importation sont importants pour l'industrie. L'expéditeur note que les États-Unis sont passés d’un pourcentage plus élevé d'exportation d'oignons à un pourcentage plus élevé d'importation. Selon lui, cela complique la situation étant donné que les producteurs américains sont soumis à des normes élevées en matière de sécurité alimentaire et qu'avec d'autres oignons d'importation, on ne sait pas vraiment comment ils sont contrôlés.

Cela dit, la demande d'oignons est soutenue. L'expéditeur note que la demande porte sur les oignons les plus gros, tels que les colosses et les jumbos, mais que ceux-ci ne sont pas très nombreux. En revanche, on trouve pas mal d'oignons de taille moyenne, il faut donc trouver un équilibre, dit-il, en précisant que le secteur de la restauration, par exemple, est habitué à ces oignons plus gros, rendant la tâche difficile.

En ce qui concerne les prix, la récolte légèrement inférieure signifie que le marché est à la hausse pour les oignons et que les prix des oignons rouges sont remontés plus tôt que prévu. Cette hausse de prix est nécessaire compte tenu de l'augmentation des coûts de production. Tout est en hausse, depuis la ferme jusqu'à l'emballage, dit l'expéditeur.

La semaine prochaine : aperçu du marché global de la papaye. 


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)