Les clémentines espagnoles arrivent sur un marché où les mandarines sud-africaines sont en augmentation

La vente de clémentines précoces de Valence a déjà commencé. Les fruits mettent un peu plus de temps que d'habitude à acquérir la bonne couleur en raison de la chaleur, alors que les marchés européens ont encore de grandes quantités de fruits provenant d'outre-mer.

« Cette semaine, nous avons commencé à vendre les premières Clemenrubí de la saison, bien qu'avec des quantités encore limitées, en partie à cause de la lenteur de la maturation externe du fruit liée aux températures élevées. La coloration prend quelques jours de plus que d'habitude, même si les fruits présentent déjà de bons degrés Brix et de meilleurs niveaux de jus par rapport à la saison dernière », explique Abel Alarcón, directeur de l'entreprise valencienne Brio Fruits, basée à Real de Gandía, qui précise que les dernières tempêtes n'ont pas eu d'impact négatif majeur sur les cultures d'agrumes.

Selon le producteur et exportateur, il est encore trop tôt pour faire des prédictions sur l'évolution des ventes. « Nous testons les marchés, qui pour l'instant ont encore beaucoup de mandarines Nadorcott, Tango et Orri en provenance d'Afrique du Sud. Ce sont des variétés de plus grande taille que nos clémentines précédentes et elles trouvent donc plus de place sur les marchés d'Europe du Nord. Nous expédions nos premières Clemenrubí vers des pays plus au sud, comme la France et l'Italie. »

La production d'agrumes devrait être plus faible cette année, notamment pour les clémentines de mi-saison comme les Clemenules, en raison de la forte incidence de ravageurs tels que la cochenille d'Afrique du Sud. « Les achats de Clemenules sont déjà effectués sur le terrain à des prix plus élevés que d'habitude, et le nombre d'opérations avec des mandarines sud-africaines tardives a augmenté. Pendant ce temps, dans les oranges, il n'y a toujours presque pas d'opérations, étant donné l'offre importante d'oranges sud-africaines », indique Abel Alarcón.

En 2016, la Commission européenne a approuvé l'extension de la période d'importation des agrumes sud-africains du 15 octobre au 30 novembre, avec une diminution annuelle progressive des tarifs jusqu'à leur disparition totale en 2025. Depuis l'approbation de ce traité, l'Afrique du Sud a augmenté ses exportations vers l'UE de 30 %, car les entreprises sud-africaines ont étendu les superficies consacrées aux cultures tardives d'agrumes.

« Il y a beaucoup d'incertitude dans le secteur sur la façon dont les marchés vont réagir à l'importation européenne croissante d'agrumes sud-africains, en particulier d'oranges. Nous ne savons pas encore de combien les volumes vont augmenter cette année, même si pour l'instant, ils ont déjà augmenté d'environ 7 % », indique le directeur de Brio Fruits.

« L'Europe ouvre les portes aux productions des pays tiers sans aucun type de contrôle, ce qui, en plus de nous affecter commercialement, pourrait également avoir un impact sur la santé de nos champs. Ces dernières années, il y a eu de fréquentes détections de lots avec des parasites comme la tache noire ou la cochenille d'Afrique du Sud, et cette dernière cause déjà des millions de dollars de pertes au secteur. Non seulement elle rend les fruits atteints inutilisables, mais elle entraîne également une augmentation des coûts de production, en raison de la nécessité accrue d'appliquer des traitements, qui ne font pas grand-chose pour empêcher sa propagation », explique Abel Alarcón.

Pour plus d'informations : 
Abel Alarcón
Agrios Selectos S.L. (Brio Fruits)
Tél. : +34 962 868 000
brio@brio.es 
www.brio.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)