VN Trading, Pays-Bas :

« Nous répondons au marché »

VN Trading est un nouveau nom aux Pays-Bas. Ses employés peuvent toutefois se targuer de posséder plusieurs années d'expérience dans le domaine des champignons. L'entreprise s'est également développée récemment, selon la propriétaire Mari van Namen. Elle a repris Oké Trading. Il y a 13 fermes dans un rayon de cinq kilomètres autour de l'usine de conditionnement de l'entreprise. Chaque semaine, elles produisent 60 à 100 tonnes de champignons blancs et entre 20 et 50 tonnes de champignons de Paris.

Mark Joosten et Bart van Namen

« Nous essayons de répondre au moment où le marché a besoin de quantités », le directeur commercial Mark Joosten explique les différences de volume de culture. Ce producteur de champignons utilise les ventes passées pour estimer les besoins du marché. Cela permet d'éviter que les prix du marché ne tombent trop bas par rapport au prix de revient. Par exemple, en été, on sait que les ventes peuvent chuter à 60 %. « Nous en tenons compte et remplissons moins de lits ou laissons certaines pépinières vides. » 

Une large diffusion
Les champignons de VN Trading sont destinés aux supermarchés, marchés et secteurs de l'hôtellerie de différents pays. Ceux-ci se trouvent aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne, en France, au Moyen-Orient et au Royaume-Uni. Mark souligne que la Covid-19 ainsi que le Brexit ont durement touché le commerce avec le Royaume-Uni. « Le Brexit, combiné au coronavirus, a réduit les exportations vers le Royaume-Uni à presque zéro. » 

La pandémie a diminué la demande et le Brexit a fait grimper les coûts, rendant non rentable l'expédition de petites quantités. Aujourd'hui, le Covid-19 est en train d'être maîtrisé. Et Mark voit un timide rebond du commerce vers la Grande-Bretagne. Il s'attend à ce que le marché se redresse davantage au cours des six prochains mois. Il s'agit de l'ouverture de nouveaux restaurants et du redémarrage de la restauration dans ce pays. La demande de tous les marchés évolue à mesure que la pandémie s'atténue. « Les supermarchés en prennent un peu moins. Et il y a un peu plus de demande de la part des marchés ainsi que du secteur de l'hôtellerie et de la restauration. » 

Cela entraîne également un changement dans le conditionnement. Les champignons sont récoltés directement dans des emballages destinés aux utilisateurs finaux. « Nous avons notre propre production, ce qui nous permet de répondre aux clients et au marché. Nous pouvons donc changer l'emballage presque immédiatement », indique Mari. Mark ajoute que la barquette bleue familière pour les champignons a pratiquement disparu. Elle a été remplacée par des barquettes transparentes en PET ou R-PET, avec couvercle ou opercule de fermeture.

Gagner du terrain
Les champignons marrons sont moins commercialisés que les champignons blancs. Malgré cela, Mari affirme que les premiers gagnent clairement du terrain. Il attribue la popularité de la variété brune à sa couleur, à son goût plus prononcé et à sa plus longue durée de conservation. Les champignons blancs se conservent environ dix jours après la récolte. Les champignons marrons, en revanche, ont une durée de conservation de 15 à 16 jours. Il s'agit d'une information importante pour les supermarchés afin d'éviter le gaspillage de nourriture. Mari dit qu'il y a aussi une plus grande demande pour les champignons de spécialité. Pour répondre à cette tendance prudente du commerce de détail, l'assortiment de VN Trading comprend des pleurotes.

Mari van Namen

Les certificats sont également importants pour l'approvisionnement des supermarchés. VN Trading est certifié GlobalGAP, GRASP et PlanetProof. Les champignons sont cultivés en circuit fermé. L'entreprise n'a donc eu besoin que de quelques ajustements mineurs pour obtenir, par exemple, la certification PlanetProof. « Nous n'utilisons pas de pesticides. Par rapport à d'autres cultures, la culture des champignons est très propre. C'est parce que les facteurs externes ont un effet minimal sur la culture conditionnée. Elle est également circulaire. Le compost est le seul sous-produit des champignons. Il est utilisé, par la suite, dans l'horticulture », explique-t-il.

Faisabilité
Le prix est un sujet brûlant dans le monde du champignon. Dans les supermarchés, il a longtemps été de 0,99 € pour les champignons blancs. « Je ne pense pas que ce soit un prix réaliste », déclare Mari. « Les coûts des emballages et des matières premières ont explosé cette année. Les prix devront augmenter de 10 % l'année prochaine. Sinon, il ne sera plus possible de cultiver des champignons. » Mais même sans l'augmentation des coûts, il n'est pas facile de faire du prix de revient.

Le volume est un autre aspect important du commerce des champignons. « Les volumes font cruellement défaut. Surtout avec ce qu'ont été les marges de la culture et du commerce des champignons ces dernières années », poursuit Mark. Malgré cela, Mari est optimiste quant à l'avenir des champignons. « Les champignons sont des produits merveilleux, qui ont de l'avenir. Ils s'intègrent dans un régime alimentaire sain, à base de plantes. De plus, ils remplacent progressivement la viande. C'est grâce à la perception du public et à leur valeur nutritionnelle », conclut-il.

Pour plus d'informations :
VN Trading
sales@vntrading.nl 
mariusvannamen@hetnet.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)