Vents forts, manque d'équipement, inefficacité

La congestion du Cap continue

La situation au port du Cap n'est pas terrible, déclare Mike Walwyn, vice-président de l'Association sud-africaine des transitaires. 

À droite : des chariots cavaliers au terminal polyvalent du Cap.

« Nous avons des navires qui attendent dehors depuis le 25 décembre déjà. L'accès au port a été entravé par des vents forts, ce qui fait que la congestion des camions est encore très présente, et par conséquent le système de réservation ne fonctionne pas vraiment correctement. »

En moyenne, les navires attendent 14 jours pour accoster au port du Cap à l'heure actuelle.

Il ajoute qu'il n'y a pas de zone de transit appropriée pour les camions et que l'arriéré qui en résulte s'étend sur les routes du Cap (comme à Durban lorsque le port est encombré).

Les camionneurs se plaignent parce qu'ils doivent faire la queue sur la route où, comme l'explique un chauffeur de camion à FreshPlaza, la police leur donne également du fil à retordre.

Les retards causés par le vent, l'indisponibilité d'équipements bien entretenus et la panne de courant survenue fin décembre au port sont exacerbés, selon des sources du secteur, par la faible productivité générale des terminaux du Cap et l'inefficacité du terminal. 

Le nombre de mouvements par heure brute de grue au Cap est de 11 alors qu'il devrait être supérieur à 20, de préférence entre 24 et 28.

Le Cap est un casse-tête, confirme un exportateur de raisin. Les raisins destinés au Moyen-Orient et à l'Extrême-Orient sont cette année acheminés en plus grand nombre vers Durban, mais malgré cela, note un agent maritime, tous les navires des lignes européennes et du Moyen-Orient sont très en retard.

Il y a des conteneurs dans la pile depuis deux semaines maintenant ; hier, un navire est parti après avoir passé un mois sur la côte sud-africaine.

Il n'y a pas de rupture d'import/export et il n'y a pas du tout de pression de stockage, explique un transitaire. « Ce qui est en cause, ce sont les retards à la fois sur l'eau et sur terre. Nous avons 8 porte-conteneurs au mouillage. Les performances sur terre et sur l'eau suscitent une énorme frustration à l'heure actuelle. La principale excuse actuelle est le manque de personnel, mais l'équipement reste un problème. »

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)