John van Laethem :

« L'expansion outre-mer est certainement une option »

Van Laethem est une entreprise belge spécialisée dans les herbes et les fleurs comestibles. Malgré les deux dernières années plutôt difficiles, elle est impatiente de se développer. Van Laethem n'a pas échappé à la pandémie ni à l'augmentation des coûts de production. « Néanmoins, cette entreprise familiale a survécu, indemne », affirme John van Laethem.

« Je suis convaincu que, grâce à notre professionnalisme et surtout à notre courage, nous sommes sortis plus forts. Je pense qu'une entreprise doit oser investir en elle-même. Ensuite, elle peut aller de l'avant. Si elle est en difficulté après deux années formidables, c'est que ses fondations étaient déjà défaillantes. »

Cette année, l'entreprise veut commencer à en récolter les fruits. « Nous avons énormément investi, notamment dans la digitalisation, ces deux dernières années. Notre logiciel fonctionne désormais entièrement comme un centre de données complet dans le 'cloud'. Cette année, nous envisageons donc la prochaine étape de l'expansion de l'entreprise », explique John. La plupart des investissements seront amortis l'année prochaine. La recherche d'opportunités de croissance est donc lancée à pleine vapeur.

« Je ne sais pas encore exactement où cela va se passer. Mais si vous voulez développer une entreprise, vous devez vous assurer d'être au centre de l'action », poursuit John.

Cela n'empêche pas Van Laethem de chercher à se développer à l'étranger. « Nous ne voulons certainement pas nous limiter à la Belgique. Nous considérons la croissance à l'étranger comme une option très attrayante. »

Comme mentionné, l'entreprise est spécialisée dans les herbes et les fleurs comestibles. Elle fait également des mini légumes. Elle veut se distinguer principalement par la qualité et la prestation de services.

« Surtout en cette période, nous aimons apporter des solutions saines avec nos produits. La violette de mars en est un exemple. Cette fleur comestible est très bénéfique pour la fonction pulmonaire. Notre marque maison Bell'aroma nous permet d'offrir une saveur et une qualité réelles, tout au long de l'année », explique M. Van Laethem.

« La qualité semble toutefois passer au second plan. Cela est dû à la guerre des prix. Mais les entreprises qui se concentrent sur la qualité et le service sont aujourd'hui les meilleures. C'est pourquoi la plupart d'entre elles essaient maintenant de se spécialiser. »

Le trader mentionne également que les gens mangent plus intelligemment et plus sainement. « Les gens doivent réapprendre à vivre plus sainement. Auparavant, les gens essayaient délibérément de trouver les produits de qualité vraiment optimale »,explique John.

« Mais, grâce à l'aisance et au confort de la vie moderne, beaucoup ne se tournent plus vers cela. Nous avons progressivement perdu l'art de vivre sainement. » Il n'ose pas spéculer sur la question de savoir si les gens peuvent réussir à le faire à nouveau. « Je l'espère. »

L'interdiction du plastique en France va-t-elle finir par poser des problèmes ? « Cela ne nous affecte pas beaucoup. Je ne crois pas non plus que le plastique soit le problème. Nous ne pouvons pas continuer à abattre des arbres pour fabriquer des emballages en carton. De plus, lorsque le carton est recyclé, il peut contenir des résidus d'encre d'imprimerie et d'huile minérale, comme le MOSH et le MOAH. Ceux-ci contaminent les produits alimentaires. Enfin, le recyclage du verre nécessite plus d'énergie et est plus lourd à transporter. Cela augmente les émissions de CO2 ».

John fait référence à une conférence TEDx de Kim Ragaert dans laquelle elle aborde ce sujet. Kim explique que la « guerre aveugle » contre les emballages plastiques est inutile. Beaucoup plus d'énergie et de matériaux sont utilisés pour les alternatives (verre, papier et aluminium). Et les émissions de CO2 sont plus élevées. Si le plastique devait être totalement interdit, cela serait bien plus préjudiciable à l'environnement dans son ensemble. Le plastique n'est pas parfait. Il requiert simplement la responsabilité des consommateurs, entre autres, dit-elle. Cela concerne l'achat et la manipulation des emballages en plastique. « Comme tout le reste, il doit être géré intelligemment ».

Pour plus d'informations : 
John van Laethem
Van Laethem
M27, 112 Werkhuizenkaai
1000, Bruxelles, Belgique
Tél. : +32 (0) 256 95 265
www.vanlaethem.eu 
john@vanlaethem.eu 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)