Une bonne saison pour la clémentine de Corse

Les clémentines corses disparaîtront bientôt des rayons et reviendront dès l'hiver prochain. Une saison 2021 qui s'achèvera aux alentours du 15 janvier selon les producteurs et qui affiche un bilan plutôt positif : prix stables, demande soutenue et qualité au rendez-vous. 

« Nous avons fait une campagne honorable avec environ 28 000 tonnes de clémentines expédiées. C'est 2 000 ou 3 000 tonnes de moins que l'an dernier mais le calibre était un peu supérieur. Les prix ont été bons, soutenus durant les deux mois de campagne, même s'ils n'ont pas atteint les niveaux de l'année dernière qui était particulière en raison du confinement », indique Jean-Paul Mancel, président de l'AOP Clémentine de Corse. 

Prix moyens
« Alors que les prix ont plutôt augmenté dans l'agroalimentaire, nous avons fait le choix de rester raisonnables sur les hausses et de ne pas répercuter l'explosion du prix du papier qui impacte le prix de nos emballages », explique François-Xavier Ceccoli, président de Corsica Comptoir. 

Bonne Qualité 
« La qualité était là, le calibre nettement plus gros que l'an dernier donc plus facile à commercialiser », indique François-Xavier Ceccoli. Pour Jean-Paul Mancel « Ce qui est important pour les consommateurs en France, c'est l'origine, la proximité. La Corse fait vendre, les gens aiment bien manger français, mais on sent bien, notamment en région parisienne, qu'il y a quand même beaucoup de concurrence. »

Concurrence étrangère 
Reconnaissable grâce à sa fameuse feuille, de plus en plus de pays comme l'Espagne, le Portugal et l'Italie commercialisent désormais leurs clémentines avec leurs feuilles. « Cette année, je suis allé à Rungis, pour trouver des clémentines sans feuille, il faut les chercher... », observe le président de l'AOP.

Et les prix pratiqués par la concurrence peuvent être jusqu'à deux fois moins chers. « Évidemment, il y a une guerre sur les prix mais quand on compare le taux horaire de la main-d'œuvre en France et dans les autres pays méditerranéens, qu'on y ajoute les frais logistiques plus élevés pour le transport depuis la Corse, on ne peut pas lutter », affirme Jean-Paul Mancel.

Pour François-Xavier Ceccoli la clémentine corse doit donc se démarquer et « faire toujours mieux en qualité ». « La clémentine que nous livrons doit être irréprochable. Les gens sont d'accord pour payer plus cher si la qualité est nettement supérieure. »

La clémentine corse à l'assaut de l'Europe 
« Pour le moment, nous ne touchons que des marchés francophones comme la Belgique et la Suisse, explique François-Xavier Ceccoli. Nous sommes allés au salon de Malmö, en Suède, pour montrer la qualité de la clémentine aux Scandinaves. Bien sûr, nous n'aurions pas aujourd'hui les quantités pour alimenter tous les pays mais il y a des producteurs qui veulent continuer de planter, des jeunes qui veulent s'installer, donc il faut être en capacité d'étendre notre réseau commercial. »

Source : corsematin.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)