Rolf Weber (Global Producers), à propos de la prochaine campagne costaricienne :

« La modernisation de la culture du melon ne compense pas l'augmentation des coûts »

Aux Pays-Bas, les campagnes de melons et de pastèques du Costa Rica sont sur le point de débuter. « Comme les années précédentes, les premières pastèques et melons honeydew sont attendus dans les semaines 5 à 6. Le Galia, le Cantaloup et le melon verts d’Espagne suivront au cours des semaines 6 et 7 », indique Rolf Weber, directeur de Global Producers.

Cette année, en concertation avec le producteur Pafru S.A., la zone de culture des melons sera réduite d'environ 20 %.  Une baisse de la consommation est en effet attendue, en raison des prix de transport et de revient élevés. « Les premiers lots espagnols devraient arriver sur le marché avec une semaine d'avance. Nous raccourcissons donc la saison d'environ une semaine ».

L'ensemble des surfaces sera réduit de 1 240 à 1 026 ha. Il y a également plusieurs changements au niveau des variétés. « Nous avons réduit la production de Lola, la pastèque sans pépins. En revanche, la superficie consacrée à la production de mini pastèques Icebox a été portée à 125 ha. Sur cette superficie, environ 85 ha sont constitués de la variété Lynx/Mielhart. Les 40 ha restants sont des Superminis 1969 (qui pèsent 700 à 950g). Il n'y a pour l’instant pas plus de semences de ces variétés disponibles », explique Rolf.

Ensuite, viennent la pastèque Quetzali, le melon honeydew Dorada, le Galia, le Tenoria et le Cantaloup. Les volumes hebdomadaires de ces produits sont stables pour l'instant. Néanmoins, ces récoltes se termineront également une semaine plus tôt. « De plus, pratiquement aucun melon Galia, Cantaloup ou melon vert d’Espagne n'a été cultivé au Costa Rica cette année. Et seuls de minuscules volumes de melons honeydew et de mini pastèques Icebox ont été produits. La plupart des producteurs se consacrent à la culture de variétés de melons standard ».

Pafru S.A. a beaucoup investi dans des méthodes de culture modernes. L’entreprise utilise par exemple des drones pour pulvériser les cultures la nuit, avec des produits phytosanitaires. Elle produit aussi de l'électricité via des panneaux solaires, qui sert ensuite à faire fonctionner les pompes et moteurs pour l’irrigation et, bien sûr, les chaînes de conditionnement.

« Toutes ces mesures ne compensent pourtant pas l'augmentation des coûts, de 30 à 40 %, dans la chaîne d'approvisionnement. Nous nous préparons à une saison difficile. Elle pourrait se terminer sur une note positive, mais seulement en cas d’été précoce, vers mars-avril, avec des températures correspondantes. »

Pour plus d’informations :
Rolf Weber
Global Producers 
136 B Venrayseweg
5928 RH, Venlo, Pays Bas
Tél. : +31 (0) 774 658 100
Rolf@global-producers.nl   
www.global-producers.nl


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)