Vincent Guérin, ANPP :

« Le marché de la poire française est très linéaire »

En réponse à une année exceptionnellement déficitaire dans l’histoire de la poire française, le marché s’est positionné dès le début de la campagne sur des niveaux de prix relativement élevés. Une situation qui a peu évolué et demeure stable aujourd’hui encore. « Le manque de production engendre une impossibilité de répondre totalement à la demande en poires françaises et ce dès le début de la campagne. Les prix ont de ce fait toujours été élevés atteignant rapidement un plafond. Cela fait donc près de deux mois que l’on peut décrire le marché de la poire française comme un petit marché très stable, avec une demande qui reste supérieure à l’offre », explique Vincent Guérin, de l’ANPP.
 
Malheureusement, ces niveaux de prix élevés et stabilisés ne compenseront pas les pertes subies par les producteurs. La campagne devrait également se terminer plus tôt que d’habitude. « De moins en moins de poires seront disponibles, même si certains spécialistes devraient pouvoir en proposer jusqu’à fin mars. Pour venir compléter l’offre française, différentes origines comme les Pays-Bas, la Belgique et le Portugal se retrouvent sur les étals avec des références de prix plus basses. Mais le marché de la poire française ayant atteint un certain équilibre, le consommateur ne se détourne pas de l’origine France au profit de poires d’importations ».


 
Un marché de la pomme qui se redynamise
Quant à la pomme, après un temps calme côté consommation qui a coïncidé avec les fêtes de fin d’année, le marché est en train de se fluidifier de nouveau. « Comme chaque année, l’activité est plus calme sur les deux dernières semaines de décembre, où les pommes sont mises de côté au profit de produits plus festifs. Mais peu à peu depuis le début du mois de janvier, ces derniers se retirent des rayons et laissent place à plus de variétés de pommes. Les températures froides sont aussi propices à la consommation de pommes. On observe une reprise normale en termes de flux tant sur le marché français que sur le Royaume-Uni. On imagine donc que ces flux vont continuer à augmenter. Beaucoup de mises en avant sont par ailleurs prévues au sein de la Grande Distribution dans les prochaines semaines. Ces éléments présagent donc que le mois de janvier sera correct. Mais il ne faut pas oublier que le marché de la pomme est lui aussi déficitaire cette année et que les coûts de production sont en forte augmentation (lutte contre un gel historique au printemps dernier, explosion des prix de l’énergie, du carton, des transports, etc.). Il y a donc nécessité absolue de défendre les prix pour avoir un bilan de campagne positif pour les producteurs ».
 
Pour plus d’informations :
Vincent Guérin
Association Nationale Pommes Poires
7 rue Biscornet - 75012 PARIS
Tél. : +33 (0) 1 53 10 27 80
Fax : +33 (0)1 53 10 27 88
v.guerin@pommespoires.fr     
contact@lapomme.org   
www.lapomme.org      


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)