Manger des fruits et légumes pourrait contribuer à réduire le risque de cancer du col de l'utérus

La plupart des formations sur la prévention du cancer du col de l'utérus se concentrent sur les dangers du papillomavirus humain, une IST, principale cause de ce cancer. Mais des études ont montré qu'une trop faible consommation de fruits et légumes doublerait le risque de développer une néoplasie cervicale intra-épithéliale lorsqu'elle présente une quantité élevée de VPH. 

La recherche suggère que le manque de certains micronutriments, tels que les caroténoïdes, les folates et les vitamines C et E, peut entraver la capacité de l'organisme à éliminer une infection par le VPH. Le cancer du col de l'utérus est le troisième cancer gynécologique le plus fréquent aux États-Unis. L'American Cancer Society estime qu'environ 14 000 personnes seront diagnostiquées avec ce cancer en 2022. Et selon les centres américains de contrôle et de prévention des maladies, le VPH est responsable de jusqu'à 99,7 % des cas.

Il existerait donc, selon les experts, un lien évident entre le régime alimentaire et la nutrition, la progression de l'infection par le VPH et le développement ultérieur du cancer du col de l'utérus. Un régime méditerranéen a été associé à un risque plus faible d'infection par le VPH. 

Source : phillyvoice.com

Photo : Dreamstime.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)