« Le taux de change entre la lire turque et le dollar américain nous aide à être agressifs à l’exportation »

Les pommes turques se portent très bien sur le marché indien. La demande est si forte que la saison d'exportation a dû commencer plus tôt que d'habitude. La saison pourrait ainsi se terminer plus tôt également, se traduisant par des prix plus élevés lorsque les stocks s'épuiseront.

Selon Alper Kerim, propriétaire de l'exportateur turc de pommes Demir Fresh Fruits, la saison turque de la pomme a démarré étonnamment tôt en 2021 : « En général, nous commençons à exporter des pommes vers le marché indien fin décembre, mais cette saison a commencé dès novembre et les ventes se sont accélérées tant en novembre qu'en décembre. On pourrait dire que la demande était en fait un peu trop élevée, mais le taux de change entre la lire turque et le dollar américain nous a aidé à être agressifs dans nos exportations. La Turquie a expédié plus de 500 conteneurs de pommes en seulement deux mois. L'Inde a été le plus gros acheteur, comme d'habitude. La demande du sud de l'Inde, en particulier, était plus élevée que les années précédentes. »

Malgré la situation actuelle de la lire turque, l'entreprise pense qu'elle pourra tirer parti de la hausse des prix dans les mois à venir. « Les prix en dollar sont légèrement inférieurs à ceux de l'année dernière, car la lire turque a perdu trop de valeur depuis l'année dernière. Mais il semble que nous pouvons nous attendre à des prix plus élevés dans les prochains mois, car les quantités stockées ne sont pas suffisantes pour continuer à exporter jusqu'en juin, comme nous avons pu le faire l'année dernière. Demir Fresh Fruits est l'une des 3 premières marques de pommes importées sur l'ensemble du marché indien. Et notre objectif est toujours d'être la première marque de pommes turques classée en Inde. Notre capacité et notre qualité nous permettront d’atteindre cet objectif, c'est certain. »

Les problèmes de devises ont entraîné des dépenses supplémentaires pour l'exportateur turc, explique Kerim. « La valeur de la lire turque a changé très rapidement. La valeur du dollar américain a augmenté, mais à la fin du mois de décembre, la valeur a soudainement chuté et le dollar américain a perdu environ 40 % en deux jours. Il n'est pas facile d'être un importateur ou un exportateur en Turquie, car la dynamique change vite. Pas même au jour le jour, mais à la minute près. La valeur de nos ventes a augmenté, mais dans le même temps, nos matériaux d'emballage et nos coûts de main-d'œuvre ont augmenté en raison de la baisse de la valeur turque. L'utilisation de boîtes en carton lors du conditionnement est devenue notre premier poste de dépense, c'est pourquoi nous avons conclu des accords avec des entreprises productrices de carton à des niveaux très élevés après que le dollar américain ait perdu environ 40 % de sa valeur en une seule nuit. C'était un véritable défi pour nous, car nos coûts sont restés les mêmes, mais nos ventes ont chuté en conséquence ».

L'Inde étant un grand marché pour les pommes turques, Kerim a remarqué que certaines entreprises n'ayant pas la connaissance requise du marché ont voulu elles aussi leur part du gâteau : « Tout le monde a commencé à exporter des pommes de Turquie vers le marché indien, même certains acteurs commerciaux qui n'avaient pas la moindre connaissance en matière de pommes. En plus, ils n'avaient aucune information sur la qualité attendue ou même sur la dynamique du marché indien et, ces jours-ci, nous entendons dire que la plupart d'entre eux sont bloqués dans l'encaissement de l'argent ou dans le traitement des réclamations. Trop de pommes emballées attendent dans les entrepôts frigorifiques turcs, en raison du ralentissement de la demande sur le marché indien. Notre entreprise, heureusement, a de bons partenaires en Inde, donc nous ne rencontrons pas de difficultés dans ce domaine. »

« Je suggérerais aux importateurs indiens qui cherchent à faire des affaires avec des entreprises de pommes de traiter avec des exportateurs qui sont dans l'industrie de la pomme depuis plus longtemps, avec des marques bien connues des consommateurs indiens. Dans le cas contraire, les importateurs risquent de trouver des pommes de mauvaise qualité à l'arrivée, ce qui signifie qu'il sera difficile de les vendre, à moins de pratiquer des prix bas. Ceci étant dit, je m'attends à une nouvelle augmentation de la demande en Inde pour les pommes turques » conclut Kerim.

Pour plus d'informations :
Alper Kerim
Demir Fresh Fruits
Tél : +90 532 514 2080
alper@dff.com.tr 
www.dff.com.tr 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)