Christian Fockenberg, T. Stadtmann & Co, sur le marché des pommes de terre de table :

Allemagne : « Les hausses de prix tant attendues par les producteurs sont enfin arrivées »

Le marché de la pomme de terre de table se trouve actuellement dans une impasse : « L'offre de pommes de terre à cuisson ferme devrait être suffisante, les tubercules à cuisson majoritairement ferme et à cuisson farineuse étant de plus en plus recherchés. Par rapport aux années précédentes, les calibres sont relativement élevés. Dans l'ensemble, nous nous sommes battus pendant des semaines pour augmenter les prix de notre stock, ce qui n'a malheureusement pas été possible pendant la période de Noël. Aujourd'hui, les augmentations de prix tant attendues par les producteurs sont enfin arrivées, ce qui était absolument nécessaire de notre point de vue », déclare Christian Fockenberg, l'un des deux directeurs de la société T. Stadtmann & Co, basée à Bottrop, pour décrire la situation actuelle du marché.

Si les marchandises de qualité sont disponibles, elles ne sont toutefois pas aussi abondantes en quantité que d'habitude, raison pour laquelle les différences entre les stocks bruts et nets sont considérables. « Si l'on veut que la culture de la pomme de terre de table ne soit pas soumise à la culture de la pomme de terre industrielle à l'avenir, le niveau des prix doit répondre aux exigences. En raison des exigences de qualité élevées dans le secteur alimentaire, une pomme de terre sur quatre devient actuellement du fourrage ; mais cela doit également se refléter dans la fixation des prix », poursuit M. Fockenberg. Dans les pays du Benelux en particulier, les entreprises industrielles ont étendu leurs capacités, ce qui explique que l'on ait besoin de plus de matière première et que l'on paie des prix intéressants.


Christian Fockenberg, co-directeur général de Stadtmann.

Début lent de la saison d'importation
Malgré les circonstances actuelles, les importations de pommes de terre de table sont encore limitées pour le moment. M. Fockenberg déclare : « Nous avons reçu de petites quantités de Chypre en décembre pour des programmes spéciaux, mais en raison des précipitations, d'autres expéditions ne sont pas possibles pour le moment. Israël ne devrait pas être présent sur le marché en quantités pertinentes avant la fin mars au plus tôt, l'Égypte peut-être quelques jours plus tôt. D'ici là, la France reste la seule alternative, mais selon les informations, la qualité des marchandises n'y est pas très bonne non plus. Les stocks nationaux vont probablement durer un certain temps, après quoi nous nous approvisionnerons éventuellement en Espagne et au Portugal en pommes de terre de table précoces. »

Oignons et patates douces
Depuis l'après-guerre, les pommes de terre domestiques, toutes variétés confondues, constituent la compétence principale de Stadtmann, dont l'entreprise a été fondée en 1912. Depuis longtemps, des oignons, de l'ail et des patates douces sont également proposés. « Ces dernières proviennent du Portugal, d'Espagne ou d'Égypte, selon les listes. La majeure partie, ainsi que les marchandises les plus attrayantes visuellement, proviennent toujours des États-Unis. Sur le plan de la commercialisation, le commerce de la patate douce est une activité extrêmement irrégulière. En ce qui concerne la demande, le grand battage semble être terminé maintenant, bien qu'un volume de base soit toujours nécessaire dans le commerce », explique M. Fockenberg.

En raison de l'expansion des surfaces et de l'optimisation des capacités de stockage frigorifique, la commercialisation des oignons domestiques a sensiblement gagné en importance ces dernières années. « À l'heure actuelle, le marché boite un peu. Mais du côté des producteurs, l'oignon a pu s'imposer comme une culture intéressante du point de vue des cultures. Les premiers oignons nouveaux de Nouvelle-Zélande arriveront sur le marché entre la mi-février et la fin février. La construction de nouvelles installations de stockage à long terme de l'agriculture de conservation nationale se fait, bien entendu, au détriment des importations. Dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie en particulier, beaucoup de nouveaux arrivants et d'entrants latéraux ont décidé de cultiver des oignons au cours des dernières années, ce qui explique pourquoi nous sommes devenus à peu près un État autosuffisant entre août et mai. »

Pour plus d'informations :
Christian Fockenberg
Theodor Stadtmann GmbH & Co. KG
Gladbecker Straße 94
46236 Bottrop
Tél. : +49 2041 1845-0
Fax : +49 2041 1845-20
info@stadtmann-bottrop.de  
https://www.stadtmann-kartoffeln.de/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)