Une étude conclut que l'origan est l'herbe aromatique la plus susceptible d'être falsifiée dans l'UE

Une étude du Centre Commun de Recherche (CCR) a conclu que l'origan l'herbe aromatique la plus vulnérable aux pratiques frauduleuses dans l'Union européenne, révélant que 48 % des échantillons d'origan analysés dans le cadre de ses recherches étaient frelatés, principalement avec des feuilles d'olivier. Viennent ensuite le poivre, avec 17 % des échantillons soupçonnés d'être falsifiés, le cumin (14 %), le curcuma (11 %) et le safran (11 %).

Des sources de la Commission européenne ont expliqué à Efeagro que les analyses de laboratoire effectuées dans le cadre de cette étude font partie d'un plan de contrôle coordonné dans l'UE visant à établir la prévalence des pratiques frauduleuses sur le marché des herbes et des épices. À cette fin, un total de 21 États membres de l'UE, la Norvège et la Suisse ont fourni des échantillons d'un groupe d'herbes et d'épices qui font souvent l'objet de manipulations.

Le CCR note que des fraudes ont été suspectées dans 17 % des 1 885 échantillons analysés, un taux inférieur à celui rapporté précédemment dans d'autres enquêtes scientifiques. La plupart des échantillons suspects contenaient des matières végétales non déclarées et 2 % d'entre eux contenaient des colorants non autorisés.

Les informations disponibles montrent que les herbes et épices falsifiées sont présentes sur le marché de l'UE, mais ne sont pas détectées.

Les auteurs de l'étude précisent que le nombre d'échantillons obtenus à certaines étapes, comme les marchés locaux, le contrôle des frontières et l'internet, était trop faible pour permettre des comparaisons statistiquement significatives.

L'Europe est une région importatrice majeure d'herbes et d'épices, avec environ 300 000 tonnes, provenant principalement d'Asie de l'Est. De nombreuses épices sont produites dans des pays où des processus tels que le séchage ou le nettoyage sont effectués avant d'être expédiées vers les pays de destination, où elles sont à nouveau désinfectées, puis emballées et distribuées sur le marché.

Les chercheurs avertissent que des manipulations frauduleuses peuvent se produire à chaque étape, et que la possibilité de fraude augmente à mesure que le matériel est transféré d'un opérateur à un autre dans la chaîne.

 

Source : efeagro.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)