Le point de vue de l'économiste Gianluca Bagnara

Tension en Ukraine - les produits frais risquent de devenir une monnaie d'échange

« L'exacerbation de la tension à la frontière avec l'Ukraine remonte à plusieurs années. S'il est préférable que tout soit résolu rapidement par la voie diplomatique sans nouveau conflit, il faut tout de même faire attention à ce que les produits agricoles ne soient pas traités comme une simple monnaie d'échange lors des négociations », explique l'économiste Gianluca Bagnara, qui suit le marché ukrainien depuis plus de 10 ans.

« Au niveau macroéconomique, l'Ukraine est un importateur net de biens et de services en provenance d'Europe : ses importations représentent plus de 23 milliards d'euros et ses exportations 16 milliards d'euros, avec une tendance à la hausse au cours des dix dernières années. Elle importe principalement des produits manufacturés, des machines et des véhicules, ainsi que des produits chimiques. La Pologne, l'Allemagne et la Hongrie sont ses principaux partenaires commerciaux au sein de l'UE. »

« Étant donné la situation de crise où l'Ukraine est considérée comme un État tampon entre les pays faisant partie du traité de l'Atlantique Nord et la Russie, et préconisant une solution diplomatique, des concessions et des aides économiques seront probablement accordées à l'Ukraine, où le secteur agricole devient une monnaie d'échange, comme c'est souvent le cas dans les accords internationaux. »

Selon M. Bagnara, il est crucial pour les futures négociations d'inclure des accords réciproques plutôt que la reconnaissance mutuelle. « Cela signifie que, lorsque le commerce sera à nouveau discuté, si l'Ukraine exporte des produits frais et d'autres produits agricoles vers l'Europe, elle le fera en respectant les règles, les protocoles et les normes de qualité en vigueur en Europe. La « reconnaissance mutuelle », c'est-à-dire l'acceptation d'un produit importé qui respecte les règles de l'autre nation, ne doit pas recevoir le feu vert. »

Ces dernières années, l'Ukraine a beaucoup misé sur les fruits secs, les noix en particulier. Par rapport aux produits de Californie, elles ont un coût logistique moins élevé et pourraient devenir un produit exporté vers l'Union européenne à l'avenir.


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)