Luis Ponce, directeur général de l'entreprise Honey Fruits, groupe Nobis :

« Il faudra quelques années pour que le pitaya suive le chemin de la mangue en Europe, mais nous y parviendrons »

Le pitaya jaune de l'Équateur se rapproche de plus en plus du marché chinois depuis que le gouvernement équatorien a signé un accord d'exportation, la semaine dernière. L'Équateur est le premier producteur mondial de pitaya jaune et l'un de ses plus grands producteurs et négociants se prépare à étendre ses exportations vers l'Europe dans le cadre d'un projet ambitieux.

« Nous avons un grand potentiel sur le marché chinois pour notre pitaya jaune. Nous espérons qu'à la fin de cette année ou au début de l'année prochaine, nous pourrons enfin commencer nos premières exportations vers la Chine », déclare Luis Ponce, directeur général de Honey Fruits, qui, avec Social Deal et Nobis Fruit, représente la branche agricole du groupe Nobis, l'une des plus importantes holdings d'Équateur, qui comprend également des entreprises immobilières, industrielles, commerciales et touristiques.

Le pitaya jaune de ce groupe d'entreprises, qui gère la société Honey Fruits, est cultivé à Palora, dans l'est de la région amazonienne de l'Équateur, pour laquelle un centre de conditionnement de 1 000 m² a été construit l'année dernière. Plus de 1 000 tonnes de pitaya sont manipulées, avec des prévisions d'augmentation des volumes de 25 % cette année. Il s'agit d'une culture dont la plante appartient à la famille des cactus et qui nécessite beaucoup d'eau, environ 4 000 mm de précipitations par an.

« Notre haute saison s'étend de janvier à avril, mois durant lesquels nous récoltons environ 50 % de la production, tandis que l'autre moitié est répartie entre les mois de juin, juillet, septembre, octobre et décembre, en raison du fait que les floraisons sont plus petites que durant le premier semestre », explique Luis Ponce.

Selon Luis Ponce, l'Équateur a le monopole de la production du pitaya jaune : « La Colombie en produit également, mais il s'agit d'une espèce différente, de forme plus allongée et moins attrayante pour certains marchés, comme le marché asiatique, où ils préfèrent notre pitaya pour sa forme et sa saveur. Le Pérou a commencé à planter de le pitaya jaune et pourrait être un futur concurrent à long terme, mais, pour l'instant, l'Équateur est le leader mondial. » 

75 % de la production de pitaya jaune de Honey Fruits sont destinés au marché américain, tandis que le reste est réparti entre l'Asie et l'Europe. « Les États-Unis connaissent et paient bien nos fruits, même si c'est l'Asie qui offre de loin les prix les plus élevés. D'autre part, l'Europe offre des prix similaires à ceux des États-Unis, mais avec des restrictions plus importantes en termes de résidus de produits phytosanitaires. C'est précisément sur l'Europe que nous avons des vues, où nous souhaitons augmenter nos exportations et où nous espérons que 35 % de nos volumes seront absorbés par ce marché d'ici la fin de l'année, ce qui nous soulagerait à la période de l'année où la plupart des fruits sont concentrés. »

L'Europe ne connaît pas encore très bien le pitaya jaune, selon le directeur général de Honey Fruits. « La croissance des ventes de pitaya jaune en Europe a été lente jusqu'à présent en raison d'un manque d'information des consommateurs, qui sont généralement plus habitués aux produits saisonniers européens. L'absence d'une meilleure gestion des déchets dans les fruits et le caractère saisonnier de nos récoltes ont également contribué à ralentir la distribution. C'est pourquoi, au cours des derniers mois, nous avons travaillé dur pour offrir un produit exempt de résidus et faire en sorte que le produit, en plus d'être de haute qualité, soit sans danger pour la consommation du client ainsi que pour l'environnement, et que sa production soit conviviale pour nos travailleurs. »

« Nous analysons le marché européen depuis trois ans et nous constatons que la gamme exotique a un grand potentiel. Si nous regardons l'évolution de produits tels que l'ananas et la mangue, nous pouvons constater qu'ils ont mis du temps à se développer, mais qu'ils ont connu une croissance constante et qu'ils sont maintenant des fruits dont le marché est très développé. Il faudra quelques années pour que le pitaya suive le même chemin, mais nous y arriverons », affirme Luis Ponce.

Social Deal, une autre des entreprises agro-exportatrices qui composent ce groupe, gère la production de pitaya rouge à pulpe blanche et rouge, de tamarillo, de narangille et d'autres fruits exotiques tels que les mini bananes biologiques, le gingembre biologique et un projet de 50 hectares de myrtilles, un nouveau produit en Équateur qu'ils plantent depuis l'année dernière et continueront à le faire au cours des deux prochaines années.

« Notre intention est de proposer des produits sûrs et sans résidus, en nous concentrant de plus en plus sur le bio. Pour les myrtilles, nous allons être dans la même fenêtre que le Pérou et nous allons aussi essayer de cibler l'Asie, où le fruit est mieux payé. Nous envisageons également d'entrer aux États-Unis, en fonction de l'évolution des protocoles d'agro-exportation avec l'Équateur. Nous envoyons déjà du gingembre et du pitaya rouge sur le marché nord-américain, ainsi qu'en Europe, mais nous voulons offrir beaucoup plus, c'est pourquoi nous avons les certifications Global GAP et Grasp, en plus du fait que beaucoup de nos sols sont déjà biologiques. » 

Pour plus d'informations :
Juan Diego Chiriboga
Représentant commercial
Nobis
Av. Joaquín Orrantia y av. Juan Tanca Marengo,
Executive Center Building, PH Floor.
PBX : (593-4) 3751000, Extensión : 2151.
Guayaquil. Équateur
jchiriboga@nobis.com.ec 
www.consorcionobis.ec 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)