Marnus Schoeman - Good Hope Fruit :

Bon engouement pour les poires cette saison

« Les producteurs de poires sud-africains avaient besoin d'une bonne période comme celle que nous vivons actuellement : c'est le marché européen des poires, où les stocks nationaux seront bientôt complètement épuisés », déclare Marnus Schoeman, directeur général du marketing et des ventes chez Good Hope Fruit.

À droite : Poires Blush BC

La société basée à Ceres, qui représente 22 producteurs de pommes et de poires (et 52 producteurs d'agrumes) dans la province du Cap-Occidental, a envoyé ses premières poires en semaine 2. En raison de la forte demande, elle a accéléré son calendrier de distribution de poires pour répondre à la demande. Les variétés Abate Fetel, Packhams, Doyenné du Comice et les dernières poires Cheeky sont actuellement récoltées.

« Plus vous êtes tôt sur le marché, meilleurs sont les prix. Cela semble être une course contre la montre. Habituellement, nous n'expédions l'Abate Fetel que la semaine 9, mais cette année, en raison de la forte demande, nous avons commencé à l'expédier la semaine 7. Une grande partie des Abate et des BC ont été cueillies dans des bacs d'exportation dans le verger pour ne pas perdre de temps. »

Les volumes de poires sont en hausse par rapport à l'année dernière, et bien qu'ils soient plus petits d'une taille, les fruits sont beaucoup plus propres que l'année dernière et c'est une grande récolte de poires et de pommes qui décolle. 

La Chine présente d'excellentes opportunités pour les poires Blush
« Nous sommes très enthousiastes à propos du nouvel accès des poires à la Chine. Nous espérons que tout sera finalisé d'ici la fin février. Nous aurions aimé avoir déjà des poires Cheeky sur le marché, mais nous attendons le feu vert. »

A droite : Les poires Cheeky

Il s'attend à ce que de nombreux agriculteurs sud-africains envoient des Forelles en Chine. « Les prix des poires semblent bons et nos clients, une combinaison de grossistes et de détaillants, nous en demandent. Ils recherchent des tailles 60, 70, 80, ce qui est idéal pour nous car c'est là que nos Forelles atteignent généralement leur apogée. »

L'inconvénient, remarque-t-il, est que cela pourrait entrer en conflit avec leurs importants programmes canadiens.

Leurs plus gros clients poires se trouvent en France, en Italie et aux Pays-Bas. Au Moyen-Orient, l'Arabie Saoudite et l'Irak sont les marchés des petites Rosemares, avec des poires également fournies à Dubaï, Oman, Bahreïn et en Extrême-Orient.

L'absence laissée par les exportateurs de poires argentins et chiliens, confrontés à des problèmes logistiques (encore plus graves que ceux de l'Afrique du Sud), crée des opportunités, notamment en Russie, en Inde et au Moyen-Orient.

Les anciens cultivars de poire de niche montrent leur valeur dans un assortiment bien équilibré. Les Packhams constituent toujours la majeure partie des volumes de poires de Good Hope Fruit, et seront probablement dépassées par les Forelles à un moment donné. L'industrie se concentre désormais sur les poires d'été et les fruits colorés, à l'image de la tendance pour les pommes bicolores.

Un bac de poires Abate Fetel

Cela dit, l'importance d'un cultivar de niche comme Abate Fetel (découvert en 1866 par le prêtre français Abbé Fetel) est accrue pendant une saison comme celle-ci. Au fil des ans, de nombreux producteurs ont retiré leurs arbres Abate Fetel, tant en Afrique du Sud qu'en France et en Italie, les principaux marchés pour ce cultivar. Dans le groupe Good Hope Fruit, il y a encore des producteurs avec des vergers d'Abate ainsi que des vergers de Doyenné du Comice, un autre vieux cultivar qui est uniquement emballé pour la France, note Marnus.

La stabilité du secteur de la poire contraste avec les réglementations de plus en plus strictes concernant les pommes, remarque-t-il. « Nos catégories de poires et de pommes se développent chaque année, mais nous avons remarqué que les pommes deviennent de plus en plus difficiles. Les réglementations sur les couleurs deviennent plus strictes chaque année et, par conséquent, le revenu agricole net de certains cultivars de poires dépasse celui des pommes. »

La modification attendue du protocole européen pour les oranges va mettre à rude épreuve les entrepôts frigorifiques
Good Hope Fruit traite également les agrumes de 52 producteurs de la province du Cap occidental, ce qui représente 3,4 millions de cartons par saison. Elle commencera à la mi-avril avec les mandarines Satsumas, suivies de peu par les Navels et les clémentines vers la semaine 17.

L'industrie des agrumes s'attend à des changements majeurs pour la prochaine campagne d'oranges dans l'UE, lorsque les oranges pourraient devoir être placées sous la réglementation du traitement par le froid.

« Nous nous attendons à un changement, je pense que c'est inévitable. L'industrie n'espère pas de nouvelle réglementation sur le traitement par le froid, mais le projet de modification de ce règlement inclut une exigence obligatoire selon laquelle toutes les oranges provenant de pays tiers d'Afrique et d'Israël doivent être soumises à un traitement par le froid pendant au moins 16 jours à une température comprise entre 0 et -1°C. »

La pression sur la capacité de refroidissement du pays va avoir une grande influence sur les pommes et les poires également, car l'espace de stockage sera occupé par les agrumes.

« Ce qui compte en notre faveur, c'est que nous avons beaucoup d'espace de stockage frigorifique pour les pommes et les poires à Ceres que nous pouvons utiliser pour les agrumes, et c'est quelque chose que nous avons déjà fait l'année dernière », dit-il, notant qu'ils connaissent bien les programmes de traitement frigorifique des agrumes, notamment aux États-Unis dans leur cas.

« Mais l'Europe est notre plus grand marché d'oranges et ces volumes vont absorber des capacités supplémentaires. Cela va être très difficile ».

En fonction de la réglementation de l'UE, ils prévoient de passer à l'expédition conventionnelle (reefer) d'agrumes vers l'UE de la semaine 24 à la semaine 34 environ.

Il souligne que l'industrie a planifié sa capacité en fonction de la croissance naturelle robuste et anticipée des volumes d'agrumes. « La modification de la réglementation aura désormais un impact supplémentaire sur la capacité d'entreposage frigorifique, au-delà de la croissance naturelle que nous avions prévue. »

Les responsables des exportations de Good Hope Fruit dans une rangée d'Abate Fetel : Marnus Schoeman, Melt van Schoor, Anroux Smit et Jan Ras van der Linde.

Le secteur a adopté une approche de retour aux sources pour faire face à la pression sur les coûts, en mettant l'accent sur la logistique, dit-il : obtenir du matériel ou de l'espace sur les calendriers d'expédition, les éléments de base qui sont devenus si difficiles à réaliser.

« Cette année, je m'attends à ce que le marché intérieur de l'orange soit sous pression en raison des produits qui n'ont pas pu être expédiés. J'ai le sentiment que nous pourrions aussi voir la même chose pour la Royal Gala, avec la difficulté d'expédier vers le Bangladesh, qui est un gros marché pour cette variété. »

Des solutions de rechange sont à l'étude et des plans doivent être établis le plus rapidement possible.

Pour plus d'informations :
Marnus Schoeman
Good Hope Fruit
Tél. : +27 23 315 5293
marnus@ghfruit.co.za 
https://ghfruit.co.za/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)