Pepe Ortuño, de SAT Olé !

« Les effets de la grève des transports de décembre se reflètent encore dans le prix des artichauts »

L'artichaut, l'un des principaux produits cultivés dans la Vega Baja, est actuellement au milieu de la saison. Le froid qui sévit dans la région a laissé des traces sur les inflorescences, réduisant les volumes de légumes aptes à la commercialisation en frais depuis un mois, sans que ce manque d'offre disponible ne se répercute sur leur prix.

« C'est la première année depuis 18 ans que je travaille à la SAT Olé ! que nous connaissons un mois aussi froid pour la consommation comme janvier, avec des gelées pendant lesquelles beaucoup de produits de première qualité sont triés et les prix n'augmentent pas », explique Pepe Ortuño de l'entreprise d'Alicante. « Bien que pour en trouver la raison, il faille remonter au mois de décembre. » 

« Lorsque la grève des transports routiers a été déclenchée, la production a été forcée et beaucoup de produits ont été envoyés sur les marchés en espérant qu'il n'y aurait pas de pénurie si les expéditions étaient arrêtées. Ce produit a été difficile à écouler sur le marché car, la consommation diminue généralement pendant la période de Noël. Entre-temps, les champs ont continué à produire un volume encore plus important que prévu en raison des températures élevées de l'époque. Cela signifie que dans certains points de vente en gros, un stock de produits à bas prix s'est accumulé, créant un goulot d'étranglement jusqu'à pratiquement la fin du mois de janvier. » 


Pepe Ortuño

« Cette situation anormale a fait que les prix n'ont pas pu augmenter et que nous n'avons pas pu compenser le manque de production dû aux gelées. Et ce, alors que les coûts de production ont augmenté de 25 % par rapport à l'année dernière. » 

Cette année, entre autres facteurs, la hausse sans précédent des coûts de production a une fois de plus conduit les agriculteurs espagnols à descendre dans la rue lors de manifestations. La dernière en date a eu lieu il y a une semaine à Murcie, par lesquelles ils tentent de sensibiliser l'ensemble de la société à la situation extrême qu'ils traversent, dans une lutte exemplaire contre l'impassibilité des chaînes et leur propre résignation, afin d'exiger ensemble des solutions pour un secteur aussi essentiel que sans défense en ce moment et qui, comme le déplore Pepe, « se noie. »

Principaux exportateurs espagnols d'artichauts
L'artichaut est un produit fondamental pour la SAT Olé ! qui, avec la vente de 80 % de sa production, soit entre 6 000 et 6 500 tonnes par an, sur les marchés internationaux, s'est positionnée comme la plus grande entreprise d'exportation d'artichauts en Espagne.

« En Europe, nous avons une demande de marque pour nos produits, non seulement pour nos artichauts mais aussi pour le reste des produits que nous travaillons : brocoli et chou-fleur, poivron Lamuyo, poivron California et fenouil. Avec tous ces légumes, notre production s'élève à environ 18 000 tonnes. » 

« En ce qui concerne les artichauts, nous avons diversifié nos zones de culture, ce qui nous permet de couvrir une période de production plus longue, d'octobre à juin. 80 % de la récolte est concentrée dans la Vega Baja et le reste est cultivé à Granada et Albacete, les endroits où nous commençons et terminons les saisons. » 

« En plus de l'artichaut blanc, nous cultivons deux variétés originellement françaises, l'artichaut Violeta de Provenza et l'artichaut Calicó, destinées au marché français, bien que la consommation devienne de plus en plus forte en Europe où les pays réexportateurs comme les Pays-Bas et aussi le Royaume-Uni ont considérablement augmenté leurs volumes d'achat », partage Pepe.

Mais malgré cette tendance à la consommation de ces variétés, l'artichaut a connu une baisse progressive de sa consommation au cours des dernières décennies. « Il y a vingt ans, nous travaillions avec 10 000 tonnes d'artichauts et nous étions les plus gros exportateurs, mais aujourd'hui nous ne produisons plus que 6 500 tonnes », souligne Pepe Ortuño. « Ce déclin de la consommation s'est produit au fur et à mesure que les recettes traditionnelles ont été abandonnées. Mais c'est pourquoi nous travaillons à la promotion de ce légume très sain, très savoureux et qui a toujours fait partie de notre gastronomie, en le rapprochant des jeunes consommateurs et en les sensibilisant à ses propriétés et à la manière de le préparer. » 

En effet, tant l'Association de l'Artichaut de Vega Baja que l'Association Espagnole de l'Artichaut, dont la SAT Olé ! a fait partie, réalisent des promotions dans les magasins, les restaurants et sur les réseaux sociaux afin de favoriser la consommation de ce légume du bassin méditerranéen : « algo muy nuestro », comme le rappelle le slogan de la dernière campagne promotionnelle de l'association, qui rend l'artichaut de plus en plus populaire, souligne Pepe Ortuño.

Pour plus d'informations : 
Pepe Ortuño
SAT Olé !
Calle Mayor, 140
San Bartolomé, 03314 Alicante (Espagne)
Tél. : +34 965 367 000
ole@oleveg.com 
https://oleveg.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)