Astrid Étèvenaux, AOP Asperges de France :

« Un début de campagne prometteur pour l’asperge française »

Le mois de février a marqué le début de la campagne de l’asperge française. Le volume national est estimé à 20 000 tonnes. Avec une demande estimée à 28 000 tonnes et une météo douce, les conditions du marché sont assez bonnes pour ce début de campagne.
 
Au niveau de l’AOP Asperges de France, la toute première récolte d’asperges blanches a eu lieu dans les Landes (Sud-Ouest) à la mi-février. « Elles sont de belle qualité avec un calibre prometteur » rapporte Astrid Étèvenaux, directrice de l’AOP. Ses 7 adhérents représentent 30 % de la production française et leurs bassins de production sont situés dans le Sud-Ouest (80 %), le Val de Loire (15 %) et le Sud-Est (5 %).


 
Dans le Sud-Est le démarrage de la saison en plein champ se profile autour du 15 mars. Les asperges du Val de Loire pourraient arriver pour début avril, juste avant Pâques. « Grâce aux conditions climatiques favorables, les buttages sur ce bassin ont été réalisés avec 10 à 15 jours d’avance sur l’année passée » explique Astrid.
 
Asperges de France représente une surface de production de 1 200 hectares. « Les surfaces sont légèrement inférieures à l’année dernière. Cela devrait se rattraper rapidement étant donné les prévisions de plantation 2022 en hausse de nos adhérents. Notre tonnage prévisionnel est estimé à 6 000 tonnes. Il est de 4 % supérieur au volume réalisé en 2021, mais 2 % inférieur au prévisionnel en 2021. L’année dernière, il y a eu un grand coup de froid en avril/mai qui a freiné la pousse, les aspergeraies n’ont pas pu exprimer tout leur potentiel de production. L’asperge reste un produit très météo-dépendant. »


 
Asperges bio
8 % de la production de l’AOP Asperges de France est prévu en bio, ce qui nécessite beaucoup plus de main-d’œuvre que sur le conventionnel. « L’enherbement pose des défis surtout la 1ère année de production où les asperges sont encore basses donc concurrencées par les mauvaises herbes. L’autre difficulté ce sont les maladies, et les insectes comme le fameux criocère. »
 
La valorisation des asperges bio en magasin pose question pour cette campagne. « Avec une baisse de la demande pour les fruits et légumes en général, la demande pour les produits bio fléchit, et beaucoup sont vendus aux prix du conventionnel. En même temps, l’asperge est un produit très spécifique qui n’est consommé que par 30 % de la population. Ses consommateurs l’attendent avec engouement. On verra comment ça se traduira au niveau de la demande. »


 
Démocratiser l’asperge
Asperges de France vise à démocratiser l’asperge auprès du consommateur. « A cette fin, nous travaillerons avec 10 micro-influenceurs qui valoriseront le produit par le biais de recettes auprès de leur communauté. Nous réalisons également 7 capsules vidéo de 30 secondes sur la production, le terroir et nos producteurs. Enfin, nous avons prévu de sortir un livre sur l’asperge qui se voudra éducatif et gourmand. »
 
Dans sa communication, Asperges de France cible également les professionnels. « Nous travaillons à la valorisation de l’asperge qui peut être consommée de mars à juin, et pas uniquement pour Pâques. Aussi, nous les encourageons à privilégier l’offre nationale. »
 
Mercredi l’asperge sera présente au Salon de l’agriculture, sur le stand d’Interfel.


Pour cette campagne Asperges de France présente son nouveau logo

 
Pour plus d’informations :
Astrid Etèvenaux
AOP Nationale Asperges de France
astrid.etevenaux@carottes-de-france.fr  
www.asperges-de-france.fr     


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)