Stephanie De Wit : les sanctions provoquent une panique, vu la quantité d'argent qui se trouve encore en Russie

Saison intéressante pour les Nadorcott marocaines et inquiétudes sur les sanctions russes

La saison des Nadorcott marocaines, qui a commencé environ deux semaines plus tôt que la normale, entre dans les dernières semaines de conditionnement. Stephanie De Wit, propriétaire d'Agri Bianco, un exportateur basé au Maroc qui assure la qualité des produits, la décrit comme « intéressante ». Les sanctions mondiales contre la Russie préoccupent cependant les producteurs de fruits marocains, car il s'agit d'un marché d'exportation important pour eux.

« La saison des Nadorcott a commencé très tôt, dans les premières semaines de décembre. C'est la première fois depuis longtemps que nous avons entamé la récolte aussi tôt. Normalement, nous commençons juste avant Noël. Nous n'avons pas eu un hiver froid. À Marrakech, l’eau provient des montagnes de l'Atlas. Normalement, il pleut en décembre et janvier, avec un peu de neige aussi, mais cette saison il n'y a rien eu, ce qui a permis une bonne qualité. La sécheresse en revanche, est une préoccupation majeure. Mais nous n'avons même pas eu des températures de - 3 °C comme d'habitude, l'hiver a été très doux. Mais je ne sais pas comment le temps va affecter la fin de saison pour nous. Normalement, les producteurs envoient des fruits en Europe jusqu'aux semaines 14-15 environ, avec un bon plan de stockage. Mais avec les conditions météorologiques incertaines, nous devons faire attention. Des destinations plus lointaines, trop tard dans la saison, pourraient s'avérer délicates », explique Stéphanie De Wit.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie inquiète également les producteurs marocains. « La Russie est un marché important pour les exportations de fruits marocains, alors que nous sommes occupés à développer le marché ukrainien. La Russie est l'endroit où les producteurs marocains se concentrent. Maintenant que des sanctions sont introduites, il y a naturellement une panique. Surtout quand on sait combien d'argent reste en suspens sur le marché russe. C'est une source de préoccupation majeure. »

« Jusqu'à présent, les producteurs se sont bien débrouillés avec la qualité des clémentines, le taux de Brix et d'autres mesures de qualité internes étaient très bons cette année, mais en plus d'un hiver doux, nous avons eu une humidité très faible et les producteurs ont dû vraiment faire tout leur possible pour protéger les fruits.  Malheureusement, cette année a été l'une de ces années à pépins. Pas pour toute la production, mais nous avons eu plus de graines que d'habitude, avec quelques lots atteignant environ 12 à 16 %. Là où une bonne partie est absolument sans pépins, ces graines erratiques nous ont compliqué la tâche. L'explication pourrait être qu'avec la sécheresse, les abeilles ont migré vers les zones isolées dont dispose le Maroc et qui sont normalement désignées pour la culture des mandarines Nadorcott sans pépins. »

« Un autre facteur qui rend la saison marocaine intéressante est que les marchés n'étaient pas aussi forts que l'année dernière. Au cours de la première année de Covid-19, les gens étaient à la recherche de fruits riches en vitamine C mais, cette saison, ils s’en sont désintéressés. Je ne sais pas pourquoi le marché a changé cette année, si c'est lié au Covid. Il y a bien une demande aux Pays-Bas et dans les pays voisins, mais en tant que pays concurrent, l'Espagne a été très agressive cette année et avait des volumes à écouler à des prix compétitifs.

« Bien que les prix espagnols n'aient pas été aussi élevés que les années précédentes, le Maroc est très compétitif en termes de qualité. Les Etats-Unis sont un bon marché pour nous, puisque les volumes espagnols ont chuté sur ce marché ces dernières années. Le Canada est également un bon marché, de même que le Moyen-Orient. L'Asie n'est pas vraiment une destination privilégiée pour le Maroc, en revanche. En raison du Brexit, le Royaume-Uni est devenu plus important pour nous, tout comme d'autres pays d'Europe occidentale. Je prévois également de développer davantage le marché scandinave. »

Stephanie De Wit a lancé Agri Bianco au début de l'année 2020, au moment où la pandémie mondiale de Covid-19 commençait. La marque signature qu'elle a créée, appelée Lady M. De Wit, est originaire d'Afrique du Sud où elle a travaillé dans l'industrie des agrumes pendant plusieurs années avant de s'installer au Maroc.

« J'apporte un peu des méthodes sud-africaines, des processus, etc. Le Maroc reste l'Afrique, je suis toujours africaine et je comprends les défis qui se posent ici. Nous sommes une entreprise de niche qui met l'accent sur la qualité et les relations, le conditionnement et la qualité du service client. Nous préférons expédier moins et nous développer plus lentement, contrairement aux autres. Comment se démarquer de la concurrence ? Nous recherchons tous les mêmes fruits et les mêmes prix, la différence réside dans les relations. Nous voulons être un fournisseur de services sélectif, différent de toutes les autres entreprises que vous trouverez au Maroc. »

Pour plus d'informations :
Stephanie De Wit
Agri Bianco
Tél. : +212 6 76 68 88 86
stephanie@agribianco.com 
www.agribianco.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)