Ward Verberck, conseiller Brexit, VLAM :

« L'obligation d'un certificat phytosanitaire va créer des difficultés pour les exportations vers le Royaume-Uni »

« Le plus grand défi pour les entreprises agroalimentaires qui exportent vers le Royaume-Uni arrive après le 1er juillet », déclare Ward Verberck du VLAM, qui a été nommé l'année dernière conseiller Brexit pour aider les entreprises exportatrices belges à faire face aux conséquences du Brexit.

« Jusqu'à présent, la plupart des problèmes étaient liés à des ajustements administratifs (douanes, logistique, emballage, etc.), mais à partir de juillet, la soumission d'un certificat phytosanitaire deviendra obligatoire, et cela va être un défi à la fois pratique et administratif. »

« Ce secteur doit évidemment compter sur sa flexibilité », déclare M. Ward. « Jusqu'à présent, les clients pouvaient appeler après midi pour dire qu'ils avaient besoin de certaines marchandises et les faire traiter le jour même. Bientôt, vous verrez qu'en raison des tâches administratives à accomplir, ils devront attendre le lendemain. Les entreprises sont donc confrontées à la question suivante : devons-nous nous adapter ou nous tourner vers d'autres marchés que le Royaume-Uni ? Certaines entreprises qui commerçaient occasionnellement avec le Royaume-Uni ont cessé de le faire, notamment en raison des coûts supplémentaires. Toutefois, les entreprises pour lesquelles il s'agit d'un marché important se sont adaptées. Les grandes entreprises deviennent de plus en plus grandes, ce qui fait que l'offre sera aussi un peu plus rare. Cela peut exercer une certaine pression sur les prix. »

Une bonne préparation
Le meilleur conseil que Ward puisse donner à cet égard est d'être bien préparé : se tenir bien informé, et poursuivre une bonne coordination entre les parties importatrices et exportatrices. « Il est juste important d'être conscient de tous les droits qui viendront avec l'exportation. C'est aussi pour cela que je suis là. Aujourd'hui, de nombreuses entreprises néerlandaises et belges sont familiarisées avec les tâches administratives liées à l'exportation en dehors de l'UE, elles s'y adapteront donc certainement aussi pour les exportations vers le Royaume-Uni. En outre, la date de mise en œuvre a déjà été reportée plusieurs fois, de sorte que beaucoup ont déjà effectué les préparatifs à un stade antérieur. Ceux pour qui c'était nouveau ont plus de difficultés avec elle. Toutefois, je conseillerais à toutes les entreprises d'effectuer au moins quelques essais en ce qui concerne les exportations. »

Problèmes initiaux
Ward prévoit toujours qu'il y aura des problèmes au cours des premiers mois. « Il y aura toujours des problèmes dans les premiers temps. Lorsque le certificat phytosanitaire est devenu obligatoire pour la culture des plantes ornementales au début de 2021, il a également fallu du temps pour tout maîtriser. Toutefois, ces problèmes ont été largement surmontés. Il n'en sera pas autrement pour le secteur agroalimentaire. En outre, nous pouvons tirer des enseignements de l'expérience du secteur des plantes ornementales. L'après 1er juillet sera une période passionnante pour toutes les parties, mais les préparatifs ont été faits. Du personnel supplémentaire sera engagé pour les inspections, mais nous devrons attendre et voir comment les choses se passent le moment venu. »

Du côté britannique, il faudra sans doute aussi s'habituer. « Le groupage, par exemple, surtout pour les petites entreprises, va être délicat. Un camion transportant 32 palettes devra bien sûr aussi avoir 32 certificats à contrôler. Cela va entraîner pas mal de frustrations, mais c'est dans la nature de ce secteur de trouver des solutions. » En plus de donner des conseils, Ward cherche également des solutions aux problèmes structurels qui pourraient compromettre les exportations. « Avec différents partenaires, nous examinons comment nous pouvons rationaliser cela de manière optimale. »

En ce qui concerne les contrôles physiques, Ward s'attend à peu de problèmes. « Bien sûr, ils ne vont pas contrôler physiquement toutes les marchandises, sinon vous aurez de longues files d'attente. Le temps de transit est très important, surtout pour les marchandises périssables comme les fruits et légumes. Bien sûr, ce sera un défi de faire en sorte que tout se passe aussi bien que possible et que les marchandises soient livrées sur place, mais ils feront tout ce qu'ils peuvent au Royaume-Uni. Personne ne veut d'étagères vides dans les supermarchés. Pour les entreprises dont la paperasserie est toujours en ordre, les contrôles se dérouleront sans problème. Les autres seront plus stricts », prédit Ward.

Pour plus d'informations : 
Ward Verberck
VLAM
Tél. : +32(0)473 269 472
Ward.verberck@vlam.be     


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)