L'Afrique offre de plus en plus de fruits biologiques de meilleure qualité

L'Afrique offre encore de nombreuses opportunités pour les entreprises néerlandaises de fruits et légumes. « La navigation n'est pas sans heurts, et il y a encore quelques obstacles. Mais c'est précisément là que la communauté d'affaires néerlandaise peut jouer un rôle majeur », déclare Núria Vlonk-Cunha Soares du Netherlands-African Business Council (NABC).


Manguiers au Ghana

Les exportations de fruits et légumes biologiques du continent africain sont en hausse. De plus en plus de personnes s'intéressent à ces produits, souvent en complément des produits conventionnels. La demande des Pays-Bas, notamment de l'Allemagne, de l'Autriche, de la Suisse et de la Scandinavie, est en hausse. « Lorsque la demande de gingembre augmente, les importateurs commencent à s'intéresser à d'autres régions que la Chine. Ils le font pour répartir les risques et répondre à la demande. »

La NABC est une organisation en réseau comptant 250 membres qui promeut le commerce entre les Pays-Bas et l'Afrique. Elle le fait par le biais de voyages commerciaux entrants et sortants, de divers événements sur la manière de faire des affaires en Afrique et avec l'Afrique, et de missions de conseil. Ces dernières comprennent des séances de mise en relation interentreprises lors d'événements commerciaux. « Lors de salons comme Fruit Logistica et BioFach, les exportateurs entrent en contact avec le marché européen », explique Núria.

« Les Européens du Nord aiment voir ce qu'ils achètent, ce qui est parfois difficile à imaginer pour les exportateurs. En étant sur place, ils voient les exigences auxquelles les produits doivent répondre. La qualité des produits exportés ne cesse donc de s'améliorer », poursuit Núria. La NABC est convaincue que l'Afrique offre de nombreuses opportunités et possibilités. « L'Afrique est l'endroit idéal, en particulier pour l'agriculture. Il y a beaucoup de terres fertiles disponibles. »


Des mangues du Burkina Faso

De nombreux facteurs déterminent quelles régions sont prometteuses pour le commerce européen. Le climat joue un rôle, tout comme le degré de développement de la région et la difficulté ou la facilité à y faire des affaires. Y a-t-il un port, et quelle est la situation logistique ? « L'Afrique de l'Est et le Kenya sont des régions à considérer. Il y a quelques années, personne ne voulait des avocats kenyans. Aujourd'hui, ils sont devenus un exportateur majeur. Ces développements peuvent être très rapides si les gouvernements développent des cadres pour faciliter les exportations », poursuit M. Soares.

Les pays anglophones comme l'Ouganda, le Ghana, le Kenya et le Nigeria sont des « pays préférés » pour le commerce extérieur. « Et il y a des régions où cela peut être plus difficile au début mais qui offrent de nombreuses opportunités. L'Éthiopie, par exemple, où la culture des avocats abonde. Le climat de ce pays est variable, et les produits peuvent être expédiés en Europe via le port de Djibouti. »

Ce port est un atout particulièrement important. L'Europe fait venir de moins en moins de produits par avion, car cela est considéré comme irresponsable. « La disponibilité d'un port est devenue plus importante. Pour certains pays, c'est un désavantage. Le Mali, par exemple, doit compter sur le port de Dakar au Sénégal », explique Núria.

Le changement climatique
Les producteurs des pays africains sont souvent confrontés à un manque de technologie et de connaissances en matière de culture, à un climat changeant et à des ressources financières limitées. Ce dernier point est particulièrement vrai pour les producteurs biologiques, car ils doivent obtenir une certification à tous les niveaux de la chaîne d'approvisionnement. Et il faut de l'argent pour cela.


Avocat d'Éthiopie

Les entreprises néerlandaises peuvent apporter leur contribution sur les autres points. Núria cite l'exemple du changement climatique. « Le Nigeria compte plus de 200 millions d'habitants, et ce nombre augmente de plusieurs millions chaque année. Les cultivateurs pourraient bénéficier grandement de semences de variétés plus résistantes au changement climatique. Ces semences permettraient d'augmenter considérablement les rendements. »

Une coopération plus intense
Le nouveau règlement européen sur l'agriculture biologique est devenu un fait au début de 2022. Bien qu'elle soit en vigueur depuis le 1er janvier, de nombreuses choses ne sont pas encore claires. « Je pense que ces nouvelles règles vont rendre les gens plus dépendants les uns des autres, ce qui n'est pas une mauvaise chose. Ce sera très difficile pour les fournisseurs et les importateurs, ils devront donc travailler ensemble », explique Soares.

« Vous ne pouvez pas vous permettre de faire des erreurs, et tout le monde doit se conformer à ces règles. Il y aura donc moins de voyous sur le marché. Ce n'est pas un hasard si de nombreux importateurs établissent des relations à long terme et investissent dans le pays d'origine de leurs produits, par exemple en y envoyant des agronomes. Ils peuvent ainsi partager leurs connaissances en matière de culture et de sol. »

« Les importateurs et les exportateurs doivent comprendre que le sol est vital pour que les produits poussent bien. Vous pouvez avoir d'excellentes installations d'emballage et de bonnes chaînes de tri, mais vous ne pouvez les utiliser de manière optimale que si les produits sont de qualité parfaite. Les producteurs peuvent prendre soin du sol de toutes sortes de façons ; ensuite, on en revient au savoir-faire. C'est un domaine dans lequel les entreprises néerlandaises peuvent jouer un rôle important », conclut Núria.

Pour plus d'informations :
Núria Vlonk-Cunha Soares
Bureau NABC Pays-Bas
nuria.vlonk@nabc.nl  
www.nabc.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)