Panique au pays des étiquettes

L'approvisionnement en papier et en carton est soumis à une forte pression. En Finlande, par exemple, les usines de papier sont en grève depuis janvier, et certaines usines françaises ont également arrêté leur production cette semaine. L'association européenne des fabricants d'étiquettes a lancé un avertissement et s'attend à un arrêt complet de l'industrie d'ici quelques semaines, car il n'y a plus de papier disponible.

« La panique est le premier mot qui vient à l'esprit », déclare l'un des plus grands imprimeurs d'étiquettes du secteur des produits frais. « En Finlande, il y a des grèves depuis le 3 janvier et 80 % du papier glassine utilisé pour les étiquettes destinées au marché européen provient de Finlande. Nous ne recevons pas de papier et nous ne pouvons donc pas fabriquer d'étiquettes. La grève a de toute façon été confirmée jusqu'au 2 avril, et personne ne sait ce qui se passera ensuite. Nous nous approvisionnons maintenant en papier partout où nous le pouvons pour approvisionner nos clients. »

Des étagères vides
« Les prix sont beaucoup plus élevés. En ce moment, le choix est le suivant : soit vous obtenez des étiquettes, soit vous n'en obtenez pas. Et si vous voulez des étiquettes, vous devrez payer une fois et demie plus cher que d'habitude. J'avais l'habitude de donner les prix pour trois mois, maintenant nous ne donnons les prix que pour une semaine. À l'approche de la saison des fruits rouges, la situation est également désastreuse pour de nombreuses entreprises de produits frais. Si vous regardez bien les supermarchés, vous voyez que les étagères sont déjà vides. Et l'approvisionnement sans étiquette est difficile. »

On peut imaginer des scénarios avec des étiquettes plus simples, où, par exemple, seuls le type de tomate et le prix sont indiqués au lieu de tous les logos et informations supplémentaires. Il est compréhensible que l'actualité porte actuellement sur d'autres choses, et cette nouvelle semble avoir été complètement occultée, même si elle aura un grand impact sur beaucoup. Les stocks finiront par se tarir. En Angleterre, les presses à imprimer sont à l'arrêt depuis des semaines parce qu'elles n'arrivent pas à trouver du papier. De plus, nous sommes liés par des quotas d'achat », explique l'imprimeur.

Les alternatives ne sont pas disponibles. « Certains clients passent au papier support en plastique. Mais tout le monde n'est pas en mesure de traiter le PET automatiquement sans ajustement. En particulier, les capteurs des lignes d'étiquetage automatique ne reconnaissent pas le PET. La seule alternative consiste en des matériaux exotiques provenant d'Asie, d'Amérique du Sud et du Moyen-Orient, mais ce n'est pas la qualité à laquelle nous sommes habitués. Les grands acteurs du commerce électronique étudient maintenant la possibilité d'imprimer l'étiquette directement sur la boîte, sans étiquette. Mais encore faut-il que les boîtes soient disponibles. »

Nino Venezia, de Dutch Graphic Group, à Venlo, reconnaît également la panique dans le secteur des étiquettes. « Les prix des matériaux d'étiquetage ont augmenté de 40 % en un an. Les grands fabricants mondiaux peuvent apparemment subir la perte causée par la grève en Europe, ils gagnent tellement d'argent qu'il n'y a pas de négociations sérieuses avec les grévistes en Finlande. »


Nino et Gino Venezia

« La situation est vraiment bizarre. Avant, j'achetais des camions en même temps et la livraison était assez rapide, mais maintenant, un délai de commande de dix, douze semaines n'est plus une exception. De plus, le prix a triplé dans l'intervalle. Les imprimeurs d'étiquettes sont déjà au point mort. Heureusement, j'ai vu venir la situation en juin de l'année dernière et j'ai acheté un camion supplémentaire ici et là, ce qui nous permet de continuer à fonctionner à plein régime à Venlo. Pour nous, l'approvisionnement en polypropylène-PP est le plus grand défi du moment. Nous travaillons jour et nuit pour obtenir cet approvisionnement. »

Cette situation a conduit Dutch Graphic Group à annoncer un arrêt de la clientèle. « Nous sommes inondés de nouvelles demandes, mais nous voulons être là pour nos clients existants en premier lieu. Ils méritent notre soutien. Nous protégeons vraiment nos clients en ce moment qui ont toujours eu confiance en nous. Un homme est un homme, sa parole est sa parole. Mais dans le cadre des nouveaux appels d'offres, je précise qu'ils sont valables trois jours et qu'ils dépendent également du matériel disponible en stock à ce moment-là. Récemment, j'ai pu obtenir un appel d'offres mondial à un bon prix, mais je n'émets plus de prix fixes, la situation est trop volatile pour cela en ce moment. »

Pour plus d'informations : 
Dutch graphic group
Venrayseweg 130A
Industrieterrein Venlo 3851
Tél. : +31 (0)77 399 96 40
info@dutchgraphicgroup.com    
www.dutchgraphicgroup.com   


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)