L'UE dépend-elle de la Russie pour son bois ?

La guerre russo-ukrainienne est entrée dans sa deuxième semaine. Il devient maintenant évident à quel point l'Union européenne est dépendante de la Russie pour le pétrole et le gaz. Des sources alternatives et de nouvelles formes d'approvisionnement en énergie durable devront être développées encore plus rapidement.

Mais la Russie ne dispose pas seulement de grandes réserves de combustibles fossiles. Elle possède également la plus grande forêt du monde, et de loin. Il s'agit d'environ 815 millions d'hectares de bois - presque deux fois la taille de l'Amazonie brésilienne - et représente environ 25 % des forêts de la planète. Le commerce avec la Russie est désormais interdit. D'où la question suivante : quelle quantité de bois d'œuvre et de bois de construction l'UE importe-t-elle de Russie ?

Et ces pays peuvent-ils s'en passer ? Gert-Jan Nabuurs est professeur de Forêts Européennes à l'Université et Recherche de Wageningen (WUR) aux Pays-Bas. Avec ses collègues chercheurs du WUR, Bas Lerink, Silke Jacobs et Nicola Bozzolan, il s'est penché sur la question.

Le bois européen
Selon ces chercheurs, la réponse se trouve dans la quantité de bois et de bois d'œuvre que l'Union européenne utilise - près de 500 millions de m3 par an. Ce chiffre n'a cessé d'augmenter au cours des dernières décennies, avec des groupes de produits changeants et des taux de croissance économique fluctuants. Mais, chose essentielle, environ 80 % de ces produits proviennent des forêts européennes.

Environ dix pour cent proviennent du continent nord-américain et huit pour cent d'Amérique du Sud (principalement de la pâte d'Eucalyptus). Moins de 0,2 % de l'utilisation totale est constituée de bois dur tropical. Avec actuellement environ 10 millions de m3 d'importations, le commerce de la Russie avec l'UE ne représente que deux pour cent environ de la consommation totale de bois de cette région (voir figure 1).


Figure 1. Toutes les exportations de bois et de bois d'œuvre de la Russie vers l'UE, dans son ensemble, depuis 2000.

Relations commerciales
Il est donc possible de tirer une conclusion claire : l'UE dépend très peu de la Russie pour son approvisionnement en bois. Selon les chercheurs, il est possible d'en savoir plus en examinant les pays importateurs et les groupes de produits.

Les relations commerciales avec la Russie se sont dégradées vers 2008, lorsque ce pays a imposé des droits d'exportation élevés sur les bois de charpente bruts. Les volumes ont fortement chuté (exacerbés par la crise économique) et ne se sont jamais rétablis, comme le montre la figure 1. La figure 2 montre la part de chaque pays importateur dans les bois de charpente industriels (grumes non transformées).

La Finlande et la Suède avaient l'habitude d'importer beaucoup de bois de construction bruts de Russie et ont donc été les plus touchées par les taux d'échange de l'après-2008. Ces volumes ont considérablement diminué, mais ces deux pays importent encore des volumes raisonnables. L'interdiction commerciale actuelle les affectera donc quelque peu.


Figure 2. Principales exportations de matières premières de la Russie - bois de construction non transformés - jusqu'en 2008 (principalement vers la Finlande et la Suède), date à laquelle un droit d'exportation élevé a été imposé.
Figure 3. Exportations de bois résineux transformé de la Russie vers les pays de l'UE. Après la crise économique, elles ont repris, et les volumes restent corrects.

La figure 3 montre que certains pays et groupes de produits seront très affectés. Le commerce de bois résineux scié est assez stable et en augmentation. Des volumes relativement importants sont destinés à l'Estonie, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Le marché du bois est déjà tendu, avec des prix élevés l'année dernière. Le commerce actuel avec la Russie ajoute un défi supplémentaire que les autres fournisseurs doivent relever. Ce boycott commercial affectera certains pays et entreprises, qui devront chercher d'autres sources de bois. L'embargo affectera également les exportations de bois de l'UE.

Un acteur mondial potentiel
Toutes les études sur le marché mondial du bois indiquent que la Russie reste un pays qui pourrait fournir de grandes quantités de ce matériau à l'avenir. Mais selon les chercheurs, la Russie n'a, jusqu'à présent, pas réussi à le développer. Les problèmes logistiques, la mauvaise gestion et les longues distances l'ont toujours empêchée de devenir un acteur mondial. Les quantités de bois scié de la figure 3 sont dérisoires par rapport à la taille des forêts russes.

L'Union européenne semble aujourd'hui profiter du fait que la Russie ne soit jamais devenue un gros exportateur. La crise actuelle montre que l'UE devra plus que jamais compter sur ses propres ressources forestières. Pour cela, il faut investir dans la bonne gestion et l'expansion des forêts, ainsi que dans l'éducation. Et un bon équilibre entre la biodiversité, le stockage du carbone et la production de bois.

En résumé, Nabuurs, Lerink, Bozzolan et Jacobs affirment que l'Union européenne ne dépend pas de la Russie pour son bois. Mais l'interdiction de l'exploitation forestière a renforcé cet équilibre. Ils concluent que l'UE doit investir dans ses forêts, les gérer avec soin et augmenter progressivement la production nationale.

Source : WUR


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)