Rapport sur le marché du citron et du pomelo d'Ailimpo :

Une concurrence et une pression accrues sont attendues sur le marché européen du citron cet été

La saison espagnole des citrons Fino ou Primofiori touche à sa fin avec des prix stables depuis deux semaines. Les prix ont augmenté dans ce qui pourrait être défini comme un « rallye de croissance » en fin de saison, peut-être dans la perspective de disposer de fruits pour prolonger la saison des citrons Fino ou simplement par pure hystérie et spéculation, deux comportements qui vont généralement de pair, selon Ailimpo. Les prix se situent en moyenne entre 0,31 et 0,37 euros par kilo dans la région de Murcie, la principale zone de culture en Espagne.

« Quoi qu'il en soit, le résultat est que l'on atteint des prix à la source permettant de calculer des moyennes pour la belle saison qui sont clairement rentables pour le producteur », souligne l'interprofession.

D'autre part, la demande active en termes de volume conforte une consommation favorable du citron en Europe, bien que l'analyse des prix payés par les chaînes de distribution les rende certainement moroses. Cela a conduit la semaine dernière à une plainte de l'interprofession dans une lettre adressée aux chaînes de supermarchés.
« Il y a deux réalités, sans doute réelles, mais complètement décalées ou du moins sans lien de cause à effet. Nous assistons à la création de deux marchés non connectés, ce qui brise apparemment la logique normale de l'offre et de la demande. Mais c'est ainsi que vont les choses », affirment-ils.

La campagne se maintient dans la dernière ligne droite de la saison des citrons Fino. Cependant, elle ne réussit pas à répercuter l'augmentation des coûts sur le marché de la vente, non seulement pour les fruits mais aussi pour l'énergie, les matériaux, l'emballage, le transport, etc.

En ce qui concerne le conflit entre la Russie et l'Ukraine et son impact sur les citrons, Ailimpo souligne que la Russie subit déjà une forte dévaluation du rouble et rencontre des difficultés pour payer ses importations. Dans le cas de l'Argentine, le début de la saison, qui a lieu habituellement en mars, est retardé en raison des mauvaises perspectives sur ces marchés. L'activité se concentrera donc sur le commerce avec l'UE, le Royaume-Uni et les États-Unis. Dans le cas de l'Afrique du Sud, principal fournisseur de citrons sur ces marchés, l'activité dans ce domaine est également menacée. « Il en résultera une concurrence accrue et une pression sur le marché européen cet été, où la situation économique n'est pas porteuse. Cela pourrait avoir un impact sur la consommation. »

Des ventes de pomelos beaucoup plus faibles que les années précédentes à la même période de l'année
Les ventes de pomelos continuent d'être faibles. L'activité est à un rythme beaucoup plus lent que les années précédentes à la même période. Dans le cas d'Israël, on observe une diminution progressive des importations en Europe. Les arrivées en provenance d'Espagne continuent également de faiblir, tandis que la baisse des volumes turcs se confirme, essentiellement en raison des contrôles sur les pesticides. La demande du marché reste faible. Malgré la diminution de l'offre de la Floride, l'augmentation des coûts de transport en fait un produit cher. Les ventes sont donc lentes et les prix restent inchangés.

En ce qui concerne le conflit Russie-Ukraine, l'impact sur le pomelo est limité car les exportations vers la Russie ne représentent en moyenne que 2 % des exportations totales du Star Ruby d'Israël.

 

 

Pour plus d'informations :
www.ailimpo.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)